skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Natalie Geisenberger veut conserver ses deux titres olympiques

Depuis ses deux médailles d’or en simple et en relais mixte à Sotchi en 2014, la lugeuse allemande Natalie Geisenberger accumule les victoires, les trophées et les titres mondiaux sur toutes les pistes du monde. Elle reviendra sur la grande scène olympique à PyeongChang 2018 avec de nouveaux rêves de gloire.

La lecture du palmarès de la luge féminine, à partir de l’hiver olympique des Jeux de Sotchi 2014 est limpide. Classement général de la Coupe du monde FIL 2013-2014, 2014-2015, 2015-2016, et 2016-2017, Championnats du monde 2013 à Whistler (Canada), 2015 à Sigulda (Lettonie) et 2016 à Königsee (Allemagne) sans oublier, dans ces trois éditions des Mondiaux, le relais mixte avec Felix Loch et le double Tobias Wendl/Tobias Arlt. Une seule médaillée d’or : Natalie Geisenberger. Seul accroc : les Mondiaux 2017 disputés fin janvier à Igls (Autriche) où elle se rate en première manche (17e) avant de dominer la deuxième descente pour se classer 6e de la compétition gagnée par sa compatriote championne olympique en 2010 Tatjana Hüfner. 
Le Grand Chelem à Sotchi 2014
Au lancement de cette pluie d’or et de trophées, Natalie Geisenberger, déjà médaillée de bronze à 21 ans lors des Jeux de Vancouver 2010, réalise le Grand Chelem sur la piste Sanki de Sotchi. Des Jeux de 2014 où elle commence par s’imposer magistralement en simple, meilleur temps à chacune des quatre manches de la compétition disputée les 10 et 11 février, pour terminer avec une avance de 1,139 (une éternité en luge) sur sa compatriote tenante du titre Tajana Hüfner. Deux jours plus tard, elle est l’ouvreuse de l’équipe d’Allemagne (suivie par Felix Loch en simple hommes, puis par le double Tobias Wendl/Tobias Arlt, eux aussi déjà titrés dans leurs disciplines respectives à Sotchi) qui s’impose de façon tout aussi brillante dans la nouvelle épreuve olympique du relais mixte en creusant là aussi un gouffre (1,030) sur les médaillés d’argent russes.  

J’ai compris que j’avais remporté le titre olympique et j’ai quasiment commencé à hurler de joie avant même d’avoir franchi la ligne d’arrivée. Natalie Geisenberger Allemagne
"Il me faut encore du temps pour complètement intégrer ce que je viens d’accomplir", confie alors Natalie Geisenberger. "Dans la 4e manche du simple, quand je me suis trouvée en bas de la piste, j’ai compris que j’avais remporté le titre olympique et j’ai quasiment commencé à hurler de joie avant même d’avoir franchi la ligne d’arrivée. Je suis dans la meilleure forme de ma vie. J’ai adapté mon style à cette piste bien que ce n’était pas chose aisée, étant donné que les virages 5 et 6 sont compliqués à aborder. Je suis émerveillée. La chance de gagner l’or olympique pourrait bien ne pas se reproduire, je suis donc enchantée d‘avoir saisi cette occasion de m’imposer." 

Habituée aux accessits avant d’exploser au sommet
Née à Munich le 5 février 1988, Natalie Geisenberger grandit à 50 km de là, dans les montagnes bavaroises, à Miesbach qui dispose notamment d’une piste de luge d’été. Elle intègre au plus jeune âge le club local de luge, et va devenir une internationale junior brillantissime. Elle s’impose en effet dans 14 épreuves de Coupe du monde de sa classe d’âge, gagne trois fois le trophée en fin de saison et remporte six titres mondiaux en 2004, 2005, 2006 et 2007 : trois en simple et trois par équipes. Elle est sacrée championne d’Europe senior en 2008 sur la piste olympique de Cesana Pariol (Italie), et également championne du monde des moins de 23 ans, toujours à Cesana en 2011. 

Dans le même temps, en Coupe du monde, Natalie Geisenberger est dans un premier temps plutôt habituée aux accessits : 4 fois 2e du classement général derrière Tatjana Hüfner de 2009 à 2012 ! Elle enregistre ses premiers succès lors de la saison 2008-2009 puis continue à glaner des victoires sur les pistes de glace artificielles les années suivantes avant d’exploser au plus haut niveau dans la foulée de ses deux titres olympiques 2014 : sept victoires en neuf courses cette saison-là, huit dans l’exercice suivant, trois en 2015-2016 mais beaucoup de 2e et 3e places, et quatre de plus en 2016-2017 avec par exemple, la victoire en simple et par équipes à Oberhof en cadeau d’anniversaire pour ses 29 ans ! Lors de l’épreuve pré-olympique disputée sur la piste du centre de glisse d’Alpensia à PyeongChang les 18 et 19 février, la championne allemande est devancée de 46/100e de seconde par la Russe Tatyana Ivanova au terme des deux manches, mais cette 2e place lui assure sa quatrième victoire consécutive au classement général de Coupe du monde, et elle remporte le relais mixte associée à Andi Langernhan et au double à Toni Eggert et Sascha Benecken. 

Direction PyeongChang 2018 !
Numéro un mondiale en simple, pilier de l’équipe de relais mixte allemande, l’aspirante officière de la police fédérale allemande, photographe amatrice éclairée, postait fièrement sur son compte Facebook le 9 février, un selfie devant le panneau "Alpensia Sliding Center" de la ville olympique sud-coréenne, avec ce commentaire entouré de deux cœurs : "Un an avant PyeongChang 2018 !" où elle espère bien rééditer ses exploits de Sotchi. Le 22 octobre 2017, pour sa première compétition de la saison olympique, les Championnats d'Allemagne sur la piste d'Altenberg qui réunissent de fait la plupart des meilleurs lugeurs et lugeuses au monde, Natalie Geisenberger l'emporte, s'adjugeant ainsi son cinquième titre national. Plus que jamais, elle est prête à se succéder à elle-même au palmarès olympique.
Getty Images
back to top En