skip to content
Date
21 août 2004
Tags
Athènes 2004

Pinsent réalise la passe de quatre

À Sydney 2000, la Grande-Bretagne avait gagné le quatre masculin avec des torrents d’émotion puisqu’en cette occasion, Steve Redgrave avait baissé le rideau de sa carrière exceptionnelle sur une ultime médaille d’or. Cela signifie que l’équipage qui arrive à Athènes arbore un visage vaguement familier : si James Cracknell et Matthew Pinsent étaient déjà de l’aventure australienne, en revanche Steve Williams et Ed Coode effectuent leurs débuts olympiques. La confiance de l’équipe britannique est pourtant intacte et ses équipiers sont déterminés à conserver le titre olympique.


On peut cependant difficilement qualifier les nouveaux venus de néophytes. Williams a en effet gagné un titre mondial alors que Coode a réalisé cette performance deux fois, même si son incorporation au bateau britannique n’est due qu’à la blessure du malheureux Alex Partridge, qui s’est cassé une côte un mois avant le début des Jeux.

La plupart des observateurs s’attendent à un mano a mano pour l’or entre les tenants du titre et les champions du monde canadiens, et c’est précisément ce qui va se produire.
Les deux bateaux se promènent en séries et passent à la vitesse supérieure lors des demi-finales, dans lesquelles la Grande-Bretagne signe le meilleur temps, 24 centièmes devant le Canada.

La finale s’annonce comme un combat de titans. Les Britanniques impriment un rythme rapide à la course et prennent un léger avantage à l’issue des premiers 1 000 m qu’ils tentent ensuite de préserver. Les Canadiens restent cependant en embuscade, veillant à conserver un écart minimal avant de produire leur effort. Alors que les deux bateaux arrivent à 500 m de l’arrivée, le rameur de proue canadien émerge légèrement en tête. L’espoir a brièvement changé de camp, mais les Britanniques répliquent en plaçant un démarrage qui va s’avérer cette fois décisif, puisque l’équipage de Pinsent prend facilement une demi-longueur d’avance.

Les Canadiens n’ont pourtant pas dit leur dernier mot. À 100 m à peine de l’arrivée, ils jouent leur va-tout avec brio, se ruent vers l’avant et se portent à la hauteur du bateau britannique alors que la ligne est en vue. Lorsque les deux bateaux la franchissent, nul n’est en mesure de dire qui a gagné. Il s’ensuit une longue interruption puis, pour le plus grand bonheur des supporters britanniques présents en masse dans les tribunes, le résultat tombe : la Grande-Bretagne est championne olympique. Du coup, pour ses derniers Jeux, Matthew Pinsent termine sa carrière par une quatrième médaille d’or.


back to top