skip to content
Date
07 févr. 2006
Tags
Actu CIO

Ouverture de la 118e Session du CIO - Discours officiel du président du CIO


Cérémonie d’ouverture de la 118e Session du CIO
Turin – 7 fevrier 2006
Discours officiel du président du CIO Jacques Rogge
 
 
Dans trois jours, les XXes Jeux Olympiques d’hiver seront une réalité. Au nom du CIO, je voudrais remercier très chaleureusement nos hôtes italiens pour leur formidable accueil et leur exprimer notre enthousiasme et notre hâte de vivre la magie des Jeux et la passion de l’Italie qui nous attendent.
 
Le comité d’organisation, le TOROC, sous la direction de son président, Valentino Castellani, et du superviseur des Jeux, Mario Pescante, a dû surmonter le défi de préparer ces Jeux et je voudrais le féliciter pour son engagement et ses efforts. J’aimerais également souligner le rôle important joué par le gouvernement italien ainsi que les autorités du Piémont et de la Ville de Turin. Ils ont tous joué un rôle crucial pour faire des Jeux une réalité.
 
Je remercie nos collègues du CIO Franco Carraro, Mario Pescante, Ottavio Cinquanta et Manuela Di Centa qui ont grandement contribué au prestige du sport italien au sein du Mouvement olympique.
 
Mes remerciements vont aussi au Comité Olympique Italien, et à son président, Gianni Petrucci, pour son soutien. Le CNO italien, créé en 1908 et considéré comme un modèle, est en passe de vivre sa troisième édition des Jeux Olympiques – après Cortina d’Ampezzo en 1956 et Rome en 1960. L’Italie est un grand pays du sport. Ses athlètes ont remporté 583 médailles aux Jeux d’été et d’hiver. Elle a organisé trois éditions des Jeux, deux Coupes du monde de la FIFA ainsi que de nombreux championnats continentaux et mondiaux. L’Italie a également la réputation de produire de grands dirigeants sportifs.
 
Grâce à la passion et au professionnalisme de ce pays, les Jeux seront sans aucun doute réussis. Ces sept dernières années, le comité d’organisation, guidé par la commission de coordination du CIO, et notamment l’excellent président de celle-ci, Jean-Claude Killy, a tout fait pour mettre les structures physiques et humaines en place afin de garantir les meilleures conditions aux athlètes. N’oublions jamais que les Jeux sont avant tout pour les athlètes. Des athlètes de 82 Comités Nationaux Olympiques – un nombre record – vivront leur rêve ici, dans cette magnifique ville italienne et ses montagnes environnantes. Des athlètes qui concourront dans un esprit d’amitié et de fair-play, dans l’espoir de décrocher une des 84 médailles dans les sept sports inscrits au programme.
 
Je remercie très chaleureusement les sept Fédérations Internationales de sports d’hiver qui jouent un rôle déterminant dans les relations étroites entre le CIO et le TOROC.
 
Les Jeux Olympiques – d’été comme d’hiver – constituent l’apogée des événements sportifs, unissant dans la paix la jeunesse du monde. Les Jeux de 2006 à Turin accueilleront non seulement un nombre record de CNO – à cet égard, permettez-moi de souhaiter la bienvenue plus particulièrement aux CNO qui y participent pour la première fois – mais ils montrent aussi que les Jeux d’hiver sont suivis par de plus en plus de gens dans de plus en plus de pays.  
 
Tout cela est extrêmement positif mais, en tant que gardiens de l’idéal et des valeurs olympiques, nous, les membres du CIO, ne devraient pas céder à la complaisance. Nous devons surmonter les défis existants tels que la lutte contre le dopage. Afin de souligner la politique de tolérance zéro pour laquelle nous nous sommes tous engagés, nous avons considérablement accru le nombre de contrôles de dopage durant les Jeux à Turin. Il y en aura ainsi en moyenne 72 pour cent de plus qu’à Salt Lake City, soit 1 200 tests au total. Pour la première fois, nous effectuerons des contrôles sanguins systématiques et tous les échantillons seront conservés durant les huit prochaines années. Pour les milliers d’athlètes qui concourent de manière équitable et sans recourir au dopage, nous avons le devoir de mettre en place les mesures les plus strictes pour piéger la faible minorité qui triche.
 
Le Mouvement olympique s'appuie largement sur l'Agence Mondiale Antidopage dans le cadre de la lutte qu'il mène contre le dopage. C'est pourquoi le CIO est préoccupé par l'extrême lenteur avec laquelle les gouvernements approuvent le Code mondial antidopage. Nous formons le vœu que ces derniers tiennent leur promesse et adoptent le Code d'ici au premier jour des Jeux à Turin.
 
Autre domaine dans lequel nous avons rencontré des difficultés lors de précédentes éditions des Jeux d’été et d’hiver: le jugement et l’arbitrage. Le CIO se félicite des importants progrès accomplis. Un certain nombre de nouvelles règles et procédures ont été introduites dans plusieurs sports. Les athlètes méritent en effet d’être jugés selon un système équitable et transparent. Les Fédérations Internationales souscrivent totalement à ce message, et je les en remercie.
 
L’intégrité de notre Mouvement et l’esprit des Jeux Olympiques dépendent également de nos principes éthiques. La croissance rapide des paris sportifs nous impose d’être vigilants. Nous nous devons à nous-mêmes ainsi qu’à notre manifestation de veiller à ce que ces activités se limitent à un cadre approprié et n’aient pas un impact négatif sur nos valeurs ni sur la crédibilité de la compétition.
 
Au sujet des valeurs, je voudrais féliciter la Fédération internationale de hockey sur glace qui a appliqué de nouvelles règles strictes contre le jeu brutal.
 
Nous allons profiter de ces prochains jours des Jeux à Turin. Pour les années à venir, nous pourrons nous réjouir des Jeux de 2008 à Beijing, de 2010 à Vancouver et de 2012 à Londres. Les préparatifs progressent très vite dans ces trois villes hôtes. Il est extrêmement encourageant de voir que dans toutes ces villes, comme à Turin, les notions d’héritage et de développement durable sont bien comprises et pleinement intégrées dans la planification et la préparation des Jeux. Ces aspects revêtiront également une importance dans le choix de la ville hôte des XXIIes Jeux Olympiques d’hiver en 2014, pour lesquels nous avons sept excellentes demandes de candidature.
 
Les Jeux d’hiver rapprochent les athlètes de la nature et depuis les Jeux verts de Lillehammer en 1994, le souci de l’environnement est devenu une priorité pour les COJO et le CIO.
 
Le CIO a introduit de nouvelles épreuves passionnantes dans divers sports, une possibilité qu’offrent les Jeux Olympiques d’hiver, non encore menacés par le gigantisme. Ces épreuves séduiront le public de la jeune génération et permettront de faire évoluer le programme olympique.
 
Avant de conclure, je voudrais également remercier nos partenaires de la télévision et nos sponsors de leur soutien. L’excellente image dont jouissent les Jeux Olympiques et la situation financière saine du CIO sont le résultat de leur investissement pour notre cause. La forte augmentation de nos revenus nous permettra d’apporter un soutien financier très important aux COJO, aux FI et aux CNO après les Jeux de Turin. Le CIO a besoin de ce soutien pour pouvoir à son tour aider les athlètes, notamment dans le cadre des programmes de la Solidarité Olympique.
 
Nous pouvons envisager avec optimisme l’avenir à court, moyen et long termes. Cela, grâce à la coopération fructueuse à l’intérieur de notre Mouvement avec les CNO, les FI, les athlètes, les COJO, la télévision, les partenaires TOP, les médias et toutes les autres partenaires. Merci à vous tous, et notamment à mes collègues membres du CIO, pour votre soutien constant.
Tags Actu CIO
back to top