skip to content
Date
27 avr. 2010
Tags
Actu CIO

Ouverture de SportAccord à Dubaï


Lors de la cérémonie d'ouverture du Congrès SportAccord qui se tient actuellement à Dubaï, le président du CIO, Jacques Rogge, est revenu sur le formidable héritage laissé par Juan Antonio Samaranch au Mouvement olympique. Le texte complet du discours du président du CIO est reproduit ci-après.

Accueilli par Son Altesse le cheik Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, le Congrès SportAccord se déroule pour la première fois au Moyen-Orient. Cet événement, organisé chaque année, rassemble des représentants de cent Fédérations Internationales et organisations de sport, ainsi que des sponsors, architectes, avocats spécialisés, diffuseurs et autres dirigeants sportifs venus discuter des grands enjeux auxquels le monde du sport doit faire face. La commission exécutive du CIO se réunira elle aussi à Dubaï durant cette même période.

 

Discours du président du CIO Jacques Rogge - Cérémonie d'ouverture de SportAccord


Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

C'est un plaisir pour moi d'être ici, avec vous, à Dubaï.

Je souhaiterais tout d'abord remercier Son Altesse le Cheik Mohammed Bin Rashid Al Maktoum de nous accueillir aux Émirats arabes unis. Merci pour cette organisation sans faille et cet accueil exceptionnel.

Je tiens à féliciter Son Altesse d'avoir eu la clairvoyance d'inscrire le sport dans le cadre du programme de développement du pays il y a 15 ans. Cette initiative a été couronnée de succès, transformant Dubaï en une grande nation sportive.

Je tiens également à rendre hommage à un grand dirigeant sportif dont l'influence se fera sentir longtemps encore.

Nous pleurons tous la mort de Juan Antonio Samaranch.
 
Il est certes difficile de comparer des époques différentes, mais pour moi, Juan Antonio Samaranch a été le dirigeant le plus influent du Mouvement olympique depuis notre fondateur, Pierre de Coubertin.

Lorsqu'il a été élu président du CIO en 1980, l'avenir de notre Mouvement était plutôt sombre.

Les règles concernant les sportifs amateurs et professionnels étaient devenues irréalistes et inefficaces.

Les tensions sur la scène internationale menaçaient l'unité des Jeux Olympiques, qui avaient été entachés par les boycotts de 1976, 1980 et 1984.

Nos finances étaient précaires. Le CIO ne pouvait aider les FI, les CNO ou les COJO comme il le fait aujourd'hui.

Incapable de renverser les obstacles qui faisaient entrave à la progression des femmes, le CIO n'était plus en phase avec son temps.

Juan Antonio Samaranch a su relever tous ces défis, nous laissant un formidable héritage.

Il a fait des Jeux Olympiques l'événement mondial de premier plan qu'ils sont aujourd'hui.

Il a modernisé le CIO, améliorant sa représentativité, sa transparence et sa santé financière. C'est aussi lui qui ouvrit la porte du Comité aux femmes.

Ses idées novatrices se sont concrétisées à travers des institutions respectées de tous. Nous lui devons le Tribunal Arbitral du Sport, l'Agence Mondiale Antidopage et la commission des athlètes du CIO.

Juan Antonio Samaranch a œuvré sans relâche pour l'unité du Mouvement olympique.

Il nous accompagnera par la pensée lorsque nous nous efforcerons de tirer le meilleur parti de l'héritage qu'il nous a transmis.

Ce nouveau siècle est synonyme de nouveaux défis pour nous, mais en travaillant main dans la main, nous transformerons ces enjeux en atouts.

Je voudrais féliciter SportAccord et son président, Hein Verbruggen, pour la création de ce forum si précieux pour les Fédérations Internationales. Les Fédérations
sont aux avant-postes du Mouvement olympique. Vous êtes le lien indispensable qui nous unit aux athlètes.

Je me réjouis à la perspective des réunions fructueuses et constructives que nous allons tenir.

Merci.
 

Tags Actu CIO
back to top