skip to content
UN Women/Ryan Brown
Date
22 mars 2016
Tags
Femmes dans le sport , Actu CIO

Nicole Hoevertsz à l’ONU : « Le sport peut aider à briser les barrières et à défier les normes sexospécifiques »


Dans le cadre de la 60e session de la Commission de la condition de la femme à New York (« CSW60 »), et au lendemain de l’évènement parallèle co-organisé par le CIO avec le gouvernement brésilien et ONU Femmes, qu’elle a animé sur le thème « La contribution du sport pour parvenir à l’égalité des sexes et pour mettre fin aux violences envers les femmes et les jeunes filles dans le cadre de l’Agenda 2030 des Nations Unies », Nicole Hoevertsz s’est adressée aux participants de cette commission. 

Membre du CIO depuis 2006 et ancienne athlète olympique des Antilles Néerlandaises en natation synchronisée, Nicole Hoevertsz représente le Comité International Olympique (CIO) devant les Nations Unies (ONU) et dirige la délégation participant à la CSW60, un évènement majeur consacré cette année à « l’autonomisation de la femme en lien avec le développement durable » et réunissant plus de 5 000 participants du monde entier, gouvernements, organisations nationales et internationales, qui rencontre un grand succès et suscite un important engouement dans la ville siège de l’ONU. 

Les engagements de l’Agenda 2020 du CIO 

Nicole Hoevertsz a tout d’abord noté que le CSW60 se tient quelques mois seulement après l’adoption de l’Agenda 2030 des Nations Unies, qui réaffirme l’importance du sport comme un vecteur essentiel du développement durable et reconnaît sa contribution à l’émancipation des femmes et à la responsabilisation des jeunes et des communautés. Le CIO « ne fait pas que l’accompagner activement mais il le soutient de tout son cœur ». Elle a souligné  que les buts de cet agenda mondial « ne seront jamais atteints si les femmes et les jeunes filles sont laissées sur le bord du chemin », ajoutant « Le CIO croit fermement que sans les efforts concertés et résolus des principaux acteurs, notre campagne pour  le monde parfaitement paritaire dont nous rêvons sera un échec ». 

En mettant en parallèle les buts de l’Agenda 2030 de l’ONU et ceux de l’Agenda 2020 du CIO, Nicole Hoevertsz a précisé certains des points clés de ce dernier, et notamment « encourager et soutenir la promotion des femmes dans le sport, à tous les niveaux, sur la base du principe de l’égalité des sexes ». Elle a ainsi expliqué qu’il renfermait  « l’engagement du CIO à travailler avec les Fédérations Internationales pour parvenir à une participation des femmes à 50% aux Jeux Olympiques et à stimuler leur engagement dans le sport en créant plus d’opportunités d’accéder aux Jeux ». 

Participation équivalente hommes-femmes aux JOJ d’été de Buenos Aires 2018

Nicole Hoevertsz a souligné que le programme des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’été 2018 à Buenos Aires mis en œuvre par le CIO verrait pour la première fois un nombre identique de garçons et de filles en compétition.

Mais il reste encore beaucoup d’actions à mener. « Tout en reconnaissant les progrès accomplis, le CIO admet tout à fait que la parité aux Jeux n’est pas suffisante. Nous devons nous investir pour assurer la présence de plus de femmes dans les organes dirigeants du sport. Ce monde, comme d’autres secteurs, devra redoubler d’efforts pour s’attaquer aux inégalités et autres formes de discrimination ». 

Comme l’a expliqué Nicole Hoevertsz, le CIO a formé des centaines de femmes sur les cinq continents pour leur apporter des compétences dans le domaine du leadership, et la capacité à identifier et à démanteler les zones de discrimination. Il a créé un programme de mentorat  avec des championnes emblématiques et des administratrices sportives, invité  des jeunes femmes athlètes à participer à des sessions destinées à la jeunesse lors des conférences mondiales du CIO, et il veille à ce que les nouveaux programmes de sensibilisation à l'échelle mondiale ciblent aussi bien les hommes que les femmes. 

Éradiquer toutes les formes de violence 

« Le sport a également un rôle capital dans les efforts vitaux faits pour éliminer et prévenir la violence envers les femmes et les jeunes filles. Le sport et ses valeurs sont des outils précieux pour aborder et améliorer l’estime de soi, la maîtrise de son corps, le leadership et l’affirmation de soi » a dit Nicole Hoevertsz avant de citer l’exemple d’initiatives prises par le CIO en Ouganda, mais aussi au  Panama, au Vénézuela et au Kenya pour encourager le sport par équipes et la coopération, notamment à travers l’organisation de sessions d’information  décourageant la violence discriminatoire ou sexuelle.  

Elle a aussi évoqué un programme mis sur pied dans l’État de Rio pour 2 500 filles âgées de 12 à 14 ans dans 50 écoles, « pour développer leur compétences en leadership, pour améliorer leur capacité à influer sur les décisions qui concernent leur vie en diffusant  des messages pour la non-discrimination, la non-violence, l’autonomisation des filles et la mise en avant de comportements masculins positifs ». Un programme pilote destiné à être développé au plan national puis international. 

« Le sport peut aider à briser les barrières et à défier les normes sexospécifiques, pas seulement sur l’aire de compétition, mais aussi sur le lieu de travail, à la maison, à l’école et dans les autres aspects de la vie en société. Le CIO s’engage dans cet effort et va continuer à travailler dans le monde du sport et avec des partenaires à l’extérieur, pour promouvoir la cause de l’égalité des sexes et éliminer la violence, le harcèlement et les abus sexuels »,  a conclu Nicole Hoevertsz. 
back to top En