skip to content
L'équipe d'Italie IOC
Cortina d'Ampezzo 1956

Eugenio Monti ouvre une brillante carrière en bobsleigh


Originaire de Dobiacco (Toblach) au confins de l’Autriche dans la province du Trentino Alto Adige, Eugenio Monti est tout d’abord un skieur émérite. Dans ses jeunes années, il est sacré champion d’Italie en slalom et en géant. Mais en 1951, à l’âge de 23 ans, il s’abime les deux genoux en chutant. Il se tourne alors vers le bobsleigh et devient rapidement un des meilleurs pilotes italiens, champion national en 1954.

A Cortina d’Ampezzo, les équipages locaux se distinguent notamment par leur matériel. Les bobs italiens sont entièrement carénés, ce qui confère à leurs engins un aspect proche de celui que l’on connait aujourd’hui. Les quatre manches de l’épreuve à deux ont lieu les 27 et 28 janvier sur la piste alors nommée « Ronco » d’une longueur de 1700m avec dix-sept virages à négocier.

Eugenio Monti fait équipe avec Renzo Alverà à bord d’Italia II. Lamberto Dalla Costa pilote Italia I avec Giacomo Conti. La course est limpide : Italia I domine les quatre manches, Italia II se classe à chaque fois juste derrière. Au final, Monti et Alverà sont médaillés d’argent à 1 seconde et 3 dixièmes de Dalla Costa et Conti et l’équipage médaillé de bronze (Suisse I de Max Angst et Harry Warburton) est relégué à plus de 7 secondes.

L’épreuve à quatre a lieu les 3 et 4 février. Après une première manche hésitante, le quatuor de Suisse I composé de Franz Kapus, Gottfried Diener, Robert Alt et Heinrich Angst prend son envol, réalise les meilleurs temps des trois descentes suivantes et remporte la médaille d’or. Eugenio Monti pilote Italia II poussé par Ulrico Girardi, Renzo Alverà et Renato Mocellini. Régulier à chaque descente, il s’adjuge une nouvelle médaille d’argent à un peu plus d’une second de Suisse I et ne devance que de 3 dixièmes le bob USA I piloté par Arthur Tyler.

Ce n’est que le début d’une très brillante carrière internationale pour Eugenio Monti. Alors qu’il n’y a pas d’épreuves de bobsleigh aux Jeux d’hiver de Squaw Valley 1960, il est champion du monde 1957, 1958, 1959, 1960, 1961, 1963 et 1966 en bob à deux, 1960 et 1961 en bob à quatre.

Mais la légende d’Eugenio Monti connait son plus célèbre chapitre lors des Jeux d’Innsbruck 1964. Lors de l’épreuve à deux, les Britanniques Tony Nash et Robin Dixon qui jouent la victoire, cassent un écrou de patin arrière avant leur dernière descente. Alors qu’ils sont sur le point de déclarer forfait, Monti leur fournit une pièce de son propre engin. Ils remportent la médaille d’or, Eugenio Monti prend le bronze avec Romano Bonagura et déclare « Nash n’a pas gagné parce que je lui ai donné un boulon, il a gagné parce qu’il était le plus rapide ».

Et de nouveau, en bob à quatre, lorsque l’équipage de Canada I piloté par Vic Emery connait un grave problème mécanique, Monti dépêche ses mécaniciens qui procèdent à la réparation du bob à la feuille d’érable, lui permettant de l’emporter alors que Monti est à nouveau médaillé de bronze. Pour cette exemplaire sportivité, Monti est décoré de la médaille Pierre de Coubertin par le CIO en 1964.

Enfin, à 40 ans, Eugenio Monti atteint la consécration lors des Jeux de Grenoble 1968. En bob à deux avec Luciano de Paolis, il mène un duel ébouriffant avec Allemagne de l’Ouest I piloté par Horst Floth. Au terme des quatre manches, les deux équipages sont à égalité parfaite de temps (4:41.54), mais Monti s’est montré le plus rapide lors de l’ultime descente où il a battu le record de la piste, et remporte l’or à ses troisièmes Jeux. Gonflé à bloc par son premier titre olympique, Monti gère au mieux les conditions difficiles de l’épreuve de bob à quatre pour conduire à nouveau son équipe vers le succès. Une fois de plus, l’écart est ténu – moins d’un dixième au terme des deux manches – mais il décroche sa deuxième médaille d’or et devient ainsi le premier homme à s’imposer dans les deux épreuves lors des mêmes Jeux Olympiques d’hiver.

Il vient de disputer la dernière course de son illustre carrière. Monti se retire avec six médailles olympiques, neuf titres mondiaux et l’éternel respect de la famille olympique. Il devient par la suite directeur de l’équipe italienne de bobsleigh. De nos jours, la piste de bob de Cortina d’Ampezzo a pris son nom, tout comme un des virages de l’autre piste olympique italienne, celle de Cesana Pariol à Turin.

back to top En