skip to content
Tokyo 2020

Paula Rodriguez prête à allumer le feu pour ses débuts olympiques

La karateka espagnole Paula Rodriguez vit une véritable double vie : en plus d'accomplir son métier de sapeur-pompier, elle espère rapidement devenir athlète olympique. La Madrilène, championne d'Europe et vice-championne du monde, espère en effet valider son billet au sein de l'équipe d'Espagne pour Tokyo 2020 où le karaté va faire ses premiers pas olympiques.

IOC

Pour mener à bien sa mission, Paula Rodriguez s'est fixé un calendrier des plus contraignants. Après chaque garde de 24 heures en tant que soldat du feu dans l'armée espagnole, elle part suivre quatre jours d'entraînement intensif et de compétition de karaté. Elle avoue qu'elle doit redoubler d'efforts puisqu'à l'heure actuelle, il n'est pas possible de vivre du karaté dans son pays. En revanche, jamais elle ne se plaint, consciente qu'elle a la chance d'allier ses deux passions : « Quand vous aimez ce que vous faites, ce n'est pas si dur », dit-elle.

Paula Rodriguez n'a que 10 ans quand elle entre dans le monde du karaté. À l'époque, elle va assister à des cours avec ses amis avant de découvrir qu'elle dispose d'un talent inné pour cet art martial.

Débarquée en équipe nationale à l'âge de 17 ans, elle goûte rapidement au succès en décrochant la couronne individuelle européenne avant même d'avoir soufflé ses 18 bougies, dans la catégorie Kata cadets aux Championnats d'Europe cadets/juniors de 2003. La même année, elle remporte la médaille de bronze aux Championnats du monde cadets/juniors.

Si elle estime avoir bénéficié de la « chance du débutant », les atouts qu'elle affiche en disent plus long. Par la suite, elle décroche en effet la médaille d'argent en kata avec l'équipe féminine d'Espagne aux Championnats du monde 2016, et l'or en équipe aux Championnats d'Europe la même année.

Le karaté m'a aidée à devenir la personne que je suis aujourd'hui, sur les plans personnel et professionnel. Paula Rodriguez Espagne

L'Espagnole affirme que le niveau de discipline exigé en karaté est d’une grande aide dans son métier. « Le karaté m'a aidée à devenir la personne que je suis aujourd'hui, sur les plans personnel et professionnel. La discipline vous aide dans tout. Ça vous aide à rester concentré dans la vie de tous les jours, dans le travail, pendant les entraînements et dans les combats. »

Les collègues de Rodriguez à la caserne n'hésitent pas à la complimenter sur ses nombreux accomplissements, elle qui travaille à leurs côtés depuis 10 ans maintenant. Pour eux, elle est « exceptionnelle ». Dans un métier où « votre vie dépend de vos collègues », la solidarité est un principe encore plus fondamental que dans le sport. Ses collègues sont, pour elle, une deuxième famille en raison des gardes et des expériences qu'ils partagent. Elle peut compter sur un soutien inconditionnel, qui lui permet même de ne rater aucune séance d'entraînement ni aucune compétition.

IOC

Si elle n'a pas l'intention de brûler les étapes avant Tokyo 2020, Rodriguez dispose de la détermination et du positivisme nécessaires pour devenir l'une des premières médaillées olympiques en karaté.


back to top En