skip to content
swimming 2016 Getty Images
Date
21 oct. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Natation

Natation féminine : Katie Ledecky et Katinka Hosszú en vedette à Rio 2016

Cinq médailles dont quatre en or pour l’Américaine Katie Ledecky, 19 ans, auteur d’un triplé historique 200 m-400 m-800 m nage libre agrémenté de deux records du monde. Quatre podiums, dont trois titres et un record mondial, en dos et en 4 nages pour la Hongroise Katinka Hosszú, surnommée la « Dame de Fer » : les deux nageuses ont brillé de mille feux dans le bassin du stade olympique aquatique.

Lors de la première soirée de natation, le 6 août, la Hongroise Katinka Hosszú a pulvérisé le record du monde du 400 m 4 nages pour s’adjuger son premier titre olympique, tandis que l'Australie a conservé sa couronne du 4 x 100 m nage libre. Yusra Mardini, de l’équipe olympique des réfugiés, a quant à elle gagné le cœur du public!
swimming © Getty Images
Grandes favorites, les "Aussies" du relais 4 x 100 m ont conservé leur titre olympique avec brio, grâce à une démonstration des sœurs Cate et Bronte Campbell. Les États-Unis menaient la course devant l'Australie après 200 m, quand Bronte Campbell est entrée en action et a remonté Dana Vollmer. Sa sœur Cate, nageuse la plus rapide de tous les temps sur 100 m libre depuis le 2 juillet 2016 (52 sec 06), a fini en trombe face à la prodige Katie Ledecky, allant battre en 3 min 30 sec 65 un record du monde qui appartenait déjà à l'Australie depuis 2014. Derrière les États-Unis (3 min 31 sec 89), le relais canadien est allé chercher la médaille de bronze en 3 min 32 sec 89.

Follement encouragée par son entraîneur et mari, la Hongroise Hosszú a fait exploser de plus de deux secondes le record du monde du 400 m 4 nages (4 min 26 sec 36) après avoir déjà flirté avec en séries. Ce faisant, la « Dame de fer » a relégué sa dauphine, l'Américaine Maya DiRadoDiRado, à près de cinq secondes, pour empocher à 27 ans son premier titre olympique, après cinq titres mondiaux en grand bassin. L’Espagnole Mireia Belmonte a arraché le bronze en 4 min 32 sec 39, 15 centièmes de seconde devant la Britannique Hannah Miley. 
« Cela faisait sept ans que j'avais ce record du monde en tête », a expliqué Hosszú. « Je me suis prouvée quelque chose à moi-même, mais aussi à mon mari (et entraîneur, Shane Tusup). C'est un moment génial que je partage avec quelqu'un que j’aime. » 

La jeune Syrienne Yusra Mardini a par ailleurs été la première membre de l'équipe olympique des réfugiés à participer aux Jeux de Rio. Elle a terminé 41e des séries du 100 m papillon, follement soutenu par le public massé dans les gradins. L'été 2015, cette adolescente avait rallié l'île grecque de Lesbos depuis la Turquie à bord d'un canot surchargé qu'elle et sa sœur avaient aidé à remorquer en nageant plusieurs heures.
7 août : records du monde pour Katie Ledecky et Sarah Sjöström 
Pour sa première épreuve individuelle à Rio, Katie Ledecky n'a pas fait les choses à moitié puisqu'elle a retiré presque deux secondes à son record du monde du 400 m nage libre (3 min 56 sec 46). « Nager 3 min 56 était un but que je m'étais fixé en 2013 après les Mondiaux. Voir ce chrono s'afficher, c'était une super sensation », a indiqué Ledecky, qui n'a jamais perdu une finale individuelle aux Jeux Olympiques et aux Mondiaux (11 titres). Elle a décroché sa deuxième médaille à Rio, après l'argent du relais 4 x 100 m nage libre la veille. La Britannique Carlin Jazz (4 min 01 sec 23) et l’autre Américaine, Leah Smith (4 min 01 sec 92) ont accompagné Ledecky sur le podium. 
Sur 100 m papillon, Sarah Sjöström est devenue la première Suédoise à remporter un titre olympique de natation en améliorant de 16 centièmes son record du monde (55 sec 48). Elle a devancé la Canadienne Penny Oleksiak (56 sec 46) et l’Américaine Dana Vollmer (56 sec 62), médaille d’argent la veille sur 4 x 100 m. 
swimming © Getty Images
« C’est totalement fou », a déclaré Sarah Sjöström. « Je n’ai pas réalisé que j’avais battu le record du monde. Je savais que j’étais la grande favorite. J’étais sous pression j’ai donc dû me concentrer sur « pas de désastre! » Avant le départ, je me suis dit que c’était juste une piscine, que ce n’était rien, que je savais quoi faire. Je n’étais pas si nerveuse. J’étais de bonne humeur aujourd’hui. Je savais que le 100 m papillon représentait ma plus belle chance. » 
8 août : King et Hosszú héroïnes de la soirée
La jeune Américaine Lilly King est devenue championne olympique à 19 ans tandis que la Hongroise Katinka Hosszú a remporté sa deuxième médaille d'or en trois jours en s'adjugeant le 100 m dos après le 400 m 4 nages. 
swimming © Getty Images
Pour ses premiers Jeux Olympiques, King a résisté jusqu'au bout au retour canon de la Russe Yuliya Efimova et s'est imposée en 1 min 04 sec 93 avec 57 centièmes d’avance. « Cette victoire a un goût spécial. Ce sont mes premiers Jeux Olympiques et je suis fière de représenter les États-Unisa dit Lilly King. C’est de la folie ce soir. Ma vie change instantanément. Je suis une médaillée d’or, c’est toujours ce que j’ai voulu être et c’est un sentiment incroyable! » Sa compatriote Katie Meili est allée quérir le bronze en 1 min 05 sec 69. C'est la première médaille d'or olympique des États-Unis sur la distance depuis Megan Quann en 2000 à Sydney. La tenante du titre, la Lituanienne Ruta Meilutyte, est en revanche passée complètement à côté de sa course, terminant à la septième place à plus de deux secondes de King.

Katinka Hosszú a poursuivi son festival dans le bassin du stade aquatique olympique en s'adjugeant le 100 m dos, deux jours après lson titre sur 400 m 4 nages. Hosszú, 27 ans, a devancé l'Américaine Kathleen Baker et un duo composé de la Canadienne Kylie Masse et de la Chinoise Fu Yanhui, troisièmes ex aequo. Très retard à la mi-course (6e), la Hongroise a accéléré dans la dernière ligne droite pour s'imposer sur le fil.
Une heure environ après ce triomphe sur 100 m dos, Hosszú a nagé les demi-finales du 200 m 4 nages et a signé le meilleur temps avec un record olympique à la clé (2 min 07 sec 45). « Je n’ai pas pu fêter ma victoire sur 100 m dos, parce que j’avais encore une course derrière, j’ai donc essayé de me concentrer dessus. Je savais que je pouvais gagner, mais j’étais si fatiguée que j’ai dit à l’équipe hongroise avant la finale que je pouvais finir à n’importe quelle place, de la première à la huitième » »,, a dit Katinka Hosszú dans la nuit carioca. 
9 août : Ledecky et Hosszú poursuivent leur moisson d’or 
Malgré un plateau très relevé, Katie Ledecky a remporté sa deuxième médaille d'or au Brésil en s'adjugeant le 200 m nage libre, deux jours après son titre sur 400 m nage libre. En 1 min 53 sec 73, elle a devancé la Suédoise Sarah Sjöström, médaillée d’argent (1 min 54 sec 08), et l'Australienne Emma McKeon (1 min 54 sec 92). « Je suis quasiment sûre que c'est la fois où j'ai été le plus proche de vomir au beau milieu d'une course », a commenté Ledecky, qui a dû cravacher pour s'imposer.
Katinka Hosszú a pour sa part remporté sa troisième médaille d’or en quatre jours, s'adjugeant le 200 m 4 nages après avoir déjà gagné le 400 m 4 nages et le 100 m dos. En 2 min 06 sec 58, nouveau record olympique, la « Dame de Fer » a devancé la Britannique Siobhan-Marie O’Connor (2 min 06 sec 88) et l’Américaine Maya DiRado (2 min 08 sec 79). « Fantastique!, s’est exclamée la nageuse hongroise. Honnêtement, le je ne peux pas croire que j’ai trois médailles d’or. L’an dernier, je voulais aller plus vite que ça et j’avais battu le record du monde aux championnats du monde, donc, je ne suis pas si surprise que ça. Mais je suis si excitée d’avoir l’or, je ne peux pas y croire », insistant à nouveau : « Trois médailles d’or! Incroyable! ». 
10 août : Mireia Belmonte écrit une page d’histoire
Mireia Belmonte est devenue la première championne olympique espagnole dans son sport, en remportant une finale haletante du 200 m papillon. Double médaillée d’argent à Londres 2012 sur la même distance et sur 800 m nage libre, elle a grimpé une marche supplémentaire au Brésil en s’imposant à la touche, en 2 min 04 sec 85, seulement 3 centièmes de seconde devant l’Australienne Madeline Groves. La championne du monde japonaise en titre Natsumi Hoshi a pris le bronze (2 min 05 sec 20). 
Cette victoire a récompensé le courage de Mireia Belmonte, 25 ans, allergique au chlore et qui doit prendre des médicaments spéciaux pour pouvoir pratiquer son sport. Reconnaissant qu’elle était encore nerveuse, la championne olympique espagnole a expliqué qu’elle n’avait pas réalisé son exploit avant de sortir de l’eau et de voir un public enthousiaste l’applaudir à tout rompre. « Je ne pouvais pas le croire et je ne peux toujours pas le croire, a-t-elle dit. Je ne sais pas ce que je ressens, il y a un tourbillon d’émotions. Je savais que le deuxième 100 m était mon point fort. J’ai beaucoup souffert sur les derniers coups de bras, mais j’ai rêvé de l’or toute ma vie et maintenant, ce rêve s’est réalisé! » 

Katie Ledecky, reine de la nage libre, a remporté sa troisième médaille d’or en emmenant le relais américain vers la victoire dans le 4 x 200 m nage libre. L’Australie, qui menait avant que Ledecky ne plonge et ne renverse la vapeur, a obtenu l’argent et le Canada le bronze, lors d’une nouvelle soirée glorieuse pour la star de la natation américaine.

Au cours d’une finale à sensation, la jeune Américaine de 19 ans a bouclé le dernier relais en 1 min 53 sec 74, soit plus d’une seconde plus vite que toute autre concurrente, pour rattraper l’Australienne Tamsin Cook et mettre le relais américain, composé également d’Allison Schmitt, Leah Smith et Maya DiRado, sur l’orbite d’une nette victoire. Les États-Unis ont terminé en 7 min 43 sec 03, reléguant l’Australie à plus d’une seconde et demie (7 min 44 sec 87). 
« Je m’étais préparée à différentes situations, que je sois devant ou derrière », a expliqué Ledecky par rapport au fait qu’elle ait rattrapé son adversaire australienne. « Je savais seulement que mes trois partenaires allaient me placer en bonne position pour terminer et que je pouvais y arriver. Cette course était un peu différente du 4 x 100 m car c’était notre première course et nous étions outsiders alors que là, nous étions les favorites. Nous savions que c’était notre course et nous étions totalement en confiance. »

11 août : le 100 m nage libre consacre deux reines du sprint à Rio! 
L’Américaine Simone Manuel et la Canadienne Penny Oleksiak, arrivées à égalité, ont été sacrés toutes deux championnes olympiques du 100 m nage libre. Sur cette distance, c'est la première fois depuis 1984 et les Américaines Nancy Hogshead et Carrie Steinseifer que deux nageuses sont déclarées co-vainqueurs d'une course aux Jeux Olympiques. Simone Manuel et Penny Oleksiak se sont imposées en 52 sec 70, devant la Suédoise Sarah Sjöström (52 sec 99) qui aura gagné les trois métaux à Rio après ses médailles d'or sur 100 m papillon et d'argent sur 200 m nage libre.

Manuel, 20 ans, et Oleksiak, 16 ans, ont touché le mur les premières en profitant de l'écroulement de la grande favorite australienne Cate Campbell, qui avait battu le record du monde (52 sec 06) début juillet à Brisbane. Un mois plus tard, elle était en tête jusqu'aux 75 mètres, mais elle n’a pas tenu. Elle a finalement pris la 7e place alors que sa sœur, Bronte, a terminé quatrième. Les deux sœurs Campbell étaient membres du relais 4 x 100 m sacré champion olympique.
Simone Manuel est la première Américaine médaillée d'or sur la plus prestigieuse des épreuves de natation depuis 1984. Oleksiak avait battu le record du monde junior en demi-finale. Que d’émotions! « J'ai vu le nom de Simone et j'ai pensé que j'avais terminé deuxième. Et puis là, j'ai vu que toutes les deux, on avait battu le record olympique. Là, je me suis dit que c'était fou qu'il y ait des égalités aux Jeux. En fait, c'est juste inimaginable de décrocher une médaille d'or alors que je participe pour la première fois aux Jeux Olympiques. »

L’adolescente Simone Manuel explique qu’elle était surtout venue à Rio pour acquérir de l'expérience et nager le plus vite possible. « Et en fait, quand j'étais assise, juste avant le départ, je me suis dit que je voulais monter sur le podium. Dépasser cet objectif avec la médaille d'or et en plus battre le record des États-Unis, c'est vraiment énorme pour moi. Ce 100 m était vraiment très serré; il y a deux dixièmes de différence entre la première et la huitième. Le fait de partager ça avec Penny ? C'est une super fille. On a fait connaissance ici. On est deux jeunes sprinteuses. Je pense que c'est bien pour la natation et quelque part cela casse les stéréotypes du sprint. »

La Japonaise Rie Kaneto a été sacrée championne olympique du 200 m brasse devant la Russe Yuliya Efimova. En 2 min 20 sec 30, deuxième meilleure performance mondiale de la saison, Kaneto a devancé Efimova (2 min 21 sec 97) et la Chinoise Jinglin Shi (2 min 22 sec 28). Rie Kaneto avait déjà réalisé la meilleure performance de la saison (2 min 19 sec 65 en avril). Elle a fait la différence sur le dernier virage et la coulée avant de résister à Efimova dans la dernière longueur.
« Je suis ravie. Je suis reconnaissant à tous ceux qui m’ont soutenue et j’espère vraiment avoir la chance dans un futur proche de leur répondre et de les remercier., a dit Rie Kaneto. Mais tout ce que je veux maintenant, c’est fêter ma victoire avec tous mes coéquipiers! Cette médaille est définitivement la plus lourde de toutes celles que j’ai gagnées. C’était l’ambition d’une vie. »

Les trois précédents titres olympiques avaient été remportés par une Américaine. La championne olympique du 100 m brasse, l'Américaine Lilly King, n'avait pas réussi à entrer en finale.

12 août : Katie Ledecky réalise un triplé de légende 
Déjà titrée sur 200 et 400 m individuel, ainsi qu'avec le relais 4 x 200 m nage libre, l'Américaine Katie Ledecky a décroché sa quatrième médaille d'or à Rio sur 800 m nage libre, améliorant de près de deux secondes son propre record du monde (8 min 04 sec 79). En tête dès le départ, Ledecky a devancé de 11 sec 3 la Britannique Jazz Carlin (8 min 16 sec 17) et la Hongroise Boglarka Kapas (8 min 16 sec 37). L’Américaine est la première à réaliser le triplé 200-400-800 m nage libre aux Jeux depuis sa compatriote Debbie Meyer en 1968.

Dans une soirée royale pour la natation américaine, Maya DiRado s’est imposée sur 200 m dos, privant la Hongroise Katinka Hosszú d’une quatrième médaille d’or. La Canadienne Hilary Caldwell a pris la médaille de bronze. L’Américaine de 23 ans est revenue dans le sillage de la « Dame de Fer » dans la dernière longueur de bassin. Les deux nageuses ont évolué côte à côte (lignes 3 et 4), jusqu’à ce que DiRado dans un dernier effort, ne parvienne à toucher le mur 6 centièmes de seconde avant Hosszú. 
Pour DiRado, qui quitte les bassins pour se consacrer à son travail de consultante en management, c’était la plus parfaite façon de se retirer à l’issue d’une semaine où elle a amassé deux médailles d’or, une en argent et une en bronze. « C’est indescriptible. Juste un pur bonheur et beaucoup d’excitation. C’était ma toute dernière course et j’ai gagné l’or » », s’est-elle exclamée. Katinka Hosszú a bouclé sa semaine en montant sur son 4e podium olympique «… où je n’avais jamais figuré avant! Là, je suis montée trois fois sur la plus haute marche, je ne pense pas que j’aurais pu faire mieux ».

13 août : Blume bat Manuel sur 50 m, les Américaines triomphent en 4 nages
Lors de la dernière soirée de natation, la Danoise Pernille Blume a remporté le titre du 50 m nage libre (24 sec 07) deux  centièmes de seconde devant l'Américaine Simone Manuel (24 sec 09), la Biélorusse Aliaksandra Herasimenia s’adjugeant le bronze en 24 sec 11. Blume a remporté le premier titre de son pays en natation depuis 1984. La championne olympique 2012 néerlandaise Ranomi Kromowidjojo a terminé à la 6e place. 
Quarante minutes après, les deux nageuses en or et en argent sur la longueur de bassin ont conclu le relais 4 x 100 m 4 nages et les États-Unis de Manuel, Lilly King, Dana Vollmer et Kathleen Baker ont pris le meilleur en 3 min 53 sec 13 sur l’Australie ((Emily Seebohm, Taylor McKeown, Emma Mckeon et Cate Campbell) alors que le Danemark de Blume (avec Mie Nielsen, Rikke Moller Pedersen et Jeanette Ottesen) a terminé en bronze avec un record d’Europe (3 min 35 sec 01) à un centième des Australiennes! 
back to top En