skip to content
Salt Lake City 2002

Pour Ted Ligety, la flamme s'est allumée en 2002. Aujourd'hui, il la transmet…

Bode Miller a illuminé les épreuves de ski alpin des Jeux de Salt Lake City en 2002. Pour les skieurs et skieuses américains, à commencer par Ted Ligety, c'est le véritable point de départ de leur réussite aux Jeux Olympiques, mais aussi en Coupe du monde et aux Mondiaux. Olympic Channel nous emmène à Park City où la flamme brille toujours.

 

Bode Miller est un des plus grands champions de l'histoire du ski alpin. Au cours de sa longue carrière, de ses premières courses internationales sur le circuit FIS en 1994 à ses derniers championnats du monde en 2015, il s'est imposé dans les cinq disciplines de la Coupe du monde avec 33 victoires et 77 podiums, s'est adjugé deux gros globes de cristal couronnant ses victoires au classement général en 2005 et 2008, a remporté six médailles olympiques, dont une en or (combiné alpin à Vancouver en 2010), et cinq titres mondiaux dans quatre disciplines. Son style particulier, son élasticité, les images virales qui l'ont accompagné (comme en 2005, sa descente de la Stelvio de Bormio sur un seul ski après avoir perdu l'autre en début de parcours à la réception d'un saut à 120 km/h) ont fait le tour du monde. À l'ère de la communication, il a été la première véritable star du ski alpin américain.

Le grand public de son pays le découvre pleinement à l'occasion des Jeux de Salt Lake City en 2002. Sur les pistes de Snowbasin et de Park City, il commence par réaliser deux manches de slalom de feu dans le combiné alpin pour prendre la médaille d'argent derrière Kjetil Andre Aamodt après avoir terminé 15e de la descente. Quelques jours plus tard, 7e après la première manche du slalom géant, il signe le meilleur temps sur le second tracé et gagne une nouvelle médaille d'argent à 88/100e de l'Autrichien Stefan Eberharter. Enfin, il réalise le 2e temps de la première manche du slalom, mais sort du tracé dans la seconde et ouvre la voie au doublé français : Jean-Pierre Vidal en or, Sébastien Amiez en argent.

Getty Images

Un adolescent de Park City n'en manque pas une miette. "Aux Jeux de Salt Lake City, j'ai pu ouvrir les slaloms", raconte Ted Ligety. "J'étais au milieu des concurrents, j'avais en quelque sorte fait office de testeur pour eux. J'étais dans le portique de départ, à côté des meilleurs du monde, comme Bode. J'étais fan. C'était génial de les voir. J'ai eu la chance d'être à Snowbasin où Bode a gagné une de ses deux médailles d'argent. Il était loin derrière après la descente, puis il a fait deux manches de slalom de dingue. C'était génial, parce que personne ne croyait en lui."

Getty Images

À Salt Lake en 2002, Bode Miller est aussi devenu le premier Américain à gagner une médaille olympique en slalom géant. Et d'un seul coup, comme le souligne le directeur du ski alpin américain Jesse Hunt : "Je crois que les athlètes suivants ont commencé à croire que c'était possible pour un skieur alpin américain de réussir au plus haut niveau international."

Inspiré par Bode Miller, Ted Ligety remporte la médaille d'or du combiné alpin à 21 ans à Turin en 2006. Il devient le "king" incontesté du slalom géant (24 victoires en Coupe du monde), remportant un record de trois titres mondiaux dans la discipline et triomphant aux Jeux de Sotchi en 2014. C'est en fait toute une génération de skieurs et skieuses made in USA qui va briller au firmament. Lindsey Vonn, record féminin de 82 victoires en Coupe du monde, quatre gros globes de cristal, championne olympique de la descente en 2010, Julia Mancuso, médaille d'or du slalom géant à Turin en 2006, quatre médailles olympiques, et aujourd'hui, Mikaela Shiffrin, qui bat record sur record, double championne olympique, quintuple championne du monde à 23 ans, nouvelle recordwoman du nombre de victoires et de titres mondiaux en slalom.

Getty Images

La relève est là aussi, avec par exemple River Radamus, trois fois titré aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lillehammer en 2016 et champion du monde junior du super-G et du slalom géant en février 2019 à Val di Fassa (Italie).

 

Getty Images

Pour Ted Ligety, ce sont les Jeux de 2002 et Bode Miller qui ont allumé la flamme, tandis que sa station de Park City reste un haut lieu pour la pratique du ski, alpin et freestyle. Le double champion olympique n'hésite pas à s'engager auprès des plus jeunes. Il leur explique que le principal est de s'amuser et de travailler dur. Il leur transmet cette flamme, comme Bode Miller l'avait fait pour lui 17 ans auparavant…

back to top En