skip to content
Getty Images
Date
13 août 2017
Tags
Rio 2016 , Actualités Olympiques

Rio 2016 - Jour 8 : Phelps s’arrête sur un 23e titre, Elaine Thompson nouvelle reine du sprint

Revivez sur olympic.org la journée du 13 août 2016 à Rio. Cette huitième journée de compétition marque la fin des épreuves de natation, avec la 23e médaille d’or de Michael Phelps. La Jamaïcaine Elaine Thompson s’adjuge le titre du 100m dames en athlétisme et la Portoricaine Monica Puig fait sensation en finale du simple dames de tennis.

Plus vite, plus haut, plus Phelps!

Clap de fin pour les épreuves de natation des Jeux de Rio, et pour la carrière stratosphérique de Michael Phelps. Celle-ci s’achève bien entendu par une médaille d’or, sa 23e pour un total de 28 podiums à l’arrivée du relais 4x100m quatre nages. Il contribue avec brio à la victoire du quatuor américain avec deux longueurs de papillon supersoniques. “Tout a commencé avec ce rêve de gamin de réussir quelque chose que personne n'avait jamais fait. Terminer avec des Jeux comme ça, c'est parfait. Maintenant, j'ai hâte de commencer un nouveau chapitre de ma vie”, dit la star américaine qui a encore remporté six médailles dans le bassin carioca.

Lors de cette dernière soirée de natation, la Danoise Pernille Blume remporte le titre du 50m nage libre (24.07) deux centièmes de seconde devant l'Américaine Simone Manuel (24.09), la Biélorusse Aliaksandra Herasimenia s’adjugeant le bronze en 24.11. Le relais 4x100m quatre nages féminin est remporté par les États-Unis (Simone Manuel, Lilly King, Dana Vollmer et Kathleen Baker) en 3:53.13 devant l’Australie et le Danemark de Pernille Blume. Enfin, Gregorio Paltrinieri s'adjuge l'or du 1500m nage libre un an après son titre de champion du monde, décrochant l'unique titre de l'Italie dans le bassin carioca. En 14.34:57, l'Italien de 21 ans devance l'Américain Connor Jaeger (14:39.48) et son compatriote Gabriele Detti (14:40.86). À Rio, les Américains auront raflé 16 titres sur 32, neuf d'entre eux impliquant Michael Phelps ou Katie Ledecky – for a total of 33 medals out of 97.

Getty Images
Athlétisme : Elaine Thompson nouvelle reine du sprint, Jessica Ennis cède son titre

Le titre du 100m dames reste propriété de la Jamaïque, mais c’est Elaine Thompson qui l’emporte, privant Shelly-Ann Fraser-Pryce, médaillée de bronze, d’un triplé historique. En 10.71, Thompson, qui était déjà la meilleure performeuse de la saison, devance l'Américaine Tori Bowie (10.83), Fraser-Pryce terminant en 10.86. “Quand j'ai franchi la ligne et regardé autour de moi pour voir si j'étais bien seule, je n'ai pas su comment célébrer ma victoire”, explique ensuite Elaine Thompson. “Je regardais bien sûr Shelly-Ann Fraser-Pryce quand j'étais plus jeune, je l'ai regardée à Londres en 2012. Je viens d'un coin qui n'est pas trop connu en Jamaïque, mais j'en suis fière.”

Le Britannique ’s Mo Farah, au sprint irrésistible, conserve sa couronne sur 10000 m en devançant, en 27:05.17, le Kényan Paul Tanui (27:05.64) et l'Ethiopien Tamirat Tola (27:06.26). “C'est vraiment fou. C'est incroyable de gagner des médailles pour son pays”, déclare Mo Farah. “C'est très exactement pour ça que je fais des sacrifices et que je m'entraîne. Je suis fier de pouvoir écrire l'histoire et rendre mon pays fier.”

À l’heptathlon féminin, coup de théâtre durant la deuxième journée. En tête à la fin du premier acte la veille (quatre épreuves), la tenante du titre britannique Jessica Ennis est dépassée par la Belge Nafissatou Thiam après le saut en longueur et le lancer du javelot. Ennis doit pour finir réussir une performance exceptionnelle dans le 800m, mais elle ne devance finalement Thiam que de sept secondes et se contente de la médaille d’argent. Thiam s’impose avec un total de 6 810 points, améliorant son record personnel de plus de 300 points. Le bronze revient à l’épouse canadienne du meilleur décathlonien au monde venu la soutenir, Brianne Theissen-Eaton.

Getty Images

Au lancer du disque, un Harting chasse l’autre. Robert ne peut pas défendre son titre gagné à Londdres 2012 après une blessure contractée dans sa chambre du village olympique et laisse son petit frère Christoph remporter l’or à Rio avec un dernier essai à 68,37m pour devancer le Polonais Piotr Malachowski (67,55m), champion du monde 2015, et un autre Allemand Daniel Jasinski (67,05m). Enfin, l’Américain Jeff Henderson est sacré champion olympique du saut en longueur avec un bond à 8,38m à son ultime tentative qui lui permet de battre le Sud-Africain Luvo Manyonga (8,37m). Le vainqueur britannique des Jeux de 2012 Greg Rutherford prend le bronze (8,29m). Usain Bolt, pour sa part, fait son premier galop d’essai en séries du 100m hommes, sans problème.

Getty Images
Monica Puig, une première en or pour Porto Rico

Monica Puig offre à Puerto Rico sa toute première médaille d'or olympique en créant la surprise en finale du simple dames de tennis sur le court en dur de Barra da Tijuca, où elle domine l'Allemande Angelique Kerber, numéro deux mondiale, 6-4, 4-6, 6-1. Un exploit retentissant! En état de grâce, trouvant les lignes du court avec son jeu audacieux et tout en puissance, Puig, 34e joueuse mondiale, écoeure Kerber, pourtant victorieuse de l’Open d’Australie 2016 et finaliste cette même année à Wimbledon. “Cette médaille me donne confiance sur ce que je suis capable de réussir. J'espère m'en servir pour grimper au classement, mais pour le moment je veux savourer”, dit la Portoricaine. La double championne tchèque de Wimbledon éliminée par Puig en demi-finale, Petra Kvitova se rattrape en battant l'Américaine Madison Keys (7-5, 2-6, 6-1) pour décrocher la médaille de bronze et prend place sur le podium aux côtés de Kerber et Puig pour vivre ce moment historique: la toute première diffusion de l'hymne portoricain aux Jeux Olympiques.

Le revenant argentin Juan Martín Del Potro gagne sa place en finale du simple hommes au terme d’un combat homérique de plus de trois heures face à l’Espagnol Rafael Nadal (5-7, 6-4, 7-6), ), sacré la veille dans le double hommes avec Marc López. Del Potro retrouvera le Britannique Andy Murray, vainqueur du Japonais Kei Nishikori (6-1, 6-4) et en course pour un fameux doublé olympique.

Elis Ligtlee reine du keirin, record britannique en poursuite féminine

Dans le keirin féminin, sur la piste du vélodrome olympique de Barra da Tijuca, la victoire se joue au centimètre. La Néerlandaise Elis Ligtlee s’impose d’un boyau (0,033 secondes) devant la Britannique Rebecca “Becky” James. Troisième, l’Australienne Anna Meares gagne sa sixième médaille aux Jeux. “Ce sont mes premiers Jeux Olympiques. Je suis venue à Rio et mon rêve a toujours été de remporter la médaille d’or”, raconte Elis Ligtlee. “J’ai vu Becky sur la ligne d’arrivée, je pensais que j’avais l’argent, mais j’ai regardé l’écran géant où il y avait mon nom avec le 1 devant. C’était “Ahhhhhhh, yeaaaah, fou!”

Le quatuor de la Grande-Bretagne remporte la médaille d'or de la poursuite par équipes dames en pulvérisant le record du monde de la distance des quatre kilomètres. Katie Archibald, Laura Trott, Elinor Barker et Joanna Rowsell-Shand battent en finale l'équipe américaine (Kelly Catlin, Chloe Dygert, Sarah Hammer et Jennifer Valente) ), comme à Londres quatre ans plus tôt. Les Britanniques, créditées d'une moyenne horaire de 57,547 km/h, s’imposent en 4.10:236, soit près de deux secondes de moins que leur précédent record, établi le matin (4:12:152). Le Canada (Allison Beveridge, Jasmin Glaesser, Kirsti Lay, Georgia Simmerling et Laura Brown) prend la médaille de bronze.

Getty Images
Les skiffs et les huit mettent un brillant point final aux régates d’aviron de Rio 2016

Dans la finale du skiff féminin, Kimberley Brennan, qui a dominé la spécialité sur toute l’Olympiade (championne du monde en titre), s’impose en 7:21.54 devant l’Américaine Genevra Stone à 1.38 et la Chinoise à 2.59, alors que la Néo-Zélandaise, qui était présentée comme sa principale rivale, termine au pied du podium. Et pourtant, la nouvelle championne olympique australienne a failli passer à la trappe en qualifications, ne signant que le 14e temps total des séries pour passer de justesse en quarts de finale!

Dans la compétition masculine, le quintuple champion du monde de skiff néo-zélandais Mahé Drysdale, 37 ans, tenant du titre olympique, et le Croate Damir Martin ont besoin d’une photo-finish pour être départagés à l’arrivée de la finale, tous deux crédités d’un temps de 6:41.34, record olympique. On imaginait plutôt que la course allait se résumer en un duel entre Drysdale et son éternel rival, le Tchèque Ondrej Synek, mais ce dernier doit se contenter du bronze à 2.76 des deux premiers. “J'ai eu le sentiment que Martin me dépassait et j'ai lancé quelques petits coups de rames désespérés”, relate le triple médaillé olympique de la catégorie après la photo-finish. “Ce n'est pas la manière dont vous voudriez que ça se finisse, mais s'en sortir avec ce résultat est fantastique.”

Getty Images

Le huit féminin américain (Emily Regan, Kerry Simmonds, Amanda Polk, Lauren Schmetterling, Tessa Gobbo, Meghan Musnicki, Ellie Logan, Amanda Elmore et Katelin Snyder) s’impose en puissance après avoir accéléré à mi-course pour remporter le troisième titre consécutif des États-Unis et étendre sa période d’invincibilité à dix ans dans cette spécialité. Une victoire en 6:01.49 avec 2.49 d’avance sur l’embarcation britannique, suivie par le bateau roumain, en bronze. Les huit rameurs britanniques font mieux que leurs coéquipières dans la dernière finale des régates olympiques sur le Lagon Rodrigo de Freitas. Ils réussissent à détrôner les vainqueurs allemands à Londres en 2012. Scott Durant, Tom Ransley, Andrew Triggs Hodge, Matthew Gotrel, Pete Reed, Paul Bennett, Matt Langridge, William Satch et Phelan Hill passent la ligne d’arrivée en 5:29.53, avec 1.33 d’avance sur le huit allemand, le bateau néerlandais prenant la médaille de bronze à 1.96. Les Britanniques ont mené du départ à l’arrivée et ont compté jusqu’à 2.54 d’avance aux 1500m. Soit précisément ce qu’ils avaient planifié selon William Satch. “C’était notre plan. Ne pas regarder en arrière, et pousser, pousser. Je n’ai pas cru que nous avions pu le faire quand nous avons franchi la ligne d’arrivée.”

Premier titre olympique au sabre pour la Russie

La Russie étend son règne sur le sabre féminin mondial en décrochant son premier titre olympique féminin par équipes grâce à sa victoire sur la formation ukrainienne en finale avec Yana Egorian, déjà médaillée d'or de l'épreuve individuelle, et qui réalise ainsi le doublé. Les États-Unis prennent la médaille de bronze. Yana Egorian, Yuliya Gavrilova et Sofya Velikaya n’auront jamais tremblé dans cette finale, s’imposant avec quinze touches d’avance (45-30). Pour Sofiya Velikaya, battue en finale individuelle à Rio par Egorian, ce titre arrive à point nommé, alors qu'elle dispute à 31 ans ses derniers Jeux Olympiques. “C’est très important que nous ayons toutes gagné”, dit-elle, “c’est un bel effort collectif. Quand vous tirez en individuel, vous avez plus de temps. Mais ici, ce ne sont que cinq touches, et vous sortez de la piste, vous devez passer le relais. C’est une joie sans pareille. Je ne peux pas décrire çà avec d’autres mots”.

Getty Images
Uladzislau Hancharou surprend Dong Dong pour s’adjuger l’or du trampoline

Le Biélorusse Uladzislau Hancharou éclipse le champion du monde en titre chinois Gao Lei et son compatriote médaillé d’or à Londres 2012 Dong Dong pour rebondir vers le titre olympique du trampoline. Hancharou, qui n’avait jusqu’alors gagné aucune compétition internationale, livre une performance étincelante. Avec notamment trois triples sauts périlleux, s’envolant très haut sous le plafond de l’arène olympique de Rio, pour devenir le premier gymnaste de son pays à gagner une médaille en trampoline. Il n’obtient pas la meilleure note en difficulté (17.300 contre 18.400 pour Gao et 17.800 pour Dong), mais il est de loin le meilleur dans l’exécution (26.400) et dans le temps passé en vol (18.045). Bien que son rêve de doublé olympique ait été contrecarré, Dong Dong, 27 ans devient le premier à avoir gagné des médailles en trampoline dans trois éditions des Jeux (il avait aussi pris le bronze à Beijing en 2008). Gao Lei se contente lui de la médaille de bronze.

Troisièmes médailles d’or pour les tireurs italiens et allemands à Rio

S’affirmant en tireur d’une fiabilité exemplaire, ne ratant jamais plus d’une fois la cible à chaque tour, l’Allemand Christian Reitz règne sur la compétition du tir au pistolet rapide à 25m. Après avoir gagné son premier titre en trois participations aux Jeux Olympiques, Reitz, 29 ans, traverse le pas de tir pour enlacer le jeune Français Jean Quiquampoix, 20 ans et partenaire d’entraînement, qui remporte l’argent après un barrage irrespirable face au Chinois Li Yuehong, lequel termine médaillé de bronze. L’Allemagne compte désormais cinq médailles d’or et neuf en tout dans les épreuves olympiques de tir rapide, plus qu’aucune autre nation. C’est aussi son troisième titre en tir à Rio après Henri Henri Junghänel au 50m couché et Barbara Engleder au 50m trois positions dames.

Gabriele Rossetti permet de son côté à l’Italie de remporter les deux épreuves hommes et dames de skeet après la victoire de Diana Bacosi’ la veille en finale face à Chiara Cainero. C’est aussi la troisième médaille d’or de l’Italie en tir à Deodoro. En finale, le policier Rossetti, 21 ans, qui dispute ses premiers Jeux, fracasse la totalité des plateaux, un 16 sur 16 face au Suédois Marcus Svensson, 26 ans, qui pour sa part n’en manque qu’un. “Je suis le champion, je suis le champion et c’est tout! Je suis heureux”, lance l’Italien, dont le père Bruno avait gagné le bronze dans la même compétition à Barcelone en 1992. “J’ai toujours imaginé que je pourrai gagner la médaille d’or. Mon père a eu le bronze. Je suis champion olympique à ma première participation. Je vais bien dormir ce soir!” L’athlète olympique indépendant Abdullah Al-Rashidi, 52 ans, devenu un des chouchous du public, s’adjuge le bronze, sa première médaille en six participations aux Jeux, en battant l’Ukrainien Mikola Milchev 16-14 dans la “petite finale”.

Getty Images
Sohrab Moradi apporte son deuxième titre à l’Iran en haltérophilie

Sohrab Moradi remporte la deuxième médaille d’or iranienne en deux jours sur le plateau d’haltérophilie du Pavillon 2 Riocentro. Il finit loin de ses rivaux dans la catégorie des 94kg hommes. Moradi l’emporte nettement, avec un total olympique de 403kg (182kg à l’arraché, 221kg à l’épaulé-jeté) qui lui donne une marge de 8kg sur le Biélorusse Vadzim Straltsou (395kg) et de 11kg sur le Lituanien, sans avoir besoin de réussir ses deux dernières tentatives à l’épaulé-jeté sur une barre record à 234kg.

back to top En