skip to content
Getty Images

Pour la double médaillée Madison Rowlands, Lillehammer 2016 a été un terrain de préparation idéal pour PyeongChang 2018

À mi-parcours des qualifications pour les Jeux Olympiques d'hiver de 2018, la skieuse acrobatique britannique Madison Rowlands a hâte de mettre en pratique les enseignements tirés des Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lillehammer 2016.

Pour la star du ski acrobatique Madison Rowlands, les JOJ de Lillehammer auront été une préparation idéale pour les Jeux Olympiques d'hiver de PyeongChang 2018. Et avec une qualification presque assurée pour l'événement phare qui aura lieu l'année prochaine en Corée du Sud, la double médaillée de Lillehammer 2016 espère que sa théorie se vérifiera.

La jeune Britannique âgée de 16 ans a remporté l'or en halfpipe et le bronze en slopestyle aux JOJ de 2016.  "Lillehammer va indubitablement m'aider à me préparer pour les Jeux Olympiques", a confié Madison durant un camp d'entraînement organisé en Suisse. "Je suis au beau milieu des qualifications (pour PyeongChang 2018). Avec deux bons résultats à mon actif, j'ai fait la moitié du chemin. Ce serait une chance incroyable. Le simple fait de réussir à aller là-bas est difficile pour nous car nous ne pouvons pas skier chez nous, contrairement à certains athlètes d'autres pays."

Pour Madison Rowlands, qui possédait déjà une solide expérience avant les JOJ de 2016, Lillehammer a représenté bien plus que les pistes de ski, le halfpipe et les podiums. "C'était intéressant", a-t-elle dit.

"J'avais un emploi du temps chargé car je participais à deux épreuves et que le halfpipe se déroulait à Oslo. J'étais donc loin du reste de l'équipe. Mais j'avais déjà croisé tous les concurrents sur le circuit, donc ce n'était pas très différent. Skier avec l'uniforme olympique par contre est une chose à laquelle j'ai dû m'habituer. J'ai loupé plusieurs des activités auxquelles l'équipe a participé à cause de la compétition, mais pour moi, l'une des expériences les plus intéressantes a été de pouvoir découvrir les autres sports. J'ai beaucoup aimé suivre le curling et le bobsleigh par exemple."

"Se faire de nouveaux amis a aussi été une partie essentielle de mon expérience. Aujourd'hui, j'ai des amis partout dans le monde, nous restons en contact via les médias sociaux. C'est amusant. Parfois, nous nous retrouvons au même endroit : les bobbeurs vont souvent à St Moritz par exemple et moi je vais y aller pour une étape de la Coupe du monde, donc j'espère que nous pourrons nous voir. Ce qui m'a le plus touchée, c'est lorsque j'ai téléphoné à ma grand-mère après ma médaille d'or et qu'elle était en larmes. Lorsque je suis rentrée à la maison, ma famille avait organisé une fête gigantesque; tout le monde était là. C'était tellement bien."

IOC / Arnaud MEYLAN

Le soutien de ses amis et de sa famille est manifestement très important pour Madison. Tous sont extrêmement fiers de ses exploits et ils n'ont pas peur de le montrer, comme en témoigne la façon dont l'adolescente a appris qu'elle était qualifiée pour les JOJ de Lillehammer 2016.

"Je débarquais de l'avion en provenance des États-Unis et j'avais des tonnes de notifications sur Facebook", explique-t-elle. "Ma mère avait posté que j'avais été sélectionnée. Je ne le savais même pas. Ma tante a même mis comme photo de profil une photo de moi aux Jeux Olympiques de la Jeunesse. Toute ma famille est devenue dingue. C'était tellement drôle. Je ne la vois pas très souvent, donc le fait qu'elle me suive sur les réseaux sociaux me fait très plaisir."

IOC / Arnaud MEYLAN
back to top En