skip to content
Date
26 juil. 2007
Tags
Actu CIO

Point de vue du CIO à propos des récentes révélations sur le Tour de France


Les récents événements liés au dopage dans le contexte du Tour de France, certes alarmants, dénotent un changement d’attitude lent et laborieux, mais néanmoins significatif, à l’encontre de ceux qui choisissent de violer les règles de la compétition sportive. Ces révélations nous rappellent utilement que la lutte contre le dopage est un combat quotidien qui doit être mené de concert avec les autorités sportives, les équipes sportives, les athlètes et les entraîneurs, ainsi qu’avec les gouvernements.





Il est compréhensible que les incidents de ces derniers jours laissent aux amoureux du sport un sentiment de déception. Cela dit, ceux qui ne respectent pas les règles du jeu sont, force est de le reconnaître, plus fréquemment démasqués – que ce soit à travers l’intensification des contrôles ou à travers d’autres moyens de déceler les pratiques de dopage – et ceci montre clairement que les efforts déployés pour lutter contre le dopage ont réellement un impact.





Le Tour de France est une manifestation populaire qui ne relève pas de l’autorité du CIO. Toutefois, le débat actuel suscité par les affaires de dopage est une occasion pour le CIO de souligner les dangers auxquels s’exposent les athlètes en choisissant de recourir aux substances et méthodes dopantes. Le dopage est non seulement tricherie mais il est également une pratique très dangereuse pour la santé.





Le CIO place la lutte contre le dopage au premier rang de ses priorités. Pour les Jeux Olympiques, nous maintenons fermement notre politique de tolérance zéro, en instituant  un nombre sans précédent de contrôles – augmentation de 180 % pour les Jeux de l’an prochain à Beijing par rapport aux Jeux de 2000 à Sydney. Cette multiplication des contrôles sera opérée à la fois en compétition et hors compétition,  et les trois médaillés ainsi que les 4ème et 5ème finalistes de chaque épreuve seront systématiquement contrôlés. Nos procédures antidopage seront menées durant les Jeux en collaboration avec les autorités nationales et régionales si nécessaire, comme ce fut le cas lors des Jeux Olympiques de 2006 à Turin. À ces mesures vient s’ajouter l’activité des commissions disciplinaires formées en fonction des nécessités pour enquêter sur divers incidents liés au dopage qui ont pu toucher de précédentes éditions des Jeux Olympiques. 






Le CIO soutient avec force le travail accompli par l’Agence Mondiale Antidopage et les démarches entreprises pour harmoniser la lutte contre le dopage. Le CIO est fermement convaincu que l’action concertée des gouvernements et du milieu sportif est essentielle - non seulement pour contrôler les athlètes, mais également pour informer les jeunes des dangers du dopage pour la santé et des effets dévastateurs que cette pratique peut avoir sur la réputation et la carrière d’un sportif. Le CIO, aux côtés de tous les partenaires du Mouvement olympique, étudiera les moyens de renforcer la lutte contre ce fléau à l’occasion de la Conférence mondiale antidopage prévue en novembre 2007 à Madrid et dans le cadre de la révision du Code mondial antidopage.
Tags Actu CIO
back to top