skip to content
Date
26 févr. 1988

Patinage de vitesse - Christa Rothenburger entame une année faste

Rares sont les sportifs qui ont connu une année aussi intense que la patineuse est-allemande Christa Rothenburger en 1988. Les exploits qu’elle a réalisés cette année-là sont uniques à ce jour, et ne seront sans doute jamais égalés. À l’époque des Jeux de Calgary, Christa Rothenburger est d’ailleurs déjà une championne reconnue.


Elle a gagné la médaille d’or du 500 m de patinage de vitesse aux Jeux de Sarajevo et a occupé successivement par la suite toutes les places du podium aux Championnats du monde. Mais elle s’est également signalée par ses exploits à vélo, sport qu’elle pratique durant la morte-saison du patinage. À l’origine, c’était juste un loisir pour elle et un moyen de garder la forme pour le patinage, mais il est apparu très vite qu’elle avait également un très gros potentiel en selle. Soucieuse de se tester davantage, elle finit par participer aux Championnats du monde de cyclisme sur piste en 1986, où elle gagne superbement le titre de la vitesse.

Dilemme : Christa peut-elle se partager avec succès entre les deux sports, sachant que le calendrier olympique de 1988 comprend à la fois les Jeux d’hiver et les Jeux d’été ? D’autres sportifs ont été médaillés olympiques en hiver et en été, mais aucun d’entre eux ne l’a fait la même année. Christa Rothenburger ne se pose pas de questions et chausse ses patins pour remplir la première partie de son contrat en obtenant une médaille d’argent sur 500 m – l’or lui échappe pour à peine deux centièmes. C’est cependant dans le 1 000 m qu’elle donne toute sa mesure en fonçant vers la médaille d’or avec un nouveau record du monde, au détriment de sa compatriote est-allemande Karin Kania, battue de cinq centièmes.

Sept mois plus tard, elle troque ses patins pour des roues et investit le vélodrome de Séoul pour la vitesse féminine sur piste. Tout comme à Calgary, le défi comporte un 1 000 m hyper-rapide nécessitant  une lecture tactique seconde après seconde, puis d’aller au bout de ses limites en fin d’épreuve. Une fois de plus, Christa Rothenburger s’en acquitte avec brio en décrochant une médaille, en argent cette fois, mais qui lui suffit à occuper une place à part dans l’histoire olympique.

 

back to top En