skip to content
Tenley ALBRIGHT et Hayes Alan JENKINS IOC
Cortina d'Ampezzo 1956

En patinage artistique masculin, les Américains réalisent un fameux triplé


Après la 2e guerre mondiale, l’école américaine va révolutionner le patinage artistique en le rendant plus athlétique et acrobatique. A l’image de Dick Button, champion olympique 1948 et 1952, qui est le premier à réaliser un double axel, puis un triple saut (le boucle), et encore une pirouette sautée-allongée qui prendra le nom de « Button Camel ».

De quatre ans plus jeune, Hayes Alan Jenkins le côtoie en équipe nationale à partir de la fin des années 1940. Il participe aux Jeux d’Oslo 1952 où il prend la 4e place à 19 ans. « J’ai été très influencé par le patinage de Dick, et cela m’a vraiment attiré vers la partie « programme libre » de notre sport » explique-t-il. « L’aspect révolutionnaire tenait dans les sauts, et également dans le fait de donner du sens à la musique. Dick faisait des choses athlétiques sur la glace qui n’avaient tout simplement jamais été réalisées auparavant » ajoute-t-il.

Après la retraite sportive de Button, Hayes Jenkins remporte les championnats du monde 1953 à Davos (Suisse), 1954 à Oslo (Norvège) et 1955 à Vienne (Autriche). A Cortina d’Ampezzo, Jenkins est accompagné en équipe des USA de son dauphin des mondiaux 1955, Ronald Robertson, et du médaillé de bronze de ces mêmes championnats qui n’est autre que son jeune frère David Jenkins. Les Américains vont réussir le même triplé aux Jeux, un exploit inédit.

Pour la dernière fois aux Jeux d’hiver, les épreuves ont lieu en plein air, sur la glace artificielle du stade olympique. Lors des figures imposées, le dimanche 29 janvier, Hayes Jenkins prend l’avantage avec 852 points. Le podium est déjà là : Robertson est 2e avec 840,10 points, et David Jenkins suit avec 837,30 points.

Le libre, où les patineurs américains rivalisent en qualité dans le domaine des sauts et des pirouettes a lieu le 1er février. Hayes Jenkins, qui patine sur « Shéhérazade » de Rimsky-Korsakov se montre particulièrement en phase avec la musique, alors que Robertson enchante le public par une prestation plus acrobatique qui le voit remporter ce libre avec une faible avance. L’avantage pris par l’aîné des Jenkins dans les imposées lui permet de s’adjuger la médaille d’or, tandis que la famille fête la réussite de David Jenkins qui vient compléter le podium.

L’histoire continue un mois plus tard dans les Mondiaux 1956 de Garmisch-Partenkirchen avec le même triplé, Hayes Jenkins (4e titre mondial)-Ronald Robertson-David Jenkins, puis en 1960 aux Jeux de Squaw Valley, où c’est David Jenkins qui remporte la médaille d’or. Hayes, lui, a pris sa retraite sportive après ses triomphes de 1956. L’histoire continue aussi coté coeur : Carol Heiss, 2e derrière Tenley Albright à Cortina, quatre fois championne du monde de 1956 à 1960, championne olympique à Squaw Valley, devient l’épouse de Hayes Jenkins. Ils auront trois enfants.

back to top En