skip to content
L'équipe de l'URSS dans le stade de glace olympique IOC
Cortina d'Ampezzo 1956

L’ère de la domination soviétique en hockey sur glace débute à Cortina


Le hockey sur glace est un sport national en Union Soviétique. Une formidable génération de joueurs émerge dans les années 1950, au moment même où leur équipe nationale débute sur la scène planétaire. Ainsi, dès les premiers championnats du monde qu’elle dispute, en 1954 à Stockholm (Suède), l’URSS fait sensation en remportant tous ses matches, dont le plus important face au Canada (7-2) pour s’adjuger le premier de ses… vingt-deux titres mondiaux jusqu’en 1990.

Dans ce sport aux Jeux Olympiques, durant la première moitié du XXe siècle, il y a le Canada et les autres. Les joueurs du club des Kitchener-Waterloo Flying Dutchmen, vainqueurs 1955 du championnat national amateur (la « Allan Cup ») et qui ont donc gagné le droit d’enfiler le maillot à la feuillé d’étable à Cortina, défendent un impressionnant bilan depuis 1920 de 37 victoires, 3 nuls et une seule défaite, 403 buts marqués pour 34 concédés, 6 médailles d’or et une en argent en sept tournois olympiques disputés.

L’Union Soviétique, pour sa part, participe pour la première fois, et donc sans aucune expérience, mais avec des joueurs très talentueux et particulièrement bien organisés. Emmenés par l’extraordinaire Vsevolod Bobrov, qui a disputé à la pointe de l’attaque le tournoi de football des Jeux d’été 1952 à Helsinki, et qui sera crosse en mains leur meilleur marqueur à Cortina, ils vont remporter la totalité de leurs matches sur les terrains de glace des stades Olympique et Appolonio en plein air, entre le 26 janvier et le 4 février 1956.

Il est à noter que pour la Fédération Internationale de hockey sur glace (IHF), les Jeux de Cortina d’Ampezzo se confondent avec les championnats du monde et d’Europe 1956. Le tournoi consiste en un premier tour comportant trois groupes de trois ou quatre équipes, dont les deux premières s’extraient pour disputer un tour final dans une poule à six équipes.

Dans le tour initial, l’URSS domine la poule C en battant la Suède 5-1 et la Suisse 10-3. Le Canada est invaincu dans la poule A avec des victoires sur l’Allemagne 4-0, l’Autriche 23-0 et l’Italie 3-1. La Tchécoslovaquie relègue les USA à la 2e place de la poule B en remportant leur confrontation 4-3.

Par la suite, l’URSS se défait de la Suède 4-1, de l’Allemagne 8-0 et de la Tchécoslovaquie 7-4 avant de s’assurer la médaille d’or en remportant ses deux plus importantes rencontres du tour final, face aux Etats-Unis 4-0 puis contre le Canada 2-0 pour la dernière rencontre du tournoi le 4 février. Les USA battent également le Canada 4-1 pour prendre la médaille d’argent. Les joueurs à la feuille d’érable se contentent du bronze. L’Union Soviétique est championne olympique, championne du monde et championne d’Europe 1956. Nikolaï Sologubov est élu meilleur défenseur du tournoi.

Cette victoire à sa première participation ouvre une longue période de domination soviétique en hockey sur glace aux Jeux Olympiques, jusqu’à l’éclatement du pays au début des années 1990. L’URSS l’emporte à Innsbruck 1964, Grenoble 1968, Sapporo 1972, Innsbruck 1976, Sarajevo 1984, Calgary 1988 et Albertville 1992 en tant qu’Equipe Unifiée. Elle ne quitte pas le podium en prenant également le bronze à Squaw Valley 1960 et l’argent à Lake Placid 1980 pour parvenir à un record de huit titres olympiques qui ne sera amélioré que par le Canada à Sotchi en 2014.

back to top En