skip to content
Date
14 avr. 2011
Tags
Londres 2012 , Actu CIO ,

Opportunité en or - Yoshie Ueno, Judo


La Revue Olympique continue son compte à rebours des Jeux de 2012 avec des interviews exclusives de stars qui visent l’or dans trois autres des 26 sports au programme. La Japonaise Yoshie Ueno a l’intention d’imiter sa sœur aînée et de remporter l’or olympique aux Jeux à Londres en 2012.

À quel âge avez-vous commencé le judo?
J’ai commencé à trois ans. Mon père et ma mère étaient tous les deux judokas et, avant même que je le sache, je portais un judogi.

Comment progresse votre entraînement en vue des Jeux en 2012?
Je ne serai pas à même de gagner l’or avec le judo que je pratique en ce moment. L’an dernier, j’ai remporté les Championnats du monde (à Tokyo), mais je ne suis pas satisfaite. Je dois encore dépasser certaines limites cette année si je veux améliorer ma pugnacité. Je m’entraîne à être agressive et déterminée.

Quelle est votre principale attente en ce qui concerne Londres 2012?
Il est essentiel que je me donne à fond. Je ne tiens pas uniquement à la victoire par ippon (le KO du judo). J’aimerais exécuter ma meilleure performance sur la plus grande scène du monde.  

Que pensez-vous de Londres?
Je m’y suis arrêtée à mon retour d’un camp d’entraînement en Europe l’an dernier. Les édifices sont impressionnants et c’est une grande ville, comparable à Paris, mais Londres est plus un centre d’affaires qu’une destination touristique.

Qui seront vos principales rivales pour la médaille d’or à Londres?
La France a une solide équipe de judo. Il ne faut pas non plus sous-estimer les équipes chinoise et sud-coréenne, mais je dois apprendre à me conquérir moi-même. Je suis ma plus grande adversaire. Et je dois aussi battre les judokas de mon pays qui vont vouloir décrocher une place dans l’équipe nationale.

Comment les exploits de votre sœur Masae vous ont-ils inspirée?
Elle a toujours eu un esprit combatif et la volonté de ne perdre à aucun prix. Ma grande sœur a toujours su d’instinct qu’elle était prête à réaliser un ippon. Elle n’a jamais fait preuve de faiblesse dans un combat. J’ai un côté plus gentil et ma sœur a donc des qualités que je n’ai pas. Je m’entraîne avec elle une fois par semaine et j’apprends beaucoup d’elle. 

En grandissant, qui étaient vos héros olympiques?
Ma sœur Masae est ma grande héroïne. Remporter consécutivement des titres olympiques est vraiment une prouesse exceptionnelle. Ce n’est pas à la portée de n’importe qui. À Athènes, je l’ai encouragée depuis la tribune et à Beijing j’étais constamment à ses côtés, attentive à ses moindres besoins. Je me suis décidée pour les Jeux Olympiques après avoir vu ce qu’elle avait accompli. En dehors du judo, j’admire aussi la patineuse artistique sud-coréenne Kim Yu Na. Elle a exécuté un programme parfait aux Jeux Olympiques d’hiver à Vancouver. Elle a été à la mesure de l’occasion, en dépit de l’énorme pression, des immenses attentes et de l’attention de tous. Elle souriait sur la glace, mais je sentais néanmoins toute sa détermination à gagner.

Quelle musique écoutez-vous sur votre lecteur MP3?
J’écoute des vedettes de la pop japonaise, des groupes comme Johnny's et AKB48. Je n’écoute pas trop de musique occidentale.

N'hésitez pas à jeter un œil à la version électronique du numéro de mars de la Revue olympique !

back to top