skip to content
Date
11 févr. 1972
Tags
Sapporo 1972 , Actu CIO , Patinage de vitesse , Allemagne

Monika Pflug arrache une victoire totalement inespérée

L’Allemande de l’Ouest Monika Pflug a flirté avec la catastrophe à Sapporo, où ses efforts de remporter une médaille se sont presque évanouis avant d’avoir véritablement commencé. En finale du 1 000 m féminin de patinage de vitesse, elle va en effet commettre deux faux départs, consciente qu’une troisième bévue entraînerait son élimination.


Le problème avec le 1 000 m, c’est qu’il s’agit d’une épreuve de haute vitesse, dans laquelle un départ trop prudent peut facilement se traduire par la différence qui existe entre le gain d’une médaille et un retour bredouille au bercail.

Monika Pflug n’a que 17 ans et une toute petite expérience des grandes compétitions, si bien qu’elle évolue un peu en terrain inconnu. Elle décide donc de jouer la carte de la sécurité lorsque le pistolet retentit pour la troisième fois, s’assurant de prendre un départ propre, quitte à y laisser quelques centièmes.

Elle sait toutefois qu’il est important de signer un bon chrono de référence. Elle patine dans la troisième paire, alors que les deux favorites, Anne Henning et Lyudmila Titova, doivent entrer en piste peu après, et l’Allemande de l’Ouest jette donc toutes ses forces dans son patinage.

Aux 200 m, son temps de passage est modeste, conséquence inévitable de son départ prudent, mais elle commence alors à monter en régime et signe le meilleur temps intermédiaire aux 600 m. Elle termine finalement en 1’31’’40, un bon temps, mais pas insurmontable.

Comme prévu, Henning et Titova vont se livrer une bataille terrible. Toutes deux sont en avance sur le temps de Monika Pflug aux 200 m, alors qu’au passage des 600 m, la Soviétique compte encore un avantage de plus de 30 centièmes. Monika Pflug a fait cependant une énorme impression durant ses 400 derniers mètres et aucune des deux favorites ne peut rivaliser.

Le danger le plus pressant vient en fait de la Néerlandaise Atje Keulen-Deelstra qui décroche, à 33 ans, la médaille d’argent, à 21 centièmes du chrono victorieux. Finalement, la mise en route prudente de Monika Pflug lui a ouvert le chemin de la médaille d’or.

Elle poursuivra sa carrière jusqu’aux Jeux d’hiver de 1988 qu’elle disputera à 33 ans, mais jamais elle ne pourra connaître à nouveau l’ivresse du podium.


back to top En