skip to content
Date
15 oct. 2015
Tags
Sydney 2000 , Actu CIO

Merlene Ottey toujours au sommet à Sydney, 20 ans après

A 40 ans, Merlene Ottey remporte deux nouvelles médailles à Sydney pour porter son total à neuf podiums depuis 1980, record absolu en athlétisme féminin.




A Sydney, Merlene Ottey dispute ses sixièmes Jeux Olympiques à l’âge de 40 ans. La pionnière du sprint féminin jamaïcain débute 20 ans plus tôt, sur la piste du stade Loujniki de Moscou, où elle se classe 3e de la finale du 200m derrière l’Est-Allemande Bärbel Wockel et la Soviétique Natalya Bochina, devenant la première athlète caribéenne à monter sur un podium olympique. Deux nouvelles médailles de bronze viennent embellir son palmarès à Los Angeles en 1984 où elle accompagne les Américaines Evelyn Ashford et Alice Brown sur le podium du 100m, puis Valerie Brisco-Hooks et Florence Griffith sur celui du 200m.

Revenue de Séoul en 1988 sans médaille (4e du 200m), Madame Ottey-Page gagne une nouvelle médaille de bronze sur 200m à Barcelone en 1992, puis passe tout près du titre olympique sur 100m à Atlanta le 27 août 1996 : pour 5 millièmes de secondes exactement, après avoir cassé sur la ligne d’arrivée aux côtés de l’Américaine Gail Devers, toutes deux créditées d’un chrono de 10.94, Devers déclarée médaillée d’or à la photo-finish.  Sur 200m, Ottey est également battue de justesse par la Française Marie-José Pérec après une ligne droite de feu. Elle ajoute un bronze supplémentaire à ces deux médailles d’argent millésime 1996, avec la Jamaïque, à l’arrivée du 4x100m.

Tout au long de ce parcours au plus haut niveau, et avant de défendre à nouveau ses chances dans le stade olympique de Sydney, Merlene Ottey a établi un record de quatorze médailles dans les championnats du monde IAAF, des premiers disputés à Helsinki en 1983 à ceux d’Athènes en 1997, remportant au passage les titres du 4x100m en 1991 à Tokyo et du 200m en 1993 à Stuttgart et en 1995 à Göteborg.

Un record de neuf podiums olympiques en athlétisme féminin

Le 23 septembre 2000, en finale du 100m, Merlene Ottey, à la lutte pour le podium à la ligne 3, a terminé 4e à 1/100e de seconde de sa compatriote Tayna Lawrence. Elle est finalement, et pour la 6e fois, médaillée de bronze après la disqualification de la gagnante pour dopage.

Enfin, le 30 septembre, Merlene reçoit le témoin des mains de Beverly McDonald pour conclure le relais 4x100m jamaïcain. Les Bahamas, en tête depuis le départ, remportent la victoire. Tanya Lawrence, Veronica Campbell-Brown, Beverly McDonald et Merlene Ottey prennent la médaille d’argent devant les USA, en 42.13. C’est la neuvième médaille olympique pour la grande dame de l’athlétisme caribéen, un record absolu en sprint féminin.

« Quand je suis arrivée à 30 ans, tout le monde disait déjà que j’étais vieille. Je me demande bien ce qu’ils pensent maintenant ! J’ai eu 40 ans, et je me suis dit « voyons voir ce que je peux faire à un âge où personne n’a réussi de grandes choses ». Puis je vais voir à quelle vitesse je peux courir à 45 ans, et encore à 50 ans… c’est cela qui me motive » a raconté Merlene Ottey.

Joignant les paroles aux actes, courant à partir de 2002 sous les couleurs de la Slovénie, son pays d’adoption, Merlene Ottey est encore présente aux Jeux d’Athènes en 2004 où elle atteint les demi-finales du 100m et du 200m. Elle détient le record de participations (sept) aux Jeux olympiques en athlétisme, hommes et femmes confondus.




A 47 ans, en 2007, elle est présente aux championnats du monde d’Osaka. A 50 ans, elle dispute les championnats d’Europe 2010 à Barcelone. A 52 ans, elle fait partie du relais 4x100m slovène lors de l’Euro 2012 à Helsinki. « et à 60 ans, je voudrais encore voir comment je peux courir », dit-elle, ajoutant, « mon seul regret, c’est de ne pas avoir gagné une médaille d’or olympique. J’ai réalisé de grandes choses dans mon sport, c’est vraiment dommage de ne pas avoir ajouté de l’or à ma… collection ».

back to top