skip to content

Opportunité en or - Peter & Pavol Hochschorner, Canoë


La Revue Olympique continue son compte à rebours des Jeux de 2012 avec des interviews exclusives de stars qui visent l’or dans trois autres des 26 sports au programme. Les jumeaux slovaques, Peter et Pavol Hochschorner, sont triples champions olympiques en canoë C2. À 31 ans, ils visent une quatrième médaille d’or aux Jeux à Londres en 2012.

À quel âge avez-vous débuté le canoë?
Pavol: Nos parents et notre sœur aînée Eva pratiquaient déjà la compétition. Donc dès notre plus tendre enfance, pagayer sur eaux tranquilles était l’évidence même. Nous n’avons débuté le slalom qu’en 1996 cependant. Et puis un parc de sports aquatiques très bien équipé a ouvert à Cunovo, à quelques kilomètres de chez nous à Bratislava. Nous y avons bénéficié d’excellentes conditions d’entraînement et en deux ans nous sommes devenus champions d’Europe.

Quels sont vos meilleurs souvenirs de vos trois médailles d’or olympiques?
Peter: À Sydney, j’ai été étonné de l’immensité d’une manifestation telle que les Jeux Olympiques et où tout, cependant, se déroulait calmement. À Athènes, j’ai fortement ressenti que c’était là où les Jeux avaient commencé. Et y défendre notre titre a été particulièrement émouvant. À Beijing, les organisateurs ont dû reporter au lendemain notre finale à cause d’un violent orage. Ceci ne nous était jamais arrivé avant et cela nous a rendus très nerveux. Mais nous avons surmonté l’expérience et remporté notre troisième médaille d’or d’affilée.

Comment se déroule votre entraînement en vue des Jeux de 2012?
Pavol: Il ressemble beaucoup à celui des années précédentes. Je ne m’attends pas à de grands changements pour notre préparation en vue de prochains Jeux. Nous ne ferons qu’une modification à notre entraînement d’hiver. Nous avons passé moins de temps que d’habitude à notre centre d’entraînement de Penrith en Australie, l’hiver dernier, et nous sommes allés à Hellenikon près d’Athènes. Ceci nous a permis à mon avis d’améliorer et de varier notre programme.

Que pensez-vous de Londres comme ville?
Pavol: Nous ne connaissons pas, mais nous avons beaucoup lu à son sujet et notamment que parfois il n’y fait pas beau! Nous espérons seulement qu’il ne fera pas froid, qu’il ne pleuvra pas et qu’il n’y aura pas de brouillard durant les Jeux.

Qui seront vos principaux rivaux pour la médaille d’or à Londres?
Peter: D’abord nous devons tous remporter les compétitions nationales de qualification pour la seule place slovaque en compétition de C2 olympique. Nous affronterons des adversaires coriaces avec les cousins Ladislas et Peter Skantars. Si nous nous qualifions pour Londres, nos principaux adversaires seront les paires habituelles française, allemande et tchèque.

Qui étaient vos héros olympiques durant votre adolescence?
Pavol: Le slalom ne fait partie du programme olympique que depuis les Jeux de 1992 à Barcelone où notre compatriote Lukas Pollert a gagné en C1. C’est un grand souvenir pour toute notre famille passionnée de canoë. L’autre grand héros est le biathlète norvégien Ole Einar Bjoerndalen, car cela fait si longtemps qu’il domine. En tant que triple champion olympique, j’admire les autres champions car je comprends ce que cachent ces victoires.
Peter: Je me souviens des victoires olympiques des Slovaques tels que celles de Jozef Pribilinec en athlétisme et de Milos Mecir en tennis aux Jeux à Séoul en 1988. Mais mon plus grand héros reste l’athlète américain Carl Lewis.

Quel genre de musique écoutez-vous sur votre lecteur MP3?
Pavol: J’ai l’habitude d’écouter la radio et le style de musique dépend de mon humeur du moment. Peter: Je n’écoute pas de musique avant les compétitions, à la différence de certains concurrents qui s’en servent pour se mettre en condition. La musique Pop a ma préférence, mais parfois la musique classique me convient aussi bien.

Utilisez-vous les médias sociaux?
Pavol: J’utilise Facebook pour retrouver d’anciens amis, notamment des camarades de classe. Peter: J’ai un compte sur YouTube mais j’ai peu de temps pour mettre quoi que ce soit en ligne. Je n’y ai posté qu’une vidéo, celle d’une mémorable expédition d’hiver en voiture sous une neige épaisse!

back to top En