skip to content

Nuit magique! Wayde Van Niekerk efface Michael Johnson des tablettes sur 400 m

Le Sud-Africain Wayde Van Niekerk a battu le mythique record du monde de l'Américain Michael Johnson (43.18), vieux de 17 ans, en remportant en 43.03 l'or du 400 m sur la piste du stade Olympique de Rio, dimanche. Il a devancé les deux derniers champions olympiques, le Grenadin Kirani James (43.76), sacré en 2012, et l'Américain LaShawn Merritt (43.85) titré en 2008.

« Je croyais au record du monde. J'avais rêvé de cette médaille depuis toujours », a indiqué le nouveau champion olympique, 24 ans, qui avait frappé son premier grand coup il y a un an à Beijing en remportant le titre mondial sur le tour de piste.

C'est le deuxième record du monde battu sur la piste bleue du stade olympique depuis le début des compétitions d'athlétisme à Rio. L'Ethiopienne Almaz Ayana avait pulvérisé celui du 10.000 m (29:17.45) lors de la journée inaugurale, vendredi.

Getty Images

Placé au couloir 8, en aveugle, Van Niekerk a eu d'autant plus de mérite d'abattre une marque que Johnson avait réalisée le 29 août 1999 en finale des Mondiaux IAAF de Séville (Espagne). Merritt et James étaient respectivement aux lignes 5 et 6. Le médaillé d'argent est resté époustouflé. « Félicitations à Wayde. Je suis heureux d'avoir été de cette course historique. On a mis ce sport (le 400 m) sur un piédestal. Généralement, on décélère dans la dernière ligne droite. Et là presque pas », a souligné James.

« Je ne m'y attendais pas. Je me pince encore. Quand j'ai passé la ligne, j'ai regardé à ma gauche et je n'ai vu personne », a réagi Wayde Van Niekerk  « Je pensais que quelqu'un allait me rattraper pendant la course, je me disais : « mais que se passe-t-il ? », mais ça m'a donné de la motivation. Je me suis tout de suite mis à genoux et j'ai dit « merci mon Dieu pour cette bénédiction ». Je crois qu'après ça, le ciel est ma limite. »

« Jamais rien vu de pareil »

Le vainqueur, qui s'est entraîné au printemps avec le groupe d'Usain Bolt, auquel il a un temps volé la vedette dimanche, a retranché 45/100e à son ancien record continental, établi en finale des Mondiaux 2015.

Getty Images

Ce stage commun avait été voulu par « Tannie » (tante en afrikaaner) Ans Botha, la grand-mère (74 ans) qui entraîne Van Nierkerk depuis trois ans, toujours à la recherche d'idées nouvelles. Sinon Tannie Ans, cheveux blancs, est intransigeante sur un point: la diététique.

Après son succès en Chine, Van Niekerk avait dû être hospitalisé pour un état de faiblesse.

Le tour de piste est une épreuve terrible sur le plan physique, notamment dans les 100 derniers mètres, quand l'acide lactique envahit les jambes et que le « quarter miler » est parfois dans un état comateux.

Mais le nouveau champion olympique est un phénomène, seul athlète de l'histoire à avoir couru le 100 m en moins de 10 secondes (9.98 en 2016), le 200 m sous les 20 secondes (19.94 l'an dernier) et donc moins de 44 secondes sur le tour de piste. En fait, le décathlonien du sprint allie vitesse et résistance.

Son prédécesseur sur les tablettes, Michael Johnson, ne s'y est pas trompé, qui déclarait à chaud à l'antenne de la BBC: « "Je n'ai jamais rien vu de pareil. C'est fou. Il les a massacrés. Il peut descendre sous les 43 secondes. J'avais essayé mais sans succès. Au couloir 8, il a fait une course contre le temps, loin de James et Merritt. »

De plus en plus, le 400 m révèle des champions jeunes, plus aptes à lancer des défis contre la douleur et les 43 secondes. James avait ainsi été couronné à Londres à moins de 20 ans, après avoir été champion du monde à Daegu (République de Corée) en 2011, à 18 ans et 363 jours.

Getty Images

Le Trinidadien Machel Cedenio, 20 ans, a terminé au pied du podium dimanche soir, en 44.01, record national. Issu de la pépinière botswanaise, le junior (18 ans) Karabo Sibanda, malgré le couloir 1, a pris la cinquième place en 44 sec 25/100e.

Etudiant en marketing, Van Niekerk, également porte-drapeau de son pays lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Rio 2016, est l'athlète idéal pour mettre le 400m m en pleine lumière. C'est aussi un passage de témoin avec Bolt, la légende qui pourrait quitter la scène sportive après Rio. D’ailleurs,  lorsque l’on a demandé au sud-africain si la victoire de Bolt sur 100 m allait éclipser son fabuleux record, il a répondu : « Ce n'est pas injuste. Tout ce qu'il a déjà réalisé parle pour lui. »

back to top En