skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

McRae Williams, pour que Park City conserve l'or olympique en ski slopestyle

McRae Williams est le n°1 mondial de la saison pré-olympique en ski slopestyle : vainqueur du globe de cristal de la FIS et sacré champion du monde à Sierra Nevada (Espagne). Originaire de la station olympique de Park City, comme son ami Joss Christensen, premier champion olympique de la discipline à Sotchi en 2014, il est prêt à briller au Bokwang Phoenix Park le 18 février 2018 au neuvième jour des Jeux de PyeongChang.

Grandir sur le domaine skiable de Park City-Deer Valley, dans la chaîne Wasatch en Utah, et tomber dans le grand bain olympique à l'âge de 11 ans : c'est ce qui est arrivé à McRae Williams. "Je suis assez chanceux de pouvoir dire que mes plus vieux souvenirs olympiques, c'est en fait d'avoir été là, aux Jeux d'hiver de Salt Lake City en 2002. J'avais eu des billets pour assister à la compétition de saut acrobatique à Deer Valley et je ne l'oublierai jamais", a-t-il raconté à la NBC. "Je n'aurais jamais pu imaginer que j'aurais moi-même, un jour, la chance de participer aux Jeux. Les rêves deviennent réalité !". Et y participer en tant que favori de la compétition de ski slopestyle, pour permettre aux États-Unis et à Park City de conserver le titre après la victoire inaugurale de Joss Christensen à Sotchi en 2014. 


Getty Images

Christensen et Williams : les deux font la paire ! 
Quelle histoire ! Christensen avait obtenu sa sélection à la dernière minute dans des circonstances rocambolesques, alors que Williams, alors âgé de 23 ans, n'avait pas réussi à se qualifier pour ces Jeux. "C'est mon meilleur ami d'enfance, et nous sommes ensemble dans ce sport depuis le départ. C'est un loufoque qui rend chaque jour intense et intéressant, peu importe de quoi il s'agit. Mais il est aussi mon plus grand rival car nous avons les mêmes capacités et nos palmarès se ressemblent. En tant qu'amis, nous souhaitons que l'autre réussisse, mais en même temps, nous sommes des compétiteurs car chaque jour, nous devons nous surpasser pour battre l'autre", explique le champion du monde 2017. 

Tandis que Joss Christensen a accumulé les contretemps depuis son titre olympique, le dernier prenant la forme d'une rupture des ligaments croisés antérieurs du genou droit en mai 2017 qui retarde sévèrement sa préparation pour la défense de son titre, McRae Williams a pris son envol. Sa montée en puissance culmine lors de la saison pré-olympique 2016-2017 avec, pour commencer, sa première médaille aux X-Games d'Aspen en janvier, l'argent derrière le Norvégien Øystein Bråten, au milieu d'une saison royale en Coupe du monde où il n'a quasiment pas quitté le podium pour s'adjuger le globe de cristal de la spécialité. Et enfin, le 19 mars à Sierra Nevada, la victoire aux championnats du monde ! 

"Plus de treize ans pour y arriver" 
La finale sur le tracé de slopestyle andalou est spectaculaire et particulièrement serrée. McRae Williams est en tête avec un score de 88,40 - insuffisant pour viser le sacre - quand il attaque, sous la pression de son compatriote Gus Kenworthy et du Britannique James Woods, le troisième run décisif. Il se montre parfait et imaginatif sur les rails, s'envole haut et se réceptionne parfaitement, à l'endroit ou à l'envers, sur les trois tremplins, et récolte les 93,80 points de la victoire, ayant réussi à placer la barre à un niveau inaccessible au moment de vérité. 

"Je ne peux pas y croire ! J'étais déjà hyper content d'avoir remporté le globe de cristal et de tous mes podiums cette année, qui est de loin la plus riche de ma carrière. Mais finir la saison comme ça, c'est un grand honneur. Je n'arrive définitivement pas à réaliser", dit-il à chaud. Et d'ajouter : "Il y a là des gars de 16 ans qui balancent tout, mais ils ne sont pas assez développés mentalement, ils ne pensent pas, ils le font, alors que je suis à un âge où j'essaye de rester en bonne santé, je suis plus sage, j'ai les pieds sur terre, j'essaye de rester tout le temps positif dans les bons comme dans les mauvais moments, et ça paye. C'est plus une bataille mentale que physique. Ça m'a pris plus de treize ans, mais j'y suis finalement arrivé !", à 27 ans. 

Épaté par le parcours de slopestyle du Bokwang Phoenix Park  
Au milieu de cette saison royale, McRae Williams a eu l'occasion de tester le parcours de slopestyle du Bokwang Phoenix Park où se disputeront les médailles des Jeux de PyeongChang 2018. "De loin le tracé le plus innovant que j'ai jamais emprunté ! C'est pourquoi le slopestyle est si génial. Toujours frais, toujours intéressant". Le parcours qui l'a mené au rang de n°1 mondial de sa discipline a commencé tôt, "quand mon père m'a inscrit à un camp de recrutement en saut acrobatique à Park City, j'avais 8 ou 9 ans, et je me souviens avoir vu des gens réaliser de nouveaux tricks, comme des corks avec "grab", et m'être retrouvé en admiration devant eux. C'est ce jour-là que j'ai décidé ce que je voulais faire". 

Getty Images


Encore fallait-il se qualifier ! 
Encore McRae Williams devait-il arriver à se qualifier pour les Jeux, compte tenu du nombre d'athlètes américains présents dans la discipline. Une bataille homérique qui n'a pris fin que le 22 janvier 2018. Il a finalement gagné sa place aux cotés de Nick Goepper et Gus Kenworthy (les deux médaillés des Jeux de Sotchi derrière leur compatriote Joss Christensen, qui ne sera pas présent à PyeongChang) et Alex Hall, 19 ans. 

"Ne pas réussir à me qualifier en 2014 m'avait complètement dévasté. Penser devoir attendre quatre années pour essayer encore et me demander si je serais toujours au sommet de ma discipline, c'était vraiment dur. Connaître cette rédemption aujourd'hui, c''est même au-delà d'un rêve qui devient réalité", dit-il à quelques jours de se rendre en République de Corée. "Je ne peux même pas commencer à décrire le sentiment d'accomplissement que je ressens. Ce fut une bataille particulièrement difficile, avec plein d'obstacles inattendus. Mais je me suis battu, et cela a payé. Je ne peux toujours pas y croire..." 

À la question qu'on lui avait posé en début de saison, "A quoi pourrait ressembler le succès pour vous à PyeongChang en 2018 ?", il avait répondu :  "L'or. Je suis au top en ce moment, et je ne prévois pas seulement d'être présent à PyeongChang pour y représenter mon pays et mon sport, mon plan est de ramener à la maison une nouvelle médaille d'or pour Park City !" Il a déjà parcouru la moitié du chemin... 
back to top En