skip to content
Katja Seizinger Getty
Nagano 1998

Hermétique à la pression, Katja Seizinger entre dans l’histoire


Avant les Jeux de Nagano, aucun skieur ni skieuse n’a encore réussi à conserver le titre olympique de la descente. Les écarts sont si serrés, les parcours si variés et le niveau de ski si élevé qu’il semble quasiment impossible à quiconque de récidiver à quatre ans d’intervalle. Chez les hommes, le tenant du titre, l’Américain Tommy Moe, ne parvient à prendre que la 12e place à Nagano, si bien que tous les projecteurs se tournent ensuite vers son homologue féminine, l’Allemande Katja Seizinger.

Cette dernière a remporté l’or de la descente en 1994, avec plus d’une demi-seconde d’avance, et s’est affirmée depuis comme l’une des meilleures skieuses du monde. Elle a remporté deux fois le classement général de la Coupe du monde en 1996 et 1998 et, dans les semaines précédant Nagano, elle a remporté quatre des six descentes de Coupe du monde. Il est donc clair qu’elle est en forme optimale : malgré le poids de l’histoire, c’est elle la grande favorite pour conserver son titre.

Katja Seizinger Getty

La pression va grimper de quelques bars lorsque la course est reportée à deux reprises, du fait d’une météo exécrable. Certains athlètes vont y laisser peut-être un peu de concentration, mais lorsque Katja Seizinger prend place derrière le portillon de départ, elle semble hermétique à la pression.

Elle est la première des favorites à s’élancer et établit un temps canon de 1’28’’89. On va vite réaliser que ce chrono est excellent, puisqu’aucune de ses rivales ne parvient à l’améliorer. Seule la Suédoise Pernilla Wiberg réussit à s’en approcher à 29 centièmes, mais le temps signé par l’Allemande lui garantit de conserver son titre olympique et d’entrer dans la légende.

Katja Seizinger Getty

Elle enlève une deuxième médaille d’or dans le combiné, qui vire à un affrontement très serré et 100 % allemand entre elle et Martina Ertl, spécialiste du slalom. Derrière elles, Hilde Gerg obtient le bronze, permettant ainsi à l’Allemagne de réaliser le grand chelem sur le podium.

Katja Seizinger parachève également ses Jeux par une médaille de bronze en slalom, mais hélas, elle se blessera plus tard en 1998. Elle devra ainsi tirer un trait sur sa saison 1999, avant de mettre un terme à sa carrière.

back to top En