skip to content
Date
25 nov. 2015
Tags
Lillehammer 2016 , JOJ , Actu CIO

Mauro Calcagno : en quête de succès à Lillehammer

Jeune journaliste aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Nanjing 2014, l'Argentine Carolina Cabella fera de nouveau partie de l'équipe des jeunes reporters présents à Lillehammer en 2016. En prélude aux Jeux, elle a rencontré son compatriote Mauro Calcagno, l'un des rares patineurs argentins.

Pour la toute première fois de l'histoire, l'Argentine aura un athlète en lice en patinage artistique lors de la deuxième édition des JOJ d'hiver qui se tiendront du 12 au 21 février 2016 à Lillehammer, en Norvège.

Mauro Calcagno, 15 ans, est né à Bariloche, une ville située dans la province de Río Negro, dans le sud de l'Argentine, à l'extrémité nord de la Patagonie. Le jeune garçon s'est mis au sport car, enfant, il souffrait d'un problème de surpoids. "Le médecin avait conseillé à ma mère de me faire faire de l'exercice au moins trois fois par semaine. J'ai alors essayé le football, le tennis et la natation, mais aucun ne m'a plu", confie Mauro.

À 11 ans, il se découvre finalement une passion pour... le patinage artistique. "Avant de me mettre au patinage, j'avais fait de la danse folklorique (italienne, croate, autrichienne et suisse) au Festival des communautés européennes de Bariloche. Le patinage artistique m'a permis de combiner tout ce que j'aime : la musique, la danse, l'adrénaline et la vitesse."

Mauro s'est tout de suite distingué des autres concurrents. En 2013 et 2014, Mauro a terminé avec le meilleur score parmi les hommes aux championnats nationaux et il a même dépassé les patineurs de deux catégories supérieures. Il a été placé deuxième en 2015. "Le patinage est divisé par niveau, pas par âge. Je pourrais donc concourir dans la même catégorie qu'un patineur de 21 ans."

Actuellement deuxième meilleur patineur d'Argentine, Mauro s'entraîne dans sa ville natale sur une patinoire plus petite que les patinoires internationales avec, pour couronner le tout, deux colonnes posées en plein milieu pour soutenir le toit. 

"C'est un vrai défi pour nous. Mais je suis très content des progrès que j'ai accomplis jusqu'ici compte tenu des conditions dans lesquelles je m'entraîne, même si, bien sûr, nous préférerions avoir une patinoire olympique. Dans l'après-midi, il y a beaucoup de patineurs. Je m'entraîne donc parfois à sept heures du matin, puis une deuxième fois le soir. Le lundi, je vais à Villa La Angostura, à une heure de Bariloche, où il y a une patinoire plus grande, sans colonne, où je peux mieux patiner. "

Entraîné par Estrella Marinucci, Mauro Calcagno reconnaît n'avoir jamais pensé à se qualifier pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse. Aujourd'hui, avec une place assurée dans l'équipe argentine pour Lillehammer 2016, il s'entraîne chaque jour pour progresser.

"Je m'entraîne sur la glace et en dehors. Lorsque je ne peaufine pas ma technique, je travaille ma condition physique. Je remplace ce que je ne peux pas faire à cause des dimensions de la patinoire par d'autres activités comme le yoga ou le spinning. Les séances d'entraînement sont exténuantes mais, même si les conditions ne sont pas optimales, je donne tout ce que j'ai pour me montrer à la hauteur de la situation." Mauro Calcagno possède un peu d'expérience sur le plan international. Il a fini sixième sur neuf lors de la compétition de patinage de Milwaukee, aux États-Unis, en juillet dernier.

"C'était ma première expérience à l'étranger et je suis très satisfait du résultat. C'était aussi ma première compétition sur une grande patinoire et là aussi, je suis content de ma performance."  L'Argentine ne possède qu'une seule patinoire aux dimensions homologuées. Elle est située à Ushuaïa, la province la plus méridionale du pays. Comme elle n'a pas de toit, elle n'est ouverte que durant l'hiver sud-américain et la qualité de la glace laisse quelque peu à désirer car il n'y a pas de machine pour nettoyer et lisser la surface.

"Le patinage artistique n'est pas très médiatisé en Argentine. Tout est différent lorsque l'on concourt au niveau international. La glace elle aussi est totalement différente. J'aurais aimé participer à davantage de compétitions afin de mieux me préparer pour les Jeux et de pouvoir essayer de nouveaux enchaînements et des sauts différents. Le manque de compétition m'empêche de prendre des risques parce que je dois obtenir de bons résultats pour être bien classé."

En janvier prochain, Mauro s'envolera pour l'Italie afin de s'entraîner sur une patinoire olympique et tester la chorégraphie qu'il présentera à Lillehammer. "La compétition va être serrée, mais je donnerai le meilleur de moi-même et m'efforcerai de profiter au maximum de cette expérience et du moment pour lequel j'ai travaillé si dur."  Par son travail acharné, ses efforts et sa détermination, Mauro Calcagno a surmonté bien des obstacles et parcouru un long chemin. Un avenir radieux s'offre à lui et Lillehammer ne sera que le début d'une grande carrière.

back to top