skip to content

Modernisation et sécurisation des transports

2009 / International Olympic Committee (IOC) / HUET, John - All rights reserved | A cyclist rides around Stanley in Vancouver.
À Vancouver, les Jeux Olympiques d’hiver ont joué un rôle catalyseur pour les projets de développement des infrastructures de transport, à l’image du projet de réaménagement de l’autoroute Sea-to-Sky.

La portion de 95 km entre Vancouver et Whistler était autrefois considérée comme l’autoroute la plus dangereuse du Canada. En amont des Jeux, des travaux de modernisation et de sécurisation (atténuation des virages, révision des distances de visibilité et amélioration des intersections, notamment) y ont été effectués pour réduire le nombre d’accidents.

Grâce aux Jeux Olympiques d’hiver de 2010, la ville de Vancouver a étendu son réseau de transports publics et l’a rendu plus durable. Une nouvelle ligne ferroviaire reliant la banlieue de Richmond et l’aéroport international de Vancouver au centre-ville, la Canada Line, a notamment été construite. Depuis l’ouverture de cette ligne rapide de 19,2 km en 2009, le nombre d’usagers a dépassé les prévisions, atteignant 112 000 personnes par jour, soit 40 millions environ par an.

Par ailleurs, 180 bus hybrides (diesel-électrique) ont commencé à circuler pendant les Jeux. Ils sont toujours en circulation aujourd’hui et contribuent ainsi à la baisse continue des émissions de la province. Toujours dans un objectif de durabilité des systèmes de transport, d’autres initiatives ont été mises en place, telles que l’interdiction de laisser tourner le moteur d’un véhicule à l’arrêt, des formations à l’écoconduite, des programmes d’entretien des véhicules et des systèmes de planification d’itinéraires.

back to top En