skip to content
Date
18 oct. 1968
Tags
Mexique 1968

Pour Lia Manoliu, la cinquième fois est la bonne

De tout temps, les Jeux Olympiques ont eu le pouvoir de transformer des jeunes sportifs ambitieux en superstars et des athlètes méconnus en champions de premier plan.

L'édition 1968 ne fait évidemment pas exception à la règle.

Toutefois, les sportifs les plus expérimentés ont, eux aussi, toujours eu leur place dans cette compétition. Ceux qui ont lutté et persévéré toute leur carrière en quête d'une victoire qui leur a trop souvent échappé ont parfois été récompensés. Il arrive que les rêves se réalisent alors que l'espoir commençait à disparaître. Ces triomphes sont peut-être les plus beaux.

C'est précisément ce qui est arrivé à la lanceuse de disque Lia Manoliu à Mexico. À 36 ans, la Roumaine participe pour la cinquième fois aux Jeux Olympiques, sans avoir jamais remporté la médaille d'or. Sixième en 1952, neuvième quatre ans plus tard, elle avait dû se contenter du bronze en 1960 et 1964. Un tel palmarès n'a rien d'infamant, mais manque indiscutablement du clinquant que seul l'or peut offrir. Cependant, ses espoirs sont minces. Pour commencer, aucune femme n'a jamais gagné l'or olympique en athlétisme à cet âge. En outre, Manoliu se retrouve confrontée à une adversaire de taille.

L'année précédente, l'Allemande de l'Ouest Liesl Westermann est devenue la première femme à lancer le disque au-delà des 61 mètres. Depuis cette époque, elle entretient une forte rivalité avec l'Allemande de l'Est Christa Spielberg, qui lui dispute le Record du Monde. Pour ne rien arranger, Manoliu souffre d'une blessure au coude, qui menace à tout moment d'interrompre son concours.
Elle décide donc de tout miser sur son premier essai. Sa stratégie se révèle payante : elle propulse le disque à 58,28 mètres. Non contente de battre le record olympique, elle prend immédiatement les commandes.

Peu de temps après, la pluie commence à tomber. Manoliu enregistre trois fautes, un échec et un seul essai valide, mesuré à plus de dix mètres de sa première marque. En réalité, ses performances importent peu car ses rivales, gênées par la pluie, ne parviennent pas à lui reprendre la première place. Westermann termine à 50 centimètres et doit se contenter de la deuxième place.  Spielberg finit septième. Après 16 ans d'attente, Manoliu touche enfin au but.


La Roumaine participera encore à une sixième Olympiade et terminera neuvième du concours de Munich en 1972. Elle deviendra à cette occasion la première athlète féminine à prendre part à six Jeux Olympiques. Elle prendra ensuite sa retraite avant d’occuper de nouveau le devant de la scène olympique, quelques années plus tard, en tant que présidente du Comité Olympique Roumain.

back to top