skip to content
Eero Mäntyranta IOC / United Archives
Actualités Olympiques

Eero Mäntyranta, héros finlandais du ski de fond à Innsbruck


Lorsqu’il vient défendre ses chances sur les pistes de ski de fond de Seefeld, Eero Mäntyranta compte déjà une médaille d’or olympique à son palmarès. Il a en effet remporté à 22 ans le relais 4 x 10 km des Jeux de Squaw Valley en 1960 avec Veikko Hakulinen, Väinö Huhtala et Toimi Alatalo. La Finlande s’est imposée devant la Norvège et l’Union soviétique grâce à un effort final de Hakulinen.

En 1962, Eero Mäntyranta remporte la médaille d’or du 30 km lors des championnats du monde de Zakopane (Pologne) et l’argent du 4 x 10 km. Il triomphe dans le fameux festival de ski d’Holmenkollen la même année et il arrive à Innsbruck au sommet de sa forme et de sa carrière.

Eero MÄNTYRANTA IOC

Le 30 km est la première épreuve masculine de ski de fond de ces Jeux, le 30 janvier 1964. 69e et avant-dernier partant sur le parcours, Mäntyranta est en tête à tous les chronos intermédiaires. Il file sur ses skis jusqu’à la ligne d’arrivée. Parti à 9 h 04, alors que le Norvégien Harald Grönningen occupe la tête du classement en 1h32’02’’3, il en termine à 10 h 34, avec un chrono de 1h30’50’’7 qui lui assure une large victoire. Le Soviétique Igor Voronchikhin accompagne Mäntyranta et Grönningen sur le podium avec un temps de 1h32’15’’8.

24 heures plus tard, on rejoue pratiquement le même match sur 15 km. C’est tout d’abord le vétéran suédois, Sixten Jernberg, dossard No 22, déjà bardé de six médailles dont deux titres en deux éditions des Jeux d’hiver (1956 et 1960) qui prend les commandes de l’épreuve en 51’42’’2.

Eero MÄNTYRANTA IOC

Eero Mäntyranta est le 60e concurrent à s’élancer et il va filer comme une fusée, inapprochable, battant Jernberg de 46 secondes à l’arrivée (50’54’’1). Arrive ensuite Harald Grönningen qui fait de son mieux, et parvient à prendre à nouveau la 2e place, repoussant Jernberg sur la 3e marche du podium, mais à 40 secondes du désormais triple champion olympique finlandais.

Enfin, le 8 février, le relais 4 x 10 km va donner lieu à une bataille acharnée entre la Suède, la Finlande, la Norvège et l’Union soviétique. Les deux derniers relayeurs suédois (Assar Rönnlund) et finlandais (Eero Mäntyranta) s’élancent respectivement en 3e et 4e positions. Ils rattrapent et dépassent le Norvégien Harald Grönningen, puis s’attaquent au Soviétique Pavel Kolchin qu’ils avalent. Enfin, Rönnlund accélère encore et offre la victoire à la Suède en franchissant la ligne d’arrivée 8 secondes avant Mäntyranta. L’URSS est en bronze et la Norvège termine 4e.

Harald Gronningen, Eero Mantyranta and Sixten Jernberg Getty

Pour Eero Mäntyranta, c’est une 3e médaille à Innsbruck (2 d’or et 1 d’argent) qui fait de lui le meilleur fondeur des Jeux de 1964. Sixten Jernberg, vainqueur du 50 km et titré avec le relais suédois, remporte quant à lui son 4e titre et sa 9e médaille olympique. Mäntyranta, honoré cette année-là par la médaille Holmenkollen qui couronne le meilleur skieur nordique, remporte encore le 30 km des championnats du monde de 1966 à Oslo, puis trois nouvelles médailles olympiques à Grenoble en 1968 : de l’argent sur 15 km, et du bronze sur 30 km et dans le relais 4 x 10 km. Encore présent aux Jeux de Sapporo en 1972, Il possède le plus beau palmarès du ski de fond finlandais.

Tout au long de sa carrière, Eero Mäntyranta sera soupçonné à tort de dopage sanguin, sa numération érythrocytaire étant supérieure de 20 % à celle des autres athlètes. Ce n'est que trente ans plus tard que des scientifiques découvriront, après avoir fait subir des tests à deux cents membres de sa famille, que cinquante d'entre eux, y compris Eero, étaient nés avec une particularité génétique rare, la « polyglobulie congénitale », ayant pour effet d’augmenter le nombre de globules rouges, riches en oxygène.

back to top En