skip to content
Ivar Ballangrud IOC / United Archives
Date
14 févr. 1936
Tags
Garmisch-Partenkirchen 1936
Actualités Olympiques

Ivar Ballangrud, l’athlète le plus médaillé des Jeux de Garmisch


Lorsqu’il prend le départ du 500m, première épreuve de patinage de vitesse disputée sur l’ovale olympique de la Rießersee le 11 février 1936, Ivar Ballangrud est en piste pour confirmer son statut de meilleur patineur mondial des années 1930. Lors de ses premiers Jeux à Saint-Moritz en 1928, le champion de Jevnaker dans l’Oppland norvégien, avait remporté le titre sur 5000m et le bronze sur 1500m. Dans le format particulier des Jeux de Lake Placid en 1932 (courses en ligne), il avait fini 2e du 10.000m.

Depuis 1930, il occupe la tête du classement mondial « Adelskalender » qui compile les meilleurs résultats des patineurs sur toutes les distances. Il remporte également en janvier 1936, juste avant de disputer ses troisièmes Jeux d’hiver son 3e titre mondial « toutes distances » à Davos (Suisse) et son 4e titre européen à Oslo (Norvège).

Dans ce 500m olympique, son compatriote Georg Krog, qui patine dans la première paire, fixe le temps de référence en 43.5. Ballangrud est associé au Belge Charles de Ligne dans la sixième paire et le laisse littéralement sur place. Ce dernier tombe, Ivar Ballangrud termine seul en égalant le record olympique co-signé par le Finlandais Clas Thunberg et le Norvégien Bernt Eventsen à Saint-Moritz en 1928, ainsi que par l’Américain Jack Shea à Lake Placid en 1932 : 43.4. Ballangrud est sacré sur la distance devant Krog à 1/100e de seconde, l’Américain Leo Freisinger prend le bronze en 44.0.

Le 12 février, Ivar Ballangrud est le grand favori du 5000m dont il détient le titre olympique. En janvier, il a battu le record du monde de la distance (8.17.2) lors des championnats du monde de Davos qu’il a remportés. Sur la glace de la Rießersee, le jeune Finlandais Antero Ojala, 19 ans, fait sensation d’entrée en réalisant 8:30.1, nouveau record olympique.

Dans la 7e paire, Ballangrud adopte un rythme puissant et régulier, creusant progressivement l’écart avec son adversaire en piste Alexander Mitt (Estonie) pour le laisser à presque un tour, réalisant le meilleur chrono à chaque intermédiaire (seul sous les 3 minutes aux 1,4km, et sous les 7 minutes aux 4,2km) pour franchir la ligne d’arrivée en améliorant de vingt-et-une secondes le tout récent record olympique d’Antero Ojala (8:19.6).

Le Finlandais Birger Vasenius se rapproche à 4 secondes dans la 11e paire et vient prendre la médaille d’argent, repoussant Ojala au 3e rang tandis que Ballangrud reste invaincu à Garmisch avec un deuxième titre en 24 heures.

Le 13 février, le champion norvégien mène une course acharnée sur 1500m dans la troisième paire en piste, face à l’Américain Leo Freisinger. Les deux patineurs se passent et se repassent, mais Ballangrud finit par prendre nettement le dessus. Son chrono de 2:20.2, record olympique de Clas Thunberg en 1924 battu, va-t-il lui permettre de remporter un 3e titre en trois jours à Garmisch ? Son compatriote Charles Mathiesen, qui s’élance dans la paire suivante avec l’Autrichien Max Stiepl, parvient à faire mieux, créant la surprise en améliorant d’une seconde le temps de Ballangrud (2:19.2) pour remporter l’or sur la distance. Ballangrud est en argent, et dans la dernière paire, l’effort de Birger Vasenius lui permet de remporter une deuxième médaille, cette fois en bronze (2:20.9).

Dans la dernière épreuve, le 10.000m disputé le 14 février, Ivar Ballangrud et Birger Vasenuis sont associés dans la quatrième paire. Leur duel va leur permettre de prendre les deux premières places. Ils patinent cote à cote durant 4 kilomètres, puis Ballangrud se détache progressivement pour créer un écart de 4 secondes sur la ligne d’arrivée, avec un record olympique en 17.24:3. Vasenius termine en 17:28.2 et Max Stiepl prend le bronze en 17:30.0.

Quatre épreuves pour Ivar Ballangrud, quatre médailles dont trois en or. Il est l’athlète le plus médaillé des Jeux de Garmisch 1936 et porte son total personnel à sept podiums, ce qui fait de lui le plus décoré des patineurs de vitesse aux Jeux Olympiques, en compagnie du Finlandais Clas Thunberg, et 78 ans plus tard, du Néerlandais Sven Kramer.

Ivar Ballangrud News Inside 01 IOC

Ivar Ballangrud remportera encore de nombreuses médailles dans les championnats du monde et d’Europe, jusqu’à un 4e et dernier titre mondial toutes distances gagné en 1938 à Davos. De nos jours, une statue en bronze trône en son honneur, sur la place du marché de sa ville de Jevnaker.

back to top En