skip to content
Date
18 avr. 2011
Tags
Actu CIO , Londres 2012 , Handball ,

Opportunité en or - Igor Vori, handball


La Revue Olympique continue son compte à rebours des Jeux de 2012 avec des interviews exclusives de stars qui visent l’or dans trois autres des 26 sports au programme. Le Croate Igor Vori, médaillé d’or à Athènes en 2004 et joueur du tournoi du Championnat du monde IHF 2009, s’est fixé pour but une deuxième médaille olympique d’or à Londres.

Quand avez-vous commencé le handball?
Assez tard en fait, j’avais environ 14 ans. J’étais bon au football, mais quand mes amis se sont mis au handball, j’ai fait comme eux. Je ne pouvais pratiquer les deux et j’ai opté pour le handball. Une décision que je ne regrette pas!

Quels sont vos souvenirs olympiques?
Chaque fois que les gens parlent des Jeux, je me souviens de ceux à Athènes en 2004. Je débutais au sein de l’équipe internationale et je n’étais que quantité négligeable, mais j’ai démontré qu’avec beaucoup de pugnacité toutes les prouesses sont possibles et l’or a été une immense récompense.  

Comment progresse votre entraînement en vue des Jeux en 2012?
Nous devons d’abord nous qualifier pour 2012 et c’est quasiment aussi difficile que de s’en sortir aux Jeux mêmes. Nous ne sommes plus aussi jeunes et la somme d’efforts exigée est bien plus considérable. L’essentiel c’est que l’équipe garde la forme.

Qu’attendez-vous des Jeux à Londres?
Le fait que beaucoup de grands athlètes seront là et que j’aurai la chance d’en rencontrer quelques-uns. Il n’y a qu’aux Jeux que vous pouvez vous asseoir à table avec Roger Federer ou Usain Bolt. J’ai été impressionné par une photo de Federer prise au village olympique de Beijing, où des centaines de journalistes tentaient de lui poser une question, mais il avait quand même le temps pour ça.

Qui seront vos principaux rivaux à Londres?
La compétition s’intensifie d’une année à l’autre. Il y a le Danemark, la Pologne, la Serbie, l’Espagne et l’Allemagne. Mais je le répète, l’accès aux Jeux est déjà rude en soi, après il s’agira de remporter une médaille. Je crois que la Croatie peut le faire.

Que contient votre sac d’entraînement?
En plus de l’équipement dont j’ai besoin pour m’entraîner, dans mon sac, j’ai des petits objets qui me rappellent ma femme et mon fils Petar (18 mois). Je les ai toujours avec moi.

Que savez-vous de Londres?
On dit que c’est une ville à l’esprit particulier et c’est ce que j’aimerais découvrir. Le handball n’y est peut-être pas le sport le plus populaire, mais je suis sûr que nous aurons un grand moment à Londres. doubt I'll have a great time in London.

Quelle musique avez-vous sur votre lecteur MP3?
J’écoute tout ce qui me met de bonne humeur et me donne la forme avant un match. Je préfère les airs croates, mais j’aime tous les genres.

Enfant, qui étaient vos héros olympiques?
En basketball, c’est Drazen Petrovic, alors qu’en handball, c’est Patrik Cavar, Irfan Smajlagic et Zlatko Saracevic. Janica Kostelic a une place spéciale en sport croate. Il y a Federer et Michael Jordan aussi. 

N'hésitez pas à jeter un œil à la version électronique du numéro de mars de la Revue olympique !

back to top