skip to content
Date
07 févr. 1972
Tags
Sapporo 1972, Actualités Olympiques, Luge
Sapporo 1972

Les Italiens et les Allemands de l’Est partagent l’or de la luge à deux

La compétition de luge à deux devait à l’origine se décider sur deux manches à Sapporo, conformément au format en vigueur à l’époque. La première descente sera cependant annulée à mi-épreuve à la suite d’un problème de portillon de départ et les temps déjà enregistrés seront annulés. L’incident pénalise surtout la paire italienne, composée de Paul Hildgartner et Walter Plaikner, qui a signé le chrono le plus rapide en pure perte. Pourtant, leur réclamation portant sur le fait que tout le monde a subi le même problème et que les temps doivent être conservés est rejetée, si bien que tout le monde redémarre à zéro et les équipages doivent se concentrer sur une seule manche, décisive pour le titre.


Les Allemands de l’Est sont les plus forts sur le papier. Ils gagneront par la suite les deux épreuves individuelles, masculine et féminine, et avec la présence de deux équipages en luge à deux, le doublé semble à leur portée. Le format manche unique va cependant ajouter une pression supplémentaire pour tous les athlètes, contraints d’aller au bout de leurs limites. Les Italiens ne semblent pas affectés et redoublent de confiance, forts de la vitesse affichée lors de la première manche annulée.

Et ils ont raison, car ils mènent à l’issue de la première descente, même si leur avance est minime. Horst Hörnlein et Reinhard Bredow, qui occupent la luge est-allemande numéro un, ne sont qu’à 6 centièmes. Le reste des concurrents est à quatre dixièmes et plus, si bien que la lutte pour l’or se réduit à un mano a mano.

La deuxième descente voit les Allemands de l’Est signer le chrono le plus rapide. Pour gommer l’avantage de ses adversaires et décrocher l’or, les Italiens se voient donc contraints de descendre sous les 44’’14. Mais s’ils n’y parviennent pas, ils réalisent néanmoins exactement ce temps de 44’’14, ce qui signifie qu’à l’addition des deux manches, les deux équipes sont à égalité. Ce résultat plonge les officiels dans l’embarras puisque ce cas de figure n’a pas été prévu.

Après de longues discussions, les organisateurs finissent par proposer une solution raisonnable : accorder la médaille d’or aux deux équipes.

Hildgartner se tournera par la suite uniquement vers l’épreuve en solo dans laquelle il gagnera une médaille d’argent à Lake Placid 1980 et une médaille d’or à Sarajevo 1984.

back to top En