skip to content

Patinage de vitesse - Jansen persiste malgré la tragédie

Triompher, ce n’est pas toujours gagner des médailles ou battre des records. Cela peut
également recouvrer la façon dont on surpasse l’adversité.


Victorieux d’une série d’épreuves de Coupe du monde, le patineur de vitesse américain Dan Jansen est devenu favori du 500 m comme du 1 000 m. Une semaine à peine avant les Jeux, il a également gagné le titre mondial du sprint et semble bien placé pour rafler l’or à Calgary.

Mais le jour même du 500 m, il reçoit de mauvaises nouvelles. L’état de santé de sa sœur Jane Beres, qui souffre d’une grave leucémie, s’est détérioré et Jansen apprend qu’elle est sur le point de mourir. Il lui téléphone et lui transmet un message, mais alors qu’elle ne peut plus parler, elle réussit à lui indiquer qu’elle souhaite qu’il reste à Calgary et qu’il coure. Un peu plus tard, moins de trois heures après avoir parlé à sa sœur, Jansen est informé de son décès.

Personne ne lui en aurait voulu s’il s’était retiré de la compétition, mais lui décide de continuer. Porté par les dernières volontés de sa sœur, il pénètre sur la glace plus tard cet après-midi-là. Bien qu’encouragé par un public tout acquis à sa cause, il glisse et tombe dès le premier virage. Le destin insiste parfois cruellement.

Quelques jours plus tard dans le 1 000 m, après avoir pris un départ hyperrapide, Dan Jansen chute à nouveau et il retourne donc chez lui bredouille. Il recevra toutefois le Prix de l’esprit olympique américain pour sa décision d’avoir continué à courir malgré cet effroyable contexte.

Jansen ratera à nouveau le podium olympique aux Jeux d’hiver de 1992, mais parviendra enfin à ses fins à Lillehammer 1994 en remportant le titre du 1 000 m qu’il dédiera à sa sœur. Il effectuera alors un tour d’honneur en tenant dans ses bras sa propre petite fille, prénommée Jane elle aussi.

back to top En