skip to content
Date
10 févr. 2010
Tags
Vancouver 2010 , Actu CIO

Omega : à la seconde près

À Vancouver, Omega jouera son rôle de chronométreur officiel pour la 24ème fois. C'est en 1932 aux Jeux Olympiques de Los Angeles qu'Omega a été nommée chronométreur officiel  pour la première fois. Jamais auparavant une société n'avait été choisie pour fournir à elle seule l'intégralité des appareils de chronométrage des Jeux Olympiques.


En 1932, Omega avait fourni 30 chronomètres manuels utilisés pour mesurer le temps dans chaque épreuve. À Vancouver en 2010, les chiffres sont tout différents : 220 professionnels chargés du chronométrage et du traitement des données, assistés par une véritable armée de volontaires locaux, manieront plus de 200 tonnes d’équipement afin de garantir un chronométrage, un pointage, un affichage et une diffusion des résultats sans failles.

La réputation exceptionnelle d’Omega et son esprit novateur en matière de chronométrage sportif et de techniques de pointage sont à l’origine d’une relation durable et fructueuse avec le CIO. Le partenariat d'Omega avec le Mouvement olympique se reflète dans certains de ses produits ainsi que dans ses campagnes publicitaires, lancées spécialement pour les Jeux Olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver.

L'horloge du compte à rebours de Vancouver, inaugurée le 12 février 2007, soit précisément trois ans avant le début des festivités, fait partie des symboles les plus représentatifs du rôle d'Omega aux Jeux Olympiques. L’horloge a une structure imposante : elle fait  trois mètres de large, plus de six mètres de haut et pèse plus d’une tonne (1 170 kg précisément).

back to top