skip to content
Date
06 mars 2015
Tags
Actu CIO

Moment historique : un grand pas pour la femme

La prestation de la Marocaine Nawal El Moutawakel au 400 m haies féminin à Los Angeles 1984 a marqué un tournant dans l’histoire, et ce pour plusieurs raisons.

Non seulement s’adjugeait-elle la médaille d’or de la toute première épreuve féminine du 400 m haies organisée aux Jeux Olympiques, établissant par la même occasion un nouveau record du monde, mais elle était la première représentante du Maroc à décrocher le titre suprême toutes disciplines confondues, et la première femme issue d’un pays musulman. Ce fut un tournant à la fois pour les athlètes femmes en général et pour les musulmanes en particulier.

Depuis, ses exploits ont inspiré des générations de jeunes athlètes et El Moutawakel est un exemple pour toute personne souhaitant faire tomber les barrières et réaliser ses rêves.

Lors des JO de Los Angeles, de nombreuses athlètes femmes ont franchi de nouveaux paliers.

L’Américaine Connie Carpenter-Phinney, qui avait participé à l’épreuve de patinage de vitesse aux Jeux Olympiques 1972 alors qu’elle n’avait que 14 ans (et qui demeure la plus jeune Américaine à avoir participé aux Jeux Olympiques d’Hiver), devenait la première femme à remporter une épreuve olympique de cyclisme en décrochant l’or dans la première course sur route individuelle féminine. Son fils Taylor allait lui aussi enfourcher son vélo, mais ratait le podium de peu lors de la course sur route et du contre-la-montre masculin à Londres 2012.

© Getty Images

Avant cela, leur compatriote Mary-Lou Retton devenait la première gymnaste non originaire d’Europe de l’Est à arracher l’or au prestigieux concours général. Retton, qui s’était fait piquer par le virus de la gymnastique en regardant la légendaire Nadia Comaneci à la télé, gagnait également l’argent dans la compétition par équipe et au saut de cheval, ainsi que le bronze au sol et aux barres asymétriques.

Les athlètes femmes ont également fait des vagues en course de fond, alors que le marathon féminin honorait de sa présence les Jeux Olympiques pour la toute première fois. La médaille d’or revenait à l’Américaine Joan Benoit, mais ce sont les images de la Suissesse Gabi Andersen-Schiess qui resteront gravées à jamais dans les mémoires : malgré une fatigue intense en raison de la chaleur suffocante, elle finissait tant bien que mal le dernier tour de stade pour achever sa course. Benoit, elle aussi, avait triomphé dans l’adversité. Après avoir opté pour la course de fond afin de se remettre d’un accident de ski, elle se blessait gravement au genou en mars 1984 à l’entraînement. Elle se faisait opérer quelques semaines seulement avant les essais du marathon pour les Jeux Olympiques. Elle récupérait plus tôt que prévu et réalisait la meilleure performance des essais. Un miracle.

Pour finir, l’archère néo-zélandaise Neroli Fairhall devenait la première athlète paraplégique à participer aux Jeux Olympiques. Elle terminait 35e dans l’épreuve individuelle féminine.

Tags Actu CIO
back to top