skip to content
Maryanne Gul Getty
Date
18 janv. 2010
Tags
Histoire Athletes

Maryanne Gul

Tir à l'arc, Singapour

Maryanne Gul se rappelle sa première expérience en tir à l'arc : en 2001, avec un arc en bois. Elle a rapidement développé une solide technique qu'elle a pu tester sur un arc à poulies. Elle est tout de suite tombée amoureuse de ce sport et a continué à exploiter son don. En 2004, après avoir été remarquée lors d'une séance de tir à l'arc en plein air, elle a été invitée à rejoindre l'équipe nationale.

Maryanne a alors décroché des médailles de bronze aux Jeux du Sud-Est asiatique de 2005 et 2007, ainsi qu'une médaille d'argent au Grand Prix asiatique de 2005.

"Pratiquer un sport au niveau international tout en menant une carrière à plein temps, en plus des responsabilités personnelles, ne laisse pas une minute de répit. J'ai dû faire de nombreux sacrifices pour pouvoir m'entraîner. Les entreprises à Singapour ne comprennent pas toujours les besoins des athlètes d'élite. C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai quitté mon emploi précédent. Je voulais m'entraîner pour les Jeux du Sud-Est asiatique et je pensais que mes supérieurs ne m'accorderaient ni la marge de manœuvre ni le temps nécessaires pour pouvoir participer aux compétitions.

J'ai découvert le programme de suivi de carrière du CIO à travers ma fédération. Le président de la Fédération de tir à l'arc de Singapour, Wong Loong Tat, a reçu un email de Chris Chan, secrétaire général du CNO de Singapour, indiquant qu'il avait lu mon histoire dans le journal local. Il espérait que le programme du CIO, via Adecco, pourrait m'aider à trouver un emploi. Comme je cherchais de nouvelles perspectives de carrière, j'ai décidé de rejoindre le programme du CIO afin de voir ce qu'il avait à offrir.

Peu après mon inscription, Estelle Wong a pris contact avec moi pour programmer un tête-à-tête afin de m'expliquer en quoi le programme de suivi de carrière du CIO pourrait m'aider sur le plan professionnel. Comme je travaillais déjà depuis sept ans et que j'avais un peu d'expérience, je n'ai pas eu à suivre la totalité du programme. J'ai découvert avec intérêt que j'étais douée pour les relations et que j'avais un solide potentiel pour le développement commercial.

Fait intéressant, Adecco avait un poste vacant qui correspondait à mes compétences et à ma personnalité. Je travaille pour Adecco Singapour depuis trois mois maintenant et j'aime énormément ce que je fais. Et je continue à pratiquer le tir à l'arc au niveau national.

Il y a encore parfois quelques chevauchements, mais le programme m'a permis de découvrir mes centres d'intérêt et de trouver un employeur compréhensif."

back to top En