skip to content
Date
28 févr. 1988

Patinage de vitesse - Yvonne van Gennip déjoue les pronostics pour un triplé en or

La patineuse de vitesse néerlandaise Yvonne van Gennip est arrivée à Calgary sans faire trop de bruit. La majeure partie de l’attention est alors tournée vers les meilleures spécialistes d’Allemagne de l’Est. De son côté, la Néerlandaise s’est blessée au pied moins de deux mois avant le début des Jeux, conséquence d’une chaussure trop serrée. Elle a dû être opérée et a passé deux semaines de convalescence à l’hôpital. Résultat, alors qu’elle faisait figure de médaillée potentielle, personne ne s’attend plus aujourd’hui à ce qu’elle réalise à nouveau les prouesses dont elle était coutumière.


Yvonne Van Gennip a débuté sur la scène olympique quatre ans plus tôt à Sarajevo où elle a fait une grosse impression dans trois épreuves, sans être toutefois en mesure de se hisser sur le podium. Il est certain qu’elle a sensiblement progressé depuis, mais le cumul du défi est-allemand et de sa blessure au pied apparaît comme un obstacle quasi infranchissable.

Elle s’aligne d’abord dans le 3 000 m et dès le départ, il est clair qu’elle va avoir affaire à une forte opposition. L’Allemande de l’Est Andrea Ehrig, tenante du titre, est la première sur l’anneau et elle atomise le record du monde de sa compatriote Gabi Zange de plus de quatre secondes, se plaçant d’entrée parmi les prétendantes à la victoire.

La Néerlandaise entre en lice trois paires plus loin. Elle patine sur les mêmes bases qu’Andrea Ehrig durant la plus grande partie de sa course, avant de passer la vitesse supérieure dans les derniers tours pour s’imposer de 15 centièmes et battre au passage le record du monde de l’Allemande de l’Est.

Quatre jours plus tard, les deux femmes se retrouvent dans le 1 500 m, en compagnie d’une autre vétérane est-allemande, Karin Kania. Une fois encore, la bagarre est extrêmement serrée, mais une fois de plus c’est Yvonne van Gennip qui a le dernier mot, puisqu’elle devance Karin Kania de 14 centièmes et obtient sa deuxième médaille d’or des Jeux en établissant un nouveau record olympique.

Lorsqu’elle aborde son ultime épreuve, le 5 000 m, Yvonne van Gennip regorge donc de confiance. Andrea Ehrig, qui patine dans la première paire, va cependant battre le record du monde de la Néerlandaise de plus de trois secondes. Mais comme dans le 1 500 m, la patineuse des Pays-Bas réagit en patinant à son meilleur niveau, tant en termes de vitesse que tactique. Une fois encore, elle patine légèrement moins vite que ce qu’il faudrait avant de placer une accélération en fin d’épreuve qui lui permet de franchir l’arrivée en réalisant trois secondes de moins exactement qu’Andrea Ehrig. Elle fait même coup double, obtenant sa troisième médaille d’or tout en récupérant son record du monde.

Yvonne van Gennip sera accueillie à son retour comme une héroïne : une foule énorme se presse à Haarlem, sa ville natale, pour lui rendre hommage.

back to top