skip to content
Date
02 nov. 2010
Tags
Actu CIO , Londres 2012 , Cyclisme , Beijing 2008 , ,

Opportunité en or - Victoria Pendleton, Cyclisme


La Revue Olympique continue son compte à rebours des Jeux de 2012 avec des interviews exclusives de stars qui visent l’or dans trois autres des 26 sports au programme. Victoria Pendleton, la championne britannique à Beijing espère imiter son coéquipier Chris Hoy en remportant trois médailles d’or à Londres, le nombre des épreuves féminines de cyclisme ayant augmenté en 2012.

Le cyclisme de piste se présente de façon différente en 2012, quels sont vos plans?
Victoria Pendleton: Je vais tenter de me qualifier dans trois épreuves. Dans le sprint par équipe, je recherche une coéquipière capable de réaliser son segment en 18’’9 et de me passer le relais plus vite encore. Le sprint est mon épreuve de prédilection et la raison pour laquelle je me suis lancée dans la compétition. Honnêtement, le keirin est un peu un pari. Je verrai bien ce qui se passera..

Qu’attendez-vous le plus de Londres 2012?
Victoria Pendleton: Une foule de supporters de chez moi, nous en avons de très loyaux en Grande-Bretagne. À Manchester [aux Jeux du Commonwealth de 2006], le ramdam était incroyable. J’avais la chair de poule au départ et j’en ai presqu’oublié de pédaler! Les plans du village olympique sont fabuleux. C’est une chance de faire partie de cet événement et nous assisterons aux autres épreuves quand nous aurons terminé.

Comment votre physique vous a-t-il propulsée vers l’or olympique?
Victoria Pendleton: Je ne ressemble pas à mes rivales et elles ont toutes du mal à croire que quelqu’un d’aussi petit puisse aller si vite. Je bénéficie d’un excellent rapport poids-puissance et d’un coefficient de traîne très bas, ce qui n’est pas traditionnel, mais je n’ai pas les pointes de puissance de Chris Hoy. J’ai eu du mal à ce que les gens me prennent au sérieux au début, à cause de ma petite taille.

En quoi consiste votre entraînement quotidien?
Victoria Pendleton: Je me lève à 8h30. Au petit déjeuner, je prends du pain complet et des céréales. Ensuite je prépare mon mélange de protéines et mes boissons pour la journée. J’arrive au gymnase à 10h00 et j’y reste deux heures et demie. Je travaille surtout les jambes mais aussi l’ensemble, ensuite je mange quelque chose comme des pâtes au thon et je m’oblige à prendre cinq minutes de pause, les pieds en l’air, avant de me mettre au vélo de 14 à 17h00. Ensuite, mélange de protéines et retour à la maison pour un dîner conséquent. Je vais au lit vers 22h.

Qu’aimez vous faire de votre temps libre?
Victoria Pendleton: Lorsque j’ai un peu de temps, ce qui n’est pas souvent, j’aime créer des robes et je suis aussi connue pour ma pâtisserie. J’aime lire et j’invite des amis à dîner mais les non-athlètes se plaignent que je les fais grossir!

Si vous n’étiez pas cycliste olympique, que seriez-vous?
Victoria Pendleton: Je souhaitais être infirmière vétérinaire lorsque j’étais plus jeune, mais je serais sûrement dans l’armée, j’adore les exercices militaires!

Quand avez-vous réalisé que vous vouliez faire carrière dans le cyclisme?
Victoria Pendleton: En voyant Jason Queally gagner les Jeux à Sydney, j’ai pensé: «Il y a peut-être quelque chose à faire là-dedans». J’ai fait un stage au vélodrome de Manchester et je m’y suis entraînée tous les jours. Je vivais dans un camping-car sur le parking! Cela m’a permis d’intégrer l’équipe.

Quelle musique écoutez-vous en ce moment?
Victoria Pendleton: J’en ai des tonnes, j’écoute Breathe par The Prodigy énormément. C’est Fat of the Land l’album que j’écoute le plus, bien que récemment j’écoutais beaucoup les derniers trucs de 30 seconds to Mars. Je préfère la musique plus heavy, rocky que la pop. Cela prédispose bien pour le sprint.

N'hésitez pas à jeter un œil à la version électronique de la Revue olympique !

back to top