skip to content
Date
22 déc. 2010
Tags
Londres 2012 , Actu CIO ,

Opportunité en or - Nurcan Taylan

La Revue Olympique continue son compte à rebours des Jeux de 2012 avec des interviews exclusives de stars qui visent l’or dans trois autres des 26 sports au programme. Nurcan Taylan, championne olympique à Athènes, actuelle détentrice du titre mondial, elle est déterminée à reconquérir son titre après avoir manqué les médailles des Jeux de 2008 à Beijing.

En août 2016, Nurcan TAYLAN, de Turquie, concourant dans l'épreuve d'haltérophilie des 48kg femmes qu'elle n'a pas terminée, a été disqualifiée des Jeux de la XXIXe Olympiade.

Vous avez été comparée à l’immense haltérophile turc Naim Suleymanoglu. Que ressentez-vous à ce propos ?

Oui les gens m’ont appelée « la Naim ». Naturellement, cela me rend fière et heureuse car lorsque j’ai commencé l’haltérophilie, j’entendais les histoires de Naim Suleymanoglu. C’est mon idole et une légende. À présent, il est actif à la Fédération turc d’haltérophilie en tant que coordinateur de l’équipe nationale. Croyez-moi, ce n’est pas facile de s’entraîner devant lui. Cela me rend nerveuse à chaque fois !

Pourquoi n’avez-vous pas remporté les Championnats du monde avant ceux d’Antalya cette année ?

Je participe aux Championnats du monde depuis huit ans et j’ai obtenu l’argent (2003) et le bronze (2002, 2009), mais ça ne me suffisait pas. Durant cette période, je me suis blessée avant et durant les compétitions. Avant Antalya en septembre dernier, j’ai eu mal aux reins et je n’ai pas pu m’entraîner durant 25 jours. Mais je n’ai pas abandonné. Je suis la première Turque à gagner trois médailles d’or aux Championnats du monde d’haltérophilie. Un moment historique pour moi et mon pays.

Quel est votre programme d’entraînement ? Comment vous préparez-vous aux grandes compétitions comme les Jeux Olympiques ?

Généralement, nous passons la moitié de la journée à l’entraînement. J’ai deux séances par jour de trois à quatre heures chacune. Nous soulevons des centaines de kilos chaque fois. Sur plusieurs mois, cela fait des tonnes si vous calculez! J’ai passé 10 mois à m’entraîner spécialement pour Antalya. En tout, j’ai probablement soulevé 500 à 600 tonnes !

À quel type de compétition vous attendez-vous aux Jeux à Londres ?

Les Jeux à Londres sont cruciaux parce que ce sera la dernière fois que je pourrai y prendre part. Mon rêve est de me retirer de ce sport que j’aime avec une série complète de titres olympiques, mondiaux et européens. Je n’ai jamais concouru à Londres ni en Angleterre auparavant. Et en vérité, je n’y suis jamais allée! D’après ce que je comprends, l’haltérophilie n’a jamais fait partie des sports les plus populaires en Grande-Bretagne. Cela pourrait changer après les Jeux Olympiques. L’une des raisons en sera peut-être ma prestation en 2012 !

Vous avez 27 ans et vous êtes célibataire. Avez-vous des projets pour votre vie privée ?

En fait, vous pourriez dire que je suis mariée à mon sport. Mais naturellement en tant que femme, j’aimerais un jour avoir ma propre famille. J’adore les enfants. Mais pour le moment, le mariage et les enfants attendront après les Jeux de 2012 !

N'hésitez pas à jeter un œil à la version électronique du numéro de décembre de la Revue olympique !

back to top En