skip to content
Date
17 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Lutte libre , Japon

Nuit d’or pour la lutte féminine japonaise. Kaori Icho quatre à quatre!

Kaori Icho est entrée dans l’histoire de la lutte féminine et du sport japonais en remportant en 58 kg son 4e titre consécutif, invaincue aux Jeux depuis l’apparition de sa discipline à Athènes en 2004 ! Pour couronner cet exploit, le Japon a remporté les trois titres mis en jeu mercredi sur le tapis de l’Arena Carioca 2, avec Eri Tosaka en 48 kg et Sara Dosho en 69 kg.

Eri Tosaka a été la première lutteuse de l’équipe japonaise à monter sur la première marche podium au cours de cette soirée dorée, après avoir dominé l’Azerbaïdjanaise Mariya Stadnik 3-2 en finale des 48 kg, ajoutant l’or olympique aux trois titres mondiaux qu’elle a gagnés de 2013 à 2015. Elle laisse également une 2e médaille argent à Stadnik puisque cette dernière avait obtenu le même résultat en 2012 à Londres. La Bulgare Elitsa Atanasova et la Chinoise Sun Yanan on pris les médailles de bronze.

Getty Images

Après avoir remporté la huitième médaille d’or japonaise des Jeux de Rio 2016, en prenant le dessus en fin de combat, Eri Tosaka a expliqué : « Je veux dire merci à tout ceux qui m’ont encouragée. J’ai essayé de rester concentrée durant cette finale, et comme je voulais gagner, j’ai juste continué! »

Kaori Icho dans la légende des Jeux Olympiques

Triple championne olympique en titre dans la catégorie 63 kg, Kaori Icho s’est cette fois imposée en 58 kg. Elle a disputé la deuxième finale du jour face à la Russe Valeriia Zholobova et l’a battue 3-1 pour rester invaincue aux Jeux Olympiques, pour devenir la première femme à gagner quatre médailles d’or individuelles consécutives, pour être la seule à avoir gagné quatre titres en lutte et la première japonaise à s’imposer quatre fois aux Jeux. Un exploit qui en fait l’égale du discobole Américain Al Oerter, de son compatriote sauteur en longueur Carl Lewis et du nageur Michael Phelps à Rio.

« Je fais de la lutte depuis tant d’années ! Je dois remercier tous ceux qui m’ont soutenue, ma famille, mes amis, et mon entourage » a dit l’immense Kaori Icho, qui n’a pas manqué d’expliquer son tardif mouvement gagnant en finale : « Je l’ai attrapée par l’arrière, je n’aI jamais cherché à contre-attaquer, c’était juste un mouvement naturel. »

Getty Images

Sakshi Malik a accroché le bronze pour offrir à l’Inde sa première médaille à Rio 2016, et son premier podium en lutte olympique, en battant la Kirghize Aisuluu Tynybekova 3-1 dans un des deux combats pour la troisième place. La Tunisienne Marwa Amri a remporté l’autre breloque.

« Je dois dire ici que les filles peuvent aussi en faire beaucoup si on leur accorde le confiance », a dit Sakshi Malik, « C’est un rêve de douze années qui devient réalité. Je suis si heureuse. C’était un combat avec beaucoup de pression, parce qu’il y avait une médaille au bout. Sous cette pression, j’étais très confiante dans le fait que je pouvais gagner ce match. »

Getty Images

Sara Dosho complète le hat-trick japonais

En finale des 69kg, Sara Dosho a battu 3-1 la tenante russe du titre olympique des 72kg Natalia Vorobieva. La Suédoise Jenny Fransson et la Kazakh Elmira Syzdykova ont pour leur part gagné leur place sur la troisième marche du podium.

Après avoir assuré au Japon son 10e titre à Rio, mais également la 10e médaille d’or de son pays en lutte, Sara Dosho a expliqué : « La médaille d’or est mon objectif depuis que je suis toute petite. » Comme Tosaka et Icho avant elle, Dosho a dû surmonter un mauvais départ en finale avant de prendre le dessus. « Ce n’était pas notre stratégie de gagner de cette manière, avec un retour dans les derniers instants de du combat. C’est juste que je n’ai pas abandonné, je me suis juste convaincue de ne jamais abandonner ».

Getty Images

back to top En