skip to content

Patinage ded vitesse - Bonnie Blair a eu raison de changer de piste

L’Américaine Bonnie Blair est montée pour la première fois sur des patins alors qu’elle avait 2 ans. Spécialiste de la piste courte à l’origine, elle bifurquera plus tard vers l’anneau de 400 m où elle démontrera rapidement qu’elle s’y sent complètement chez elle.


Bonnie Blair a effectué ses débuts olympiques quatre ans plus tôt à Sarajevo, où elle a terminé huitième du 500 m, mais elle patine désormais plus vite, a davantage d’expérience et a élargi sa palette. À Calgary, elle s’aligne sur 500 m, 1 000 m et 1 500 m, et semble capable de relever le défi du podium dans chacune de ces épreuves.

Sa principale préoccupation, cependant, reste cependant le 500 m où sa plus grande adversaire est l’Allemande de l’Est Christa Rothenburger, championne olympique en titre. L’Allemande patine brillamment dès la première série et améliore son propre record du monde de près de 25 centièmes, signant un chrono de 39’’12. Devant une telle démonstration, certaines patineuses pourraient se montrer intimidées, mais pas Bonnie Blair qui sait désormais ce qu’il lui reste à faire et elle va tenter de relever le défi.

L’Américaine ne pouvait rêver à meilleur départ. Elle s’élance plus vite que jamais auparavant et boucle les premiers 100 m en 10’’55 – deux centièmes plus vite que l’Allemande de l’Est. Cet avantage va s’avérer décisif, car elle va épouser ensuite quasiment le même rythme que sa rivale et conserver son mince avantage jusqu’à l’arrivée. En maintenant cet écart de deux centièmes sur son adversaire, elle améliore le record du monde et remporte sa première médaille d’or.

Elle enlève une autre médaille, en bronze, dans le 1 000 m et termine quatrième du 1 500 m. Bonnie Blair écumera encore l’anneau olympique tant en 1992 qu’en 1994, ramenant à nouveau les titres olympiques du 500 m et du 1 000 m, ce qui fera d’elle l’une des plus grandes patineuses de l’histoire.

back to top En