skip to content
Date
20 juil. 1952
Tags
Helsinki 1952

Nina Romashkova chef de file d'un triplé soviétique au disque

L'Union soviétique était en train de devenir l’une des superpuissances sportives de la planète, mais à Helsinki, elle participe pour la première fois aux Jeux Olympiques. Il est clair dès le début que ses représentants vont briller, car même s’ils sont novices à ce niveau, nombre de ses athlètes sont déjà des vedettes accomplies.


Nina Romashkova a découvert le disque à 18 ans, mais elle a tout de suite fait preuve d’immenses qualités naturelles. Elle dispute sa première compétition majeure en 1948 et, un an plus tard, elle pointe au troisième rang en URSS. Deux ans plus tard, elle remporte le titre national, prouesse qu’elle va rééditer à sept autres reprises.

Son heure de gloire va cependant sonner en Finlande. Le disque féminin est l’une des épreuves placées en début de programme de l’athlétisme et Nina Romashkova se qualifie facilement pour la finale. Elle est deuxième à l’issue du premier tour, mais dès son lancer suivant, elle pulvérise le record olympique de plus de trois mètres. Elle lance même encore plus loin au troisième tour et termine avec une avance de plus de quatre mètres sur le reste du plateau.

L’Union soviétique remporte sa première médaille d’or, assortie d’un record du monde qui va tenir pendant huit ans. Cerise sur le gâteau, deux autres athlètes soviétiques complètent le podium, offrant à leur pays son premier triplé olympique.

Romashkova retournera aux Jeux, quatre ans plus tard à Melbourne, pour une médaille de bronze avant de renouer avec la plus haute marche du podium en 1960 à Rome, après une nouvelle démonstration de force. Elle prendra sa retraite sportive à l'issue des Jeux de 1964 à Tokyo, où elle terminera 11e, une performance remarquable pour une athlète de 35 ans. Elle travaillera ensuite comme entraîneur à Kiev, en Ukraine, et, plus tard, à Moscou.

back to top