skip to content
Rio 2016

Mes Jeux Olympiques : l’heptathlète Nafi Thiam revient sur sa remarquable performance à Rio 2016

Lorsqu’elle est arrivée à Rio 2016, l’heptathlète Nafi Thiam avait un statut de jeune talent précoce, comme ces athlètes susceptibles de subjuguer les observateurs lors des Jeux suivants voire ceux d’après. Seize jours et cinq records personnels plus tard, elle en est repartie comme championne olympique. La Belge, qui a ajouté depuis à son palmarès les couronnes mondiale et européenne, est persuadée qu’elle doit son ascension surprenante jusqu’au sommet à son inébranlable volonté de toujours faire mieux, et à sa mère.

La Belge Nafi Thiam, laquelle a remporté la médaille d’or olympique et les titres mondial et européen en l’espace de deux ans, est l’une des quatre seules heptathlètes de l'histoire à avoir franchi la barrière mythique des 7 000 points. Elle a vécu une sacrée aventure mais, contrairement à la plupart des athlètes, son ascension n’a véritablement commencé qu’à partir des Jeux Olympiques.

"J’ai été vraiment surprise d’obtenir une médaille, et en or en plus. Je ne m’attendais vraiment pas à ça", confie Nafi Thiam avec un sourire timide et attachant. "Mes records personnels n’ont pas été si surprenants. Je savais depuis longtemps que j’étais capable de réaliser ces performances, mais la surprise, c’est de les avoir réalisées en deux jours."

"C’est le souhait de toutes les heptathlètes : réaliser tout ça sur deux jours, mais ça n’arrive pas souvent."

À Rio 2016, l’heptathlon semblait promis à la tenante du titre, Jessica Ennis-Hill. La Britannique était en pleine forme et prête, semble-t-il, à rééditer son triomphe de Londres 2012. Mais dès la première épreuve, Nafi Thiam - six jours avant son 22e anniversaire - a montré qu’elle comptait bien réécrire le scénario initial.

Tout d’abord, l’athlète belge a enregistré son meilleur chrono au 100 m haies, traditionnellement l’un des points forts de Jessica Ennis-Hill. Elle signe ensuite la meilleure performance jamais réalisée au saut en hauteur au cours d’un heptathlon (1,98 m), puis elle s’adjuge aisément le lancer du poids. Ensuite, le nom de Nafi Thiam se répandait comme une traînée de poudre dans les travées du stade olympique de Rio de Janeiro.

Getty Images

Deux autres records personnels ont suivi, au saut en longueur et au javelot. Ses performances, ainsi qu’un solide 200 m, ont propulsé la jeune Belge loin devant avant le départ de la dernière épreuve, le 800 m. Un incroyable cinquième record personnel battu aux Jeux a fait en sorte que personne, pas même la légendaire Jessica Ennis-Hill, ne puisse rattraper la jeune femme.

Nafi Thiam venait de remporter l’or en créant l’une des plus grosses surprises de Rio 2016 et, plus surprenant encore, malgré une blessure potentiellement handicapante.

Getty Images

"Je suis très fière, car je ne me sentais pas très bien physiquement et j’avais vraiment peur de ce qui allait se passer", indique Nafi Thiam, qui s’était blessée si sérieusement au coude, lors d’une compétition six semaines avant Rio 2016, que les médecins lui avaient conseillé de se faire opérer, ou tout au moins de ne s’aligner qu’au saut en hauteur !

Mais rien ni personne n’allaient empêcher Nafi Thiam de participer à cet heptathlon, son épreuve de prédilection, même si cela signifiait qu’elle devrait se limiter qu'à un seul essai et à faire l’impasse sur l’échauffement au javelot.

Getty Images

"Des mois après Rio, en y repensant dans ma voiture, j’en pleurais encore, du fait de mon état là-bas et de la façon dont j’ai été capable de vaincre la douleur et d’être aussi forte mentalement. Je n’avais jamais pensé que j’étais aussi forte avant d’aller à Rio", commente-t-elle.

"Cela m’a donné énormément confiance pour les compétitions qui ont suivi : à Londres [où elle a remporté le titre mondial en 2017] comme à Berlin [où elle est devenue championne d’Europe en 2018], j’ai été capable de me dire que j’étais plus forte que je ne le pensais et que je pouvais recommencer."

Getty Images

Après mûre réflexion, Nafi Thiam, dont les parents se sont séparés quand elle était jeune, loue sa mère pour cette ténacité.

"Elle a été un excellent exemple pour moi", reconnaît Nafi Thiam. "Je l’ai toujours vue comme une femme très forte et quand cela devient difficile, je pense à elle et à tout ce qu’elle a affronté. Je me dis alors que ce n’est que du sport, que je peux y arriver et que c’est facile par rapport à ce qu’elle a fait."

La mère de Nafi Thiam était naturellement présente à Rio de Janeiro pour voir son avant-dernier enfant tutoyer les étoiles.

"C’était la première fois que ma mère avait la possibilité de venir me voir en compétition", explique Nafi Thiam. "Depuis que je suis senior, les Championnats ont toujours été trop loin et trop chers pour elle. Aussi, pour son anniversaire, ma sœur et moi lui avons offert un billet pour Rio."

Getty Images

Alors qu’une pluie de titres majeurs s’est abattue depuis que Nafi Thiam a fait sauter la banque devant sa mère à Rio 2016, l’heptathlète est convaincue qu’elle est motivée par quelque chose de beaucoup plus personnel que l’or.

"Depuis que j’ai commencé à m’entraîner sérieusement comme professionnelle, mon objectif n’a jamais été vraiment axé sur les médailles ou les classements. Je me suis toujours concentrée sur moi", explique-t-elle. "J’ai toujours voulu atteindre le niveau maximum que je pouvais atteindre, être la meilleure athlète possible et c’est toujours mon objectif."

"Je ne suis pas obsédée par les médailles d’or. Ce qui me pousse à m’entraîner, c’est que je pense que je suis capable de lancer X fois plus loin au cours d’une saison et je veux vraiment le faire."

C’est ce genre de discours qui alimente les attentes de ceux qui pensent que Nafi Thiam va probablement réaliser quelque chose de spécial lors des prochains Jeux Olympiques de 2020. Après tout, n’est-elle pas la femme qui est devenue en 2017 la troisième meilleure athlète mondiale de tous les temps en heptathlon, avec 7 013 points lors d’une réunion à Götzis en Autriche ? Si elle se montre hésitante quant à la possibilité qu’elle batte l’un des records d’athlétisme les plus fameux – le fabuleux total de 7 291 points de l’Américaine Jackie Joyner-Kersee – Nafi Thiam reconnaît toutefois que ses ambitions ont pris une autre ampleur depuis qu’elle a franchi la barre des 7 000 points.

"Ça m’a prouvé que je pouvais vraiment accomplir de grandes choses. Mon état d’esprit a changé grâce à cela", admet-elle. "Je suis maintenant beaucoup plus confiante et je ne me fixe plus de limites."

Les adversaires de Nafi Thiam sont prévenues…

back to top En