skip to content
Madeleine BERTHOD et Frieda DÄNZER IOC
Cortina d'Ampezzo 1956

Madeleine Berthod fête un anniversaire doré


Madeleine Berthod porte les espoirs de la Suisse en ski alpin féminin à Cortina. La championne vaudoise a déjà disputé les Jeux, en 1952 à Oslo, où elle s’est classée 6e de la descente et du slalom. Elle a ensuite pris son envol, s’affirmant comme la meilleure skieuse de sa génération dans son pays, en enchaînant les titres nationaux et en remportant deux médailles d’argent (slalom géant et combiné) dans les championnats du monde d’Åre (Suède) en 1954.

Elle débute son programme à Cortina d’Ampezzo avec le slalom géant, première finale du ski alpin disputée en une seule manche dès le 27 janvier sur la piste Canalone du Mont Tofane. Favorite de l’épreuve, Madeleine Berthod chute et rate une porte, se relève, remonte la piste pour la passer et arrive en bas avec le 4e temps ! Un bel exploit dans cette course gagnée par l’Allemande Ossi Reichert, mais une réelle déception pour la presse suisse qui titrera « Oh, Madeleine ! » ou encore « Ne pleure pas, Madeleine ! ».

Le 30 janvier sur le tracé du col Drusciè, Madeleine Berthod voit triompher sa compatriote Renée Colliard dans le slalom. Moins à l’aise dans cette discipline technique, elle prend la 17e place au terme des deux manches.

Le 1er février 1956, Madeleine Berthod fête ses 25 ans. Elle va s’offrir un magnifique cadeau d’anniversaire, en or. Elle s’élance avec le dossard n°6 dans la descente disputée sur le Mont Tofane, longue de 1552m pour un dénivelé de 502m. « Je ne suis pas partie très fort » racontera-t-elle, « En haut du parcours, il y avait une série de portes, on aurait dit un magnifique slalom géant. Ensuite, il y avait un long schuss puis un gros saut à l’entrée de la forêt. La descente continuait avec toute une enfilade dans la forêt avec beaucoup, beaucoup de bosses. C’était très gelé, très difficile à tenir ! ».

Madeleine Berthod n’est pas dominée par ce parcours, c’est même tout le contraire. Elle se joue des pièges, épouse le terrain sans perdre sa vitesse et franchit la ligne d’arrivée en 1:40.7. Aucune coureuse ne parvient ensuite à s’approcher de ce chrono. Sa compatriote Frieda Dänzer vient prendre la médaille d’argent à 4 secondes et 7 dixièmes, tout simplement le plus gros écart créé en ski alpin féminin aux Jeux Olympiques. La Canadienne Lucille Wheeler remporte le bronze à 5 dixièmes de Dänzer.

Les Jeux Olympiques se confondant avec les Mondiaux FIS 1956, Madeleine Berthod est également championne du monde de descente et du combiné. Cette fois, la presse suisse titre « Madeleine Berthod déchaîne l’enthousiasme. Enfin championne olympique le jour de ses 25 ans ! » Sportive Suisse de l’année 1956, elle met un terme à sa carrière dans la foulée, se marie, devient Madame Chamot, donne naissance à trois enfants et devient vétérinaire comme son époux.

back to top En