skip to content
Date
21 juil. 1980
Tags
Moscou 1980

Mankin en tête de la razzia brésilienne en voile

Bien que le Brésil ait été, à la surprise générale, le pays à récolter le plus grand nombre de médailles dans les régates de voile des Jeux de 1980, ce furent les médaillés d’or russes qui volèrent la vedette.


Moscou étant enclavé, les régates eurent lieu à Pirita, dans la baie de Tallinn en Estonie, où les eaux sont exposées à des vents et à une météo souvent imprévisibles.

La Norvège et les États-Unis avaient boycotté les Jeux. La Grande-Bretagne, quant à elle, la troisième des trois premières nations les plus médaillées de voile de tous les temps, était présente, mais sa fédération de voile nationale avait décidé de ne pas concourir.

Les Brésiliens, Marcos Soares et Eduardo Penido, âgés de 20 ans, qui s’étaient initiés à la mer en surfant sur les plages de Rio de Janeiro, disputèrent de superbes régates et décrochèrent l’or dans la course sur 470 après une série de performances époustouflantes.

L’équipage, Lars Sigurd Bjorkstrom et le skipper Alexandre Welter, l’emportèrent dans la catégorie Tornado après avoir gagné trois des sept courses. Ils terminèrent toutefois de façon décevante en cinquième position dans la course finale, même si ce score leur permettait de tenir à distance l’équipe danoise qui tentait de reprendre le dessus.

Ce fut toutefois l’Ukrainien de 41 ans, Valentin Mankin qui, cet été, réussit à inscrire son nom dans le livre des records de voile. Après avoir raflé les médailles d’or dans les catégories Finn et Tempest, respectivement à Mexico en 1968 et à Munich en 1972, il avait de peu raté sa troisième médaille d’or consécutive, se contentant en 1976 de l’argent sur le Tempest.

Pour les Jeux de son pays, Valentin navigua dans la catégorie Star avec le barreur Aleksandr Muzychenko. Ils débutèrent la course en maître s’octroyant trois victoires et une deuxième place dans les cinq courses préliminaires.

performances leur permettaient déjà de s’assurer l’or dans la course finale. Ils terminèrent toutefois en septième position. Ce temps, qui était le moins bon qu’ils aient jamais réalisé, fut déduit de leur score total.

Ce résultat était toutefois suffisant pour devancer les Autrichiens qui avaient tenté une remontée tardive tandis que les Italiens s’emparaient de la troisième marche du podium.

back to top