skip to content
Garmisch-Partenkirchen 1936 Getty Images
Date
06 févr. 1936
Tags
Garmisch-Partenkirchen 1936
Actualités Olympiques

Garmisch-Partenkirchen dans la foulée de Berlin pour l’Olympiade 1936


En avril 1931, lors de leur 29e session à Barcelone (Espagne), les membres du CIO désignent Berlin face à douze autres villes candidates, pour organiser les Jeux Olympiques d’été 1936. Selon la règle tacite qui veut, lorsque la possibilité existe (c’est-à-dire la présence d’un territoire montagneux) que le pays organisateur des Jeux d’été puisse également accueillir ceux d’hiver six mois plus tôt, les Allemands choisissent de proposer la candidature des communes de Garmisch et de Partenkichen en Bavière.

Garmisch Partenkirchen 1936 Inside 01 IOC

Le 7 juin 1933, à l’occasion de la 31e session du CIO à Vienne, les deux localités situées au pied du plus haut sommet du pays (le Zugspitze) sont logiquement désignées pour accueillir les IVe Jeux Olympiques d’hiver.

Entre temps, le chef du parti national-socialiste des travailleurs allemands Adolf Hitler est devenu chancelier d’Allemagne en janvier 1933, avant de s’arroger le titre de Führer. Les Nazis au pouvoir, qui mènent une politique dont l’idéologie hégémonique, expansionniste, raciste et antisémite est fondée sur la prétendue supériorité de la race aryenne, voient ici l’occasion de démontrer la grandeur et la puissance de leur nation : d’importants fonds sont alloués à l’organisation de ce qu’ils souhaitent devenir « les plus grandioses » Jeux d’hiver de l’histoire, qui serviront également de « répétition générale » pour l’édition estivale à Berlin.

De fait, dans le cadre splendide des Alpes bavaroises, où les deux communes fusionnent en 1935 pour devenir Garmisch-Partenkirchen, des installations grandioses comme la patinoire Olympia-Eissport-Zentrum qui peut accueillir 10.000 spectateurs ou le tremplin de saut Große Olympiaschanze (de nos jours étape de la Tournée des Quatre tremplins), sortent de terre. D’autres, comme la piste de bobsleigh du Rießersee existent déjà.

Un nouveau sport va faire ses débuts à Garmisch-Partenkirchen : le ski alpin. Le Britannique Arnold Lunn, initiateur des premières compétitions dans les années 1920 et des premiers championnats du monde en 1931, n’a pas ménagé ses efforts auprès du CIO, malgré l’opposition initiale des pays nordiques. La première compétition olympique disputée sur les monts Kreuzjoch et Gudiberg, ouverte aux hommes et aux femmes, sera un combiné, additionnant les temps d’une descente et d’un slalom. Par ailleurs, une nouvelle épreuve en ski de fond, le relais 4x10km, est ajoutée au programme.

Un record de 646 athlètes (566 hommes et 80 femmes) représentant 28 nations sont engagés dans ces Jeux. Parmi elles, l’Australie, la Bulgarie, l’Espagne, la Grèce, le Liechtenstein et la Turquie sont présentes pour la première fois.

La cérémonie d’ouverture a lieu le 6 février 1936 sous des chutes de neige, devant plus de 30.000 spectateurs massés dans les gradins du stade olympique. Les délégations sportives défilent une à une, la Grèce ouvrant la marche, l’Allemagne la fermant. Le skieur de fond Willy Bogner prononce le serment olympique au nom de tous les athlètes.

Garmisch Partenkirchen 1936 Inside 02 IOC

Pour la première fois, la flamme olympique brille tout au long des compétitions. Le chaudron qui la contient est situé en haut du tremplin de saut Große Olympiaschanze.

back to top En