skip to content
Date
19 févr. 2002
Tags
Salt Lake City 2002 , Actu CIO

Parra glisse vers l’or

Né en Californie où il a grandi, Derek Parra n’est pas passionné par la glace ou la neige, mais par le roller en ligne. Il ne ménage pas ses efforts pour développer ses compétences, travaillant notamment dans une patinoire toute proche afin de bénéficier de temps de glisse supplémentaire pour peaufiner sa technique. Il réussit si bien qu’il devient l’un des meilleurs patineurs en ligne de la planète, gagnant les titres américain et mondial. Mais toujours à la recherche de nouveaux défis, il décide d’exploiter sa vitesse brute et ses aptitudes techniques et bifurque vers la glace. Au revoir le patinage en ligne, et à partir de 1996, bonjour le patinage de vitesse.


Si sa progression est impressionnante, il ne connaît cependant pas la réussite du jour au lendemain. Il est à deux doigts d’aller aux Jeux de 1998 à Nagano, mais il perd ensuite sa place en raison d’une erreur administrative. Au lieu de laisser la colère l’envahir, Parra transforme sa déception en détermination pour s’améliorer et progresser.

Il patine de plus en plus vite, améliorant à la fois sa technique et sa connaissance tactique. Les médailles suivent aux Championnats du monde et en 2002, il prend la troisième place des Mondiaux toutes épreuves. C’est donc avec une confiance accrue qu’il aborde Salt Lake City.

Parra donne la priorité au 1 500 m mais il s’aligne dans trois épreuves, à commencer par le 5 000 m dans lequel il réalise logiquement une performance qui stupéfie le monde des observateurs. Arborant le calme d’un vieux briscard, il enchaîne les tours rapides, ce qui lui permet d’être en course non seulement pour le podium mais aussi pour un nouveau record du monde. Finalement, son temps est battu par le patineur néerlandais Jochem Uytdehaage, mais l’exploit de Parra n’en est pas moins énorme. Il est d’ailleurs récompensé par la médaille d’argent.

Il va gravir une marche supplémentaire par la suite dans un 1 500 m très ouvert. Cette fois, c’est au tour de Uytdehaage d’affoler le chronomètre le premier, battant le record du monde pour s’installer en tête du classement. Parra sait désormais qu’il va devoir sortir une botte secrète de son chapeau pour s’imposer et c’est ce qu’il fait. Il améliore le record du monde de plus d’une demie seconde pour sceller sa médaille d’or. L’ancien spécialiste du roller en ligne est désormais champion olympique de patinage de vitesse.

back to top