skip to content
Date
21 févr. 2002
Tags
Actu CIO

Précisions concernant les contrôles de dopage


SALT LAKE CITY, Utah (21 février 2002)

- Le Comité International Olympique souhaite clarifier un certain nombre de points concernant les tests sanguins et autres procédures de contrôle de dopage menés à bien durant les Jeux Olympiques d'hiver de 2002 :
  • Ainsi que cela avait été déclaré publiquement l'année dernière, le CIO et le SLOC effectuent, avant la compétition, des tests sanguins sur tous les athlètes pratiquant des sports d'endurance. Conformément aux règles des FI en vigueur, les athlètes dont les paramètres sanguins sont anormaux ne sont pas autorisés à prendre le départ de l'épreuve et sont soumis à un autre contrôle. La présence de paramètres sanguins anormaux ne constitue pas un délit de dopage.

Aujourd'hui, des taux d'hémoglobine supérieurs à la normale ont été détectés chez deux athlètes, un Russe et un Ukrainien, qui concouraient dans l'épreuve de ski de fond. La FIS a interdit à ces derniers de prendre le départ de l'épreuve. Les athlètes ont été soumis à un contrôle plus approfondi, mais les résultats ne sont pas encore disponibles.

  • Le CIO s'efforce de réduire le nombre d'athlètes utilisant des bêta-2 agonistes durant les Jeux Olympiques. L'année dernière, le CIO a annoncé l'application de règles plus strictes afin de limiter l'utilisation de ces substances. Les athlètes qui ont demandé à pouvoir utiliser ces substances pour combattre l'asthme ou l'asthme d'effort doivent avoir soumis une demande écrite accompagnée d'un diagnostic médical avant le 28 janvier 2002. Un groupe d'experts indépendants a évalué ces diagnostics et a fait des recommandations à la commission médicale du CIO. Conséquence de ces règles plus sévères : vingt-cinq demandes ont été rejetées, soit près de vingt pour cent.
Tags Actu CIO
back to top