skip to content
Birger Ruud IOC
Date
16 févr. 1936
Tags
Garmisch-Partenkirchen 1936
Actualités Olympiques

Birger Ruud, étonnant en descente, dominateur en saut


Champion olympique en titre du saut à ski après sa belle victoire sur le tremplin Intervales Hills de Lake Placid en 1932, champion du monde en 1931 et en 1935, recordman du monde avec un saut à 92m sur le tremplin de Planica (Yougoslavie) en 1934, le Norvégien Birger Rudd a d’autres cordes à son arc ! Sa première compétition à Garmisch ne se déroule pas sur le tremplin Große Olympiaschanze, mais sur le mont Kreuzjoch au matin du 7 février 1932 pour la toute première épreuve de ski alpin disputée aux Jeux Olympiques.

Birger Ruud News Inside 01 IOC

Les débuts du ski alpin aux Jeux prennent la forme d’un combiné, avec, comme c’est encore le cas de nos jours, la descente disputée avant le slalom, et un classement final à l’addition des temps réalisés dans les deux spécialités. La descente est lancée à 1719m d’altitude, elle est longue de 3800m avec un dénivelé de 959m. Birger Ruud fait preuve d’adresse et d’une audace incroyables. Parti avec le dossard N°3, il signe le meilleur temps en 4:47.4 avec plus de quatre secondes d’avance sur l’Allemand Franz Pfnür, alors que son compatriote Gustav Lantschner et le Français Émile Allais sont repoussés au delà des 10 secondes.

Birger Ruud n’est pas aussi fort en slalom et dès la première manche disputée sur le mont Gudiberg le 9 février, il rate une porte, doit remonter le parcours pour la passer, est pénalisé de 6 secondes et voit ses chances de podium s’envoler. Il se classe finalement 4e de cette compétition remportée par Franz Pfnür devant Gustav Lantschner et Émile Allais.

Voilà enfin Birger Ruud en haut du tremplin où brûle la flamme olympique, le 16 février 1936 pour une compétition de saut qui va s’avérer particulièrement serrée devant une foule constituée de plus de 100.000 spectateurs. Lors de la première rotation, le Suédois Sven Ivan Eriksson réalise le bond le plus long, atterrissant à 76,0m. En se posant à 75,0m, Ruud se poste au 2e rang. Ses coéquipiers norvégiens Reidar Andersen (74m,0) et Kaare Wahlberg (73,5m) ainsi que le Finlandais Lauri Valonen (73,5m) ne sont pas loin.

Birger Ruud News Inside 02 IOC

Lors de la 2e rotation, Wahlberg réussit un bon à 72,0m et prend la tête du concours. Puis le jeune Japonais Shinji Tastuta réalise le plus long saut du concours, il atterrit à 77,0m mais il tombe. Enfin, 34e concurrent à s’élancer, Birger Ruud démontre à nouveau sa capacité à se surpasser dans les grands évènements. Un saut à 74,5m, un style impeccable et un maximum de points lui permettent de conserver son titre olympique avec 232,0 points. Eriksson, qui réalise à nouveau 76m mais se voit attribuer moins de points de style, gagne la médaille d’argent (230.5 points) pour le premier podium olympique suédois dans la discipline. Enfin, Reidar Andersen atterrit à 75m et déloge Wahlberg de la 3e place pour s’adjuger le bronze avec 228.9 points.

Avec ses frères, l’ainé Sigmund et le cadet Asbjørn, Birger Rudd va en fait dominer le saut à ski mondial durant toutes les années 1930, puis devenir un résistant durant l’occupation de son pays par les forces armées du IIIe Reich, avant de disputer les Jeux de Saint-Moritz en 1948 à 36 ans et d’y gagner sa 3e médaille olympique, l’argent du concours de saut.

En 1994, il est choisi pour allumer le chaudron olympique lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Lillehammer, mais il doit renoncer en raison d’un coeur trop faible. Il meurt dans sa ville de Kongsberg, où trône une statue de bronze le représentant en plein vol, le 13 juin 1998 à l’âge de 86 ans.

back to top En