skip to content
Getty Images
Date
25 mai 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Natation , Natation

Pour Missy Franklin, le rêve est déjà devenu réalité


Auteure d’un exploit majeur à 17 ans aux Jeux Olympiques de Londres (quatre médailles d’or), devenue par la suite la plus couronnée des nageuses dans les championnats du monde de la FINA avec onze titres, Missy Franklin compte bien briller à nouveau à Rio cet été. Elle s’en donne les moyens !  

Ce que voit sur l’écran géant le public qui remplit les gradins de la piscine de l’Aquatics Centre de Londres et les millions de téléspectateurs devant leur poste, ce 3 août 2012, c’est une ligne jaune qui avance en travers du bassin, et une nageuse qui évolue devant. Cette ligne figure le record du monde du 200m dos, alors propriété de la Zimbabwéenne double tenante du titre olympique sur la distance Kristy Coventry, signé lors des championnats du monde FINA de Rome 2009, en 2:04.81. La nageuse qui devance cette ligne figurative de la première à la quatrième longueur de bassin est âgée de 17 ans, américaine, déjà gagnante du 100m dos  le 30 juillet, puis du relais 4x200m nage libre avec Dana Vollmer, Shannon Vreeland et Allison Schmid 24h plus tard : Missy Franklin. 


Ni ses rivales en finale, ni cette fameuse ligne jaune ne résistent au talent de la jeune Missy. Elle stoppe le chrono en 2:04.06, pulvérisant le record de Coventry qui termine au pied du podium, 4e. La Russe Anastasia Zuyeva prend la médaille d’argent (2:05.92) et la compatriote de Franklin Elizabeth Beisel se classe 3e en 2:06.55. Au lendemain de ce doublé olympique dans les épreuves individuelles de dos, Missy Franklin ouvre dans la même spécialité la finale du relais 4x100m 4 nages pour les USA. Elle est suivie par Rebecca Soni (brasse), Dana Vollmer (papillon) et Allison Schmitt (nage libre), et un nouveau record du monde tombe : 3:52.05 pour les américaines, en tête de bout en bout.

Avec cinq médailles, dont quatre en or, Missy Franklin est la plus couronnée des nageuses aux Jeux Olympiques de Londres, 2e tous sexes confondus derrière son compatriote Michael Phelps (6 médailles, quatre en or également). « Pour moi, la plus grande émotion aux Jeux Olympiques, c’est de faire partie d’une équipe, et de voir ses coéquipiers réussir de grandes choses. Les voir remporter la médaille d’or, les voir battre des records du monde : c’est si motivant, cela m’inspire tellement pour faire pareil ! C’est cela qui m’émeut, ce ne sont pas que les victoires de mes coéquipiers en natation, ce sont aussi celles de mes meilleurs amis » dira Missy Franklin. 

Sans jamais se départir d’un rayonnant sourire, la grande (1,88m) nageuse « née avec des palmes incorporées aux pieds » (elle chausse du 46) comme l’a décrite son père Dick, était déjà considérée comme la nouvelle sensation de la natation américaine à l’âge de 13 ans, lorsqu’elle avait participé sans succès aux sélections américaines pour les Jeux de Beijing 2008 à Omaha (Nebraska). 


Getty Images

Record de titres féminins aux championnats du monde 

Ses grands débuts sur la scène internationale ont lieu lors des championnats du monde de Shanghai en 2011 où elle remporte son premier titre sur 200m dos, et participe aux victoires des relais 4x200m nage libre et 4x100m 4 nages. Après ses exploits londoniens, elle effectue une fantastique razzia dans les Mondiaux de Barcelone 2013 : doublé 100m - 200m dos, victoire sur 200m nage libre, or avec les relais sur 4x100m et 4x200m nage libre ainsi que sur 4x100m 4 nages. A Kazan en 2015, Missy Franklin s’adjuge deux médailles d’or supplémentaires (4x200m nage libre et 4x100m mixte) : son total de onze médailles d’or remportées en trois éditions des championnats du monde de la FINA en font désormais la recordwoman de titres dans la compétition planétaire ! 

Avant de jouer sa qualification aux Jeux de Rio lors de l’étape incontournable des sélections américaines, les fameux « US Olympic Team Trials Swimming » qui auront lieu du 26 juin au 3 juillet 2016 à Omaha, Missy Franklin raconte : « Ma première expérience olympique a été tellement incroyable, et j’ai tant appris tout au long de ce parcours. Le fait que j’ai maintenant l’opportunité de représenter mon pays une deuxième fois aux Jeux Olympiques, c’est un rêve qui devient réalité ! »

Se projetant sur la défense de ses titres à Rio, elle indique aussi : « Oui, ce sont les Jeux, oui c’est particulièrement excitant, mais ce n’est aussi que nager dans une piscine, dans la même ligne, pour la même chose que vous avez fait encore et encore, des centaines de fois. Et même si j’ai déjà eu cette expérience à Londres, Rio aura ses propres particularités, ses propres défis, et c’est à cela que je vais devoir m’adapter, me préparer pour être la meilleure dans n’importe quelle situation ». 

En attendant, Missy Franklin explique début mai : « Je me sens vraiment très bien. Je travaille plus dur que jamais. Je mets toute mon âme, tout mon corps dans l’entraînement, jour après jour. C’est un sentiment incroyable de se consacrer pleinement à quelque chose et je sais qu’au moment d’arriver à Rio, j’aurai fait tout ce qu’il m’est possible de faire ».

Getty Images

Stressing the need to keep things in perspective, she added: “Yes, it’s the Olympics. But it’s also just another swim meet. The pool is the same length. The lanes are the same width. It’s just the same thing you’ve done a hundred times over and over again. 

“Even though I had that experience in London, Rio is going to come with its own quirks, with its own challenges, and I’m going to have to adapt to those. And that’s just what you have to prepare for: just learning how to adapt and be the best in any situation.” 

Discussing her preparations, she said: “I feel really, really good. I’m working harder than I’ve ever worked before and I’m putting every ounce of my heart and soul into practice every single day. And it’s an incredible feeling to dedicate myself so much to something. And I know that by the time I get to Rio, I’ll have done everything I can.” 

back to top En