skip to content
IOC
Date
13 sept. 2017
Tags
Paris 2024 , Actualités Olympiques

Paris 1924 : les Jeux grandissent !

Paris accueille les Jeux Olympiques pour la troisième fois en 2024. Nous revenons à cette occasion sur les deux précédentes éditions organisées dans la capitale française. Les deuxièmes Jeux à Paris en 1924 marquent une évolution importante, avec plus de CNO, plus d'athlètes, plus de médias qu'auparavant, et rencontrent un beau succès populaire. La renommée de leurs principaux héros sportifs traversera les décennies.

La 19e session du Comité International Olympique à Lausanne, le 2 juin 1921, est historique à plusieurs titres. D'une part, "puisqu’il s’agissait d’enchaîner l’avenir pour deux Olympiades, décision que rien n’empêchait le CIO de prendre, mais qui ne l’avait jamais été", comme l'a écrit Pierre de Coubertin dans ses mémoires olympiques (1931), les Jeux d'été de 1924 et de 1928 sont simultanément attribués à Paris et à Amsterdam. D'autre part, dans le cadre de la VIIIe olympiade, décision est prise d'organiser une "semaine internationale des sports d'hiver" à Chamonix, laquelle sera rétrospectivement requalifiée comme les premiers Jeux Olympiques d'hiver. Pierre de Coubertin a mis tout son poids dans le retour des Jeux à Paris, sa ville natale, avant de quitter en 1925 la présidence du mouvement qu'il a fondé.

CIO

Colombes, le cœur des Jeux de la VIIIe olympiade

Les Jeux de Paris 1924 se déroulent du 4 mai au 27 juillet, et la ville de Colombes, dans la banlieue nord-ouest de Paris, est leur cœur. Là, pour la première fois, tous les athlètes sont regroupés dans un Village Olympique, des baraquements en bois construits dans les abords immédiats du Stade Olympique où ils sont logés en "pension complète", avec accès à l'eau courante, à une poste, à un bureau de change, un salon de coiffure et même à un restaurant.

IOC

Le Stade Olympique, ancien hippodrome, transformé en arène (le "Stade du Matin") pour l'athlétisme, le rugby et le football dès 1907, va être totalement rénové et agrandi pour l'occasion, porté à une capacité de 45.000 places dont 20.000 assises, pour être le théâtre des Cérémonies d'Ouverture et de Clôture, et des épreuves d'athlétisme, de football et de rugby. Un stade nautique et des courts de tennis sont également construits autour du Stade Olympique. Les autres épreuves se déroulent, comme en 1900, dans la capitale (vélodrome d'hiver pour le cyclisme, l'escrime, la lutte, la boxe et l'haltérophilie, hippodrome d'Auteuil pour l'équitation, piscine des Tourelles, premier bassin de 50 m à couloirs séparés par des lignes de bouchons en liège, pour la natation) et tout autour, par exemple à Versailles, Issy-les-Moulineaux et jusqu'à Reims pour le tir et comme vingt-quatre ans plus tôt, sur le bassin d'Argenteuil pour l'aviron et le canoë-kayak en démonstration.

À Paris, le nombre de Comités Nationaux Olympiques engagés passe de 29 à Anvers en 1920, à 44, révélant la nouvelle ampleur prise par les Jeux. Cette popularité est confirmée par la présence de plus de 1000 journalistes, parmi lesquels ceux de la radio pour la première diffusion des Jeux par les ondes. Il y a 3089 athlètes engagés dont 135 femmes, pour 126 épreuves en tout dans 17 sports. C'est aussi à Paris que les concours d'art olympique (littérature, sculpture, peinture, architecture, musique) consacrés à la célébration des sports et de l'olympisme, connaissent leur apogée avec la présence dans le jury de grands noms comme Jean Giraudoux et Paul Claudel en littérature, Maurice Ravel et Bela Bartok en musique ou Fernand Léger en peinture.

CIO

Les héros des Jeux de Paris 1924

Plusieurs athlètes vont inscrire leur nom en lettres d'or dans l'histoire des Jeux Olympiques modernes, à Paris, en 1924. En athlétisme, voici les immortels "Finlandais volants" : l'extraordinaire Paavo Nurmi, déjà vainqueur de trois titres à Anvers en 1920 (plus une médaille d'argent) qui réalise l'exploit incroyable de gagner à Colombes le 10 juillet le 1500 m et le 5000 m en l'espace de 55 minutes. Il s'impose aussi dans le cross-country individuel, et par équipes dans la même épreuve et dans le 3.000 m. Il est l'athlète le plus titré de ces Jeux (cinq médailles d'or), mais pas le plus médaillé ! Son coéquipier Ville Ritola est son dauphin dans le 5 000 m et le cross-country, il gagne le 10 000 m et le 3 000 m steeple, et participe aux victoires finlandaises dans le cross-country par équipes et dans le 3.000m, soit six médailles dont quatre en or !

CIO

Toujours en athlétisme, l'histoire des amis britanniques Harold Abrahams, vainqueur du 100 m et Eric Liddell, premier du 400 m, sera immortalisée dans un fameux film sorti en 1981, "Les Chariots de Feu" qui remportera un succès international et quatre Oscars dont celui de la partition musicale également très fameuse signée Vangelis. L'Américain Bud Houser réussit  quant à lui l'exploit unique de gagner les épreuves de lancer du poids et du disque !

CIO

Dans la piscine des Tourelles, un certain Johnny Weissmuller multiplie les exploits. A 20 ans, il prive son compatriote Duke Kahanamoku (le futur pionnier du surf) d'un troisième titre consécutif sur le 100 m nage libre. Il le bat en passant sous la minute - ce qu'il a été le premier à réaliser dès 1922 -, en 59 secondes tout rond pour un triplé américain sur la distance puisque Samuel Kahanamoku termine à la 3e place derrière son grand frère. Weissmuller continue en gagnant le 400 m nage libre, et le relais 4 x 200 m nage libre avec l'équipe américaine. Il participe également au tournoi de water-polo où les USA prennent le bronze. Johnny Weissmuller poursuivra ses exploits à Amsterdam en 1928 avant de se lancer dans une carrière cinématographique en endossant le rôle de Tarzan dans une douzaine de films au succès international.

CIO

En escrime, le Français Roger Ducret s'adjuge pas moins de cinq médailles d'or et d'argent dans les trois armes, dont trois titres au fleuret individuel et par équipes et à l'épée par équipes. Le fleuret féminin débute aux Jeux et la Danoise Ellen Osiier en est la première championne olympique.

En tennis, qui est pour la dernière fois au programme olympique avant son retour officiel en 1988, l'Américain Vincent Richards gagne le simple hommes, le double hommes et prend l'argent dans le double mixte. La dernière championne olympique du simple dames avant Steffi Graf est Helen Wills-Moody, une des plus grandes championnes de son époque, qui prend également l'or du double dames, tandis qu'un survivant du naufrage du Titanic, Richard Norris Williams, s'adjuge le double mixte avec Hazel Hotchkiss Wightman. Bref, les USA gagnent les cinq titres du tennis mis en jeu.

CIO

En rugby, pour la dernière apparition de ce sport sur la scène olympique avant les Jeux de Rio 2016, le XV des Etats-Unis stupéfie les 45 000 spectateurs du stade de Colombes le 18 mai en battant la France sur le score de 17-3. Plusieurs joueurs américains déjà titrés en 1920, dont le capitaine Colby Slater, restent à ce jour les seuls doubles champions olympiques du rugby. Tandis que dans le populaire tournoi de football, l'Uruguay triomphe en finale 3-0 face à la Suisse dans un stade de Colombes comble le 9 juin, avec sa vedette José Léandro Andrade, élu meilleur joueur du tournoi, qui sera à nouveau champion olympique en 1928, puis vainqueur de la première Coupe du monde de la FIFA en 1930.

Héritage

Alors que l'athlète français Georges André a prononcé le serment olympique lors de la Cérémonie d'ouverture, et qu'un hommage solennel a été rendu à Pierre de Coubertin le 23 juin, 30 ans après la rénovation des Jeux ("J'ai fait mon œuvre," dira-t-il à cette occasion), la cérémonie de clôture le 27 juillet 1924 présente une innovation : pour la première fois, trois drapeaux sont hissés : le drapeau olympique, et ceux des deux pays hôtes des Jeux présents et futurs (la France et les Pays-Bas). Ce qui deviendra une tradition.

CIO

Ces Jeux ont marqué une évolution importante, de par la présence de nombreux médias ainsi que l'arrivée de la radio, et leur succès populaire avec un total de 625 000 spectateurs. Des sites utilisés il y aura 100 ans en 2024, il reste principalement le Stade Olympique de Colombes, devenu le "Stade Yves-du-Manoir" qui a toujours été utilisé a plusieurs fois été rénové, et qui sera un des sites des Jeux de Paris 2024, pour les épreuves de hockey sur gazon ! La piscine des Tourelles (aujourd'hui "piscine Georges-Vallerey"), construite pour les Jeux 1924 dans le XXe arrondissement parisien, a elle aussi traversé les décennies, elle possède aujourd'hui un toit découvrable et reste accessible aux Parisiens comme pour diverses compétitions. Versailles et son Château, qui avaient accueilli le tir sportif, seront en 2024 le théâtre des épreuves d'équitation et de pentathlon moderne.

CIO

Dans l'introduction du rapport officiel des Jeux 1924 qu'il rédige, Frantz Reichel, le secrétaire général du Comité d'Organisation,  mesure le chemin parcouru depuis le premier Congrès Olympique en 1894. "Trente ans plus tard, me voici appelé à nouveau à vivre intensément la célébration de la VIII Olympiade (…) Cette unanimité n'est-elle pas, en vérité, la preuve que les Jeux Olympiques jouent maintenant un rôle de premier plan dans les relations entre les nations? Par le contact qu'ils créent entre les jeunesses de tous les pays, ils contribuent à développer cette atmosphère de cordialité qui apprend aux hommes à mieux se connaître d'abord, puis à mieux s'estimer, ce à quoi les Jeux de Paris, par l'énorme mouvement qu'ils ont suscité, auront puissamment aidé". Ces mots résonnent encore un siècle plus tard, au moment où la capitale française s'apprête à accueillir les Jeux pour la troisième fois.

IOC

back to top En