skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Lindsey Vonn : la « reine des neiges » va-t-elle récupérer sa couronne ?

A 33 ans, l’Américaine Lindsey Vonn est déjà la plus grande skieuse de l’histoire. C’est également une des stars incontestables de Pyeongchang 2018. Championne olympique à Whistler Mountain en 2010, elle n’avait pu concourir à Sotchi en raison d’une grave blessure au genou droit. Elle revient aux Jeux Olympiques avec toujours la même soif de vaincre et une petite touche d’humour.

Si Lindsey Vonn est une icône du sport mondial, très appréciée des magazines et des photographes, elle sait aussi soigner sa communication. Lors de sa première conférence de presse de ces Jeux 2018, elle a laissé sa chienne Lucy lui voler la vedette en la présentant aux journalistes et aux photographes présents dans le Centre de Presse Principal (MPC). « D’habitude, elle reste dans la chambre d’hôtel et elle dort toute la journée », a-t-elle expliqué. « Je l’ai depuis un an et demi et elle m’accompagne partout. La vie sur le circuit est assez solitaire et depuis que j’ai divorcé, j’ai pas mal de temps libre. J’ai besoin d’elle lors des grands événements. »

Mais les ambitions de l’athlète du Minnesota se situent surtout sur la piste. Elle semble retrouver la forme au bon moment après ses victoires à Garmisch-Partenkirchen, une semaine avant l’ouverture de ces Jeux d’hiver. La voilà désormais avec un total de 81 victoires en Coupe du Monde, ce qui la situe à 5 unités du record du Suédois Ingemar Stenmark, vainqueur à 86 reprises dans les années 70 et 80.

Getty Images

« Je vais assurément me lancer dans une nouvelle saison après celle-ci, » indique-t-elle. « Je vais manquer quelques épreuves mais j’irai retrouver tout le monde lors des finales de Coupe du Monde en Suède (en mars). Je vais skier jusqu’aux 86 victoires et si je cours la saison prochaine, je devrais pouvoir dépasser ce chiffre. Tout dépendra de mes genoux. Ce sont eux qui détermineront la date de ma retraite. »

Après avoir été relativement épargnée par les problèmes physiques pendant dix ans, Lindsey Vonn a en effet été victime d’une grosse chute lors des championnats du monde de 2013 à Schladming. Son genou droit a été gravement abimé et alors qu’elle se préparait pour les Jeux de Sotchi, elle s’est blessée au même genou à l’entraînement neuf mois plus tard sur la piste de Copper Mountain dans le Colorado. Mais avec une ambition décuplée, elle s’est reconstruite avec le soutien indéfectible de son entraîneur Néo-Zélandais Chris Knight. Courageusement, elle a remonté la pente et a retrouvé le chemin de la victoire pour battre le record féminin de victoires en Coupe du Monde en 2015, un record que détenait l’Autrichienne Anne Marie Moser Proell depuis les années 70 avec 62 succès.

Getty Images

Mais aujourd’hui le temps presse. Une nouvelle génération arrive au pouvoir. Sa principale rivale est désormais sa jeune compatriote Mikaela Schiffrin qui, du haut de ses 22 ans, domine outrageusement le slalom et vient marcher sur les plate bandes de Lindsey comme l’atteste sa première victoire en descente à Lake Louise en novembre dernier.

Sur la difficile piste de Jeongseon, le danger viendra plus probablement de la bouillante Italienne Sofia Goggia, victorieuse du test event organisé sur la même piste la saison dernière. « On a beaucoup de respect l’une pour l’autre, » précise -t-elle. « Elle tout aussi folle que moi, et c’est pour cela que l’on se comprend tellement bien. »

Lindsey pourra très certainement profiter des conseils de ses amis de l’équipe norvégienne de descente, les hommes et les femmes évoluant cette fois-ci exactement sur la même piste, à l’exception du mur final. « Aksel-Lund Svindal est un peu comme mon coach de vie, » précise Lindsey. « Je demande beaucoup à Aksel-Lund et à Kjetil (Jansrud) ce que je dois faire. Et comme je suis d’origine norvégienne, je suis un peu comme une pseudo coéquipière. »

Getty Images
back to top En