skip to content
IOC/OIS
Buenos Aires 2018

Pat McCaffery prêt à relever les défis des JOJ après avoir vaincu le cancer

Le parcours de Pat McCaffery, la star américaine du basketball 3x3, jusqu'aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Buenos Aires 2018 a été plus difficile que celui des autres concurrents. Après avoir survécu à un cancer, le jeune homme est plus déterminé que jamais à oublier le mauvais départ pris par son équipe pour rapporter l'or à la maison…


Il est peu probable que l'arrière Pat McCaffery ait été particulièrement troublé par la défaite de son équipe lors de son premier match, ici, aux JOJ de Buenos Aires 2018, lui qui a dû surmonter des obstacles bien plus redoutables pour réussir sur les terrains de basket.

Il y a tout juste quatre ans en effet, après que son entraîneur eut remarqué qu'il manquait d'énergie durant les entraînements, il apprenait, le jour de son 14e anniversaire, qu'il était atteint d'un cancer de la thyroïde.

"[Mon entraîneur] avait remarqué que je m'essoufflais plus rapidement que d'habitude lors de certains exercices, confie Pat McCaffery. J'avais beaucoup de mal à récupérer et lors d'une séance, je me suis carrément écroulé."

Le scanner effectué alors montre la présence d'une grosse tumeur dans sa trachée, qui, une fois retirée, se révèle maligne. Pat suit alors un traitement lourd, avec une nouvelle opération chirurgicale et une dose d'iode radioactif qui l'obligent à passer trois jours en isolement total. Durant les quelques mois qui suivent, Pat se concentre uniquement sur sa guérison, le lycée et le basketball étant relégués au second plan.

"J'ai manqué énormément de cours, mais mes professeurs ont été supers, explique-t-il. Pareil pour le basket. Pour moi, c'était un moyen de m'échapper, et là, tout d'un coup, je ne pouvais plus y jouer autant qu'avant, et en tout cas pas avec l'équipe. Je pouvais faire des paniers, mais ce n'était pas la même chose, j'étais tout seul. Ça m'a anéanti. Moi, tout ce que je voulais, c'était jouer."

CIO

Après avoir surmonté de telles épreuves, il n'est guère surprenant que Pat McCaffery ait réussi à remotiver ses "troupes" pour leur deuxième rencontre, durant laquelle l'équipe américaine est parvenue à rattraper son retard pour l'emporter finalement 21-19 sur la Mongolie, un véritable retournement de situation pour les nombreux spectateurs présents dans le parc urbain.

Olympic.org a rencontré Pat McCaffery au village olympique de la jeunesse pour en apprendre davantage sur son périple jusqu'aux JOJ et son expérience à Buenos Aires…

Q. Comment les choses se passent-elles pour toi jusqu'ici à Buenos Aires ?

R. Nous avons perdu un match et nous en avons gagné un – ce n'est pas idéal. On aurait préféré remporter les deux. Mais après notre défaite lors de la première rencontre, je pense que nous avons beaucoup mieux joué pour la deuxième. Nous avons eu un bon entraînement hier et un autre aujourd'hui. Je pense que notre équipe est clairement sur la bonne voie. Je suis impatient de voir ce que va donner la suite du tournoi.

Q. Que représente pour toi le fait de participer à une édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse ?

R. Je m'amuse énormément. Tout est parfait. Je n'avais jamais rien connu de tel auparavant : côtoyer tous ces athlètes venus des quatre coins du monde. Il y a tellement de pays et de sports représentés ici. C'est génial. J'essaie d'en profiter au maximum. Je prends autant de photos que je peux et j'essaie d'emmagasiner le plus de souvenirs possible. C'est un événement très spécial pour moi.

Q. Qu'espères-tu retirer de cette expérience ?

R. C'est la première fois que je représente les États-Unis. C'est une occasion en or. Il n'y a rien de mieux que de porter “USA” sur son maillot et de pouvoir représenter son pays sur une scène internationale. Comme je l'ai déjà dit, j'essaie d'en profiter au maximum, de rencontrer des personnes d'autres pays et de sortir un peu de ma zone de confort.

CIO

Q. Ton parcours pour arriver jusqu'ici, plus que celui de n'importe quel autre concurrent, a été semé d'embûches. [Pat a triomphé d'un cancer.] Apprendre que l'on a un cancer à 14 ans a dû être très effrayant ?

R. Oui, le mot “cancer” est vraiment effrayant. Ma mère a fait énormément de recherches sur le sujet et tous les médecins que j'ai rencontrés m'ont dit que la plupart des adolescents qui avaient eu un cancer de la thyroïde menaient une vie tout à fait normale après. Ils décrivent ça comme un "obstacle sur la route"… un sacré obstacle quand même, mais je m'en suis plutôt bien remis.

Q. Tous ces mois de traitement t'ont-ils appris quelque chose que tu peux utiliser sur un terrain de basket ?

A. Oui, bien sûr ! Lorsque je ne suis pas en grande forme, je me dis que ma situation pourrait être bien pire. Aujourd'hui, je ne prends plus rien pour acquis. Je n'arrête jamais de travailler parce que je sais que la situation peut toujours s'améliorer.

Q. Est-ce que cette attitude va pouvoir t'aider ici aux Jeux Olympiques de la Jeunesse ?

R. Absolument. Il y a de très bonnes équipes ici. Nous aurons affaire à forte partie, c'est sûr. Décrocher l'or – ce que bon nombre de personnes attendent des États-Unis – ne sera pas une promenade de santé. Il y a beaucoup d'équipes qui sont meilleures que nous en basket 3x3 parce qu'elles y jouent plus que nous et qu'elles se connaissent depuis bien plus longtemps. Mais si nous continuons à travailler avec nos entraîneurs et à tout donner, je pense que nous pouvons réussir une percée ici, et avec un peu de chance aller décrocher l'or.

Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir les dernières nouvelles arrow right
back to top En